Estimations de votes anticipées : publier et périr | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Estimations de votes anticipées : publier et périr
©

Zone franche

Estimations de votes anticipées : publier et périr

Publier des données disponibles partout est illégal et peut vous coûter cher. Il ne faudrait tout de même pas que l’info se mette à circuler trop librement, non mais des fois !

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Toujours aussi grotesque, la polémique sur la diffusion anticipée des sondages de sorties d’urnes (ou d’estimations des suffrages d’une poignée de bureaux de votes « tests » à fermeture précoce) !

Chaque élection, on remet le couvert : quiconque serait pris à propager ces informations avant 20 heures commettrait, en plus d’un délit puni d’une amende de 75 000 euros, une terrible entorse à la démocratie en influençant le comportement des votants de la dernière chance dans les grandes villes.

En gros, vous êtes Marseillais ou Parisien, vous étiez parti à la pêche à la ligne au lieu d’aller accomplir votre devoir de citoyen mais, apprenant en fin d’après midi qu’Untel est talonné par Tartempion, votre sang ne fait qu’un tour, vous remballez canne et moulinet et cavalez jusqu’à l’école primaire de l’avenue du Maréchal Leclerc pour lui prêter main forte !

Oh, cinq minutes plus tôt, vous vous en tamponniez le coquillard, de cette présidentielle ! Mais cinq minutes plus tard, vous n’avez plus qu’un but dans la vie : vous faire tamponner la carte d’électeur. Bing, vous venez d’être efficacement influencé ― quand votre cousin taquineur de goujon rural, dont le bureau de vote ferme à l'heure où les poules se mettent au lit, n’a plus que ses yeux pour pleurer...

Interdire tous les sondages,
premiers artisans de la fabrication de l’opinion?

Bon, admettons que ça puisse avoir un vague impact, ce genre de plaisanterie, et que des gens puissent effectivement décider de contribuer au choix d’un président parce qu’ils ont reçu une info statistique plus ou moins crédible à la dernière minute. Qu’est-ce que ça change concrètement au résultat de l’élection ?

Des infos statistiques plus ou moins crédibles, nous en sommes abreuvés depuis des mois, à raison de 72 enquêtes quotidiennes, décortiquées, analysées et commentées par les médias, et c’est souvent sur leur base que des tas de gens ont prévu, soit de voter Untel, soit de voter Tartempion, soit d’aller s’asseoir près d’un plan d’eau poissonneux... Personne ne suggère pourtant d’interdire les sondages tout court au motif que c’est leur évolution qui détermine la programmation ou pas d’une partie de pêche un mois ou deux jours avant le scrutin...

Et cette affaire de deux « grands candidats » faisant la course en tête, juste devant trois poids moyens et cinq lilliputiens ? N’est-elle pas totalement storytellée par une poignée d’influenceurs eux-mêmes sous influence?

La presse publie ce qu'elle doit,
le lecteur lit ce qu'il veut

Si des électeurs décident, en fonction des informations dont ils disposent, de se comporter d’une façon ou d’une autre, grand bien leur fasse. Il se trouve que jusqu’à présent, les plus tardives de ces données ne bénéficiaient qu’aux happy few et qu’elles sont désormais disponibles sur n’importe quel site de presse belge ou suisse dès 18h30. Se demander si, oui ou non, on peut empêcher les gens de les lire ― et même s’il est légitime de simplement songer à le leur interdire ― étant vain, autant permettre à tout un chacun de faire ce qu’il veut et à l’ensemble de la presse de publier ce que bon lui semble comme dans les pays libres et démocratiques.

Ah, on peut toujours instaurer une heure de fermeture unique à tous les bureaux de vote, mais on peut trouver que c’est tout aussi anecdotique : après tout, à l’heure où les Américains de la côte Ouest partent voter, les Yankees de la côte Est filent se coucher et on n’en fait pas tout un fromage.

_______________________________________________

PS : félicitons-nous tout de même de l’émergence de cette ultime polémique dans la campagne, les effets du débat sur le permis halal et la viande à conduire s’étant estompés. Pour mémoire, être favorable à la publication des sondages a l’air d’être plutôt de droite et contre plutôt de gauche. J’espère que ça va vous aider dans votre choix et que ça n’arrive pas trop tard mais je vous l’ai dit dès que je l’ai su.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !