Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Clémentine Autain
©

Mieux que le mariage pour tous

Et à gauche, on inventa un nouveau couple : "l’intello-précaire" et le "jeune chômeur de banlieue"

Dans un entretien accordé aux Inrocks, Clémentine Autain, figure du Front de gauche, appelle à "créer du lien entre l’intello précaire et le jeune de banlieue" pour reproduire les conditions d'une victoire de la gauche radicale en France. Benoît Rayski revient sur la formation de ce couple improbable.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

C’est très, très tendance. Et c’est Clémentine Autain du Front de Gauche qui appelle de ses vœux cette union qui promet, peut-être, de beaux enfants.

Clémentine Autain voit loin. Bien plus loin que la loi Taubira sur le Mariage pour Tous. Car l’avenir, pense-t-elle, appartient à ceux qui regardent au delà des épousailles entre personnes du même sexe. C’est pourquoi Mlle Autain veut briser les tabous qui freinent encore l’éclosion d’un couple porteur de nuits qui chantent.

Son nouveau manifeste, bien plus frais que celui de Karl Marx, s’étale dans les Inrocks. Clémentine Autain y réclame « des liens entre l’intello-précaire et le jeune chômeur de banlieue ». On est prié d’en déduire que c’est la précarité des uns et des autres qui stimulera la libido nécessaire pour que ces liens forcément tendres soient consommés.

Mais dans un éclair de lucidité, elle reconnaît que l’ « intello-précaire » vote Front de Gauche et que, hélas, ce n’est pas le cas du « jeune chômeur de banlieue ». Il n’y a en effet aucun doute sur le fait que l’ « intello-précaire » a fortement envie de se taper un « jeune chômeur de banlieue ». Il se peut en revanche que ce dernier ait besoin d’autres partenaires pour satisfaire ses désirs amoureux. C’est un problème, reconnaît-elle.

Par ailleurs, la proposition de Mlle Autain souffre d’imprécision. Le couple ardemment souhaité par elle sera-t-il hétérosexuel, homosexuel, transgenre ? Et que fera-t-on dans le cas où certaines de ces unions ne donneront pas d’enfants ? Le don d’ovocytes existe certes, mais comment vérifiera-t-on si ces ovocytes sont celles d’une « intello-précaire » ? Et comment s’assurera-t-on, dans un autre cas, si le donneur de sperme est typé « jeune chômeur de banlieue » ?

L’avenir du prolétariat, du Front de Gauche et de la France ne peut être donc être assuré que part une longue et difficile lutte de tous les jours. Un peu de sérieux maintenant. Les élucubrations de Clémentine Autain n’intéressent a priori qu’elle et ses éventuels compagnons. Mais il se trouve qu’elles sont publiées dans un journal qui donne le « la » à la musique dont nous berce la gauche. Autant dire que c’est un must.

C’est ainsi que nous vivons au royaume de la connerie ordinaire. La précarité de l’intelligence y est reine. A l’entrée de ce royaume figure l’inscription « perdez tout espoir, vous qui entrez ici ». Ce n’est plus « prolétaires de tous les pays, unissez-vous », mais « crétins de tous etc ». En racoleuse des laissés pour compte du QI, Clémentine Autain est parfaite. Elle leur ressemble.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !