Épidémie d'anxiété chez les adolescentes : mais d'où viennent ces crises d’angoisse ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Épidémie d'anxiété chez les adolescentes : mais d'où viennent ces crises d’angoisse ?
©Reuters

Jeunes filles en détresse

Épidémie d'anxiété chez les adolescentes : mais d'où viennent ces crises d’angoisse ?

En France, 3/4 des adolescentes hospitalisées en urgence le sont pour une crise d’angoisse. Un trouble psychologique grave pouvant jusqu'à pousser au suicide, qui devient de plus en plus répandu.

François  Pinabel

François Pinabel

François Pinabel est pédopsychiatre attaché à la Pitié-Salpêtrière.

 
Voir la bio »

Atlantico :  Avez-vous constaté une augmentation du nombre de vos jeunes patientes touchées par des crises d'angoisse lors de vos consultations quotidiennes ? D'une manière générale, pourquoi les adolescentes sont-elles de plus en plus touchées par les crises d'angoisse selon vous ?

François  Pinabel : J'ai effectivement de plus en plus d'adolescentes qui viennent consulter pour "phobie scolaire" et "dépendance aux psychotropes", qui sont des éléments déclencheurs de crises d'angoisse.

Les jeunes filles souffrant de phobie scolaire, c'est-à-dire de difficulté, voire d'incapacité à se rendre à l'école, sont en général victimes de l'augmentation de la pression sociale qui s'opère via les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat) chez les adolescents d'aujourd'hui, et de l'augmentation des attentes de leur famille vis-à-vis de leurs performances scolaires.

Les adolescentes sont aussi de plus en plus consommatrices d'alcool et de cannabis, et ce de plus en plus tôt (la France détient le triste record des consommatrices de cannabis les plus jeunes d'Europe). L'alcool, et surtout le cannabis, sont des éléments qui favorisent le déclenchement de crises d'angoisse chez les patients qui ont un terrain psychologique anxieux à la base (c'est-à-dire que si ces patients ne consomment ni cannabis, ni alcool, ils ne feront pas de crises d'angoisse, ou ont en tout cas très peu de chances d'en faire).

Quels sont les symptômes d'une crise d'angoisse chez une jeune fille ? Quelles peuvent être leurs conséquences ?

Les symptômes d'une crise d'angoisse, aussi appelée "attaque de panique", sont les suivants : sensation d'étouffement, sudation, tachycardie, trouble de la vision, impossibilité de se mouvoir, pleurs, impression de faire un malaise vagal, voire de mourir.

Si les crises d'angoisse se répètent, cela peut conduire l'adolescente à faire "une dépression d'épuisement", puis aux tentatives de suicide.

Faut-il soigner une adolescente sujette à des crises d'angoisse ? Si oui, comment ? Que conseillez-vous à l'entourage proche de la patiente ?

N'oublions pas que le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les adolescentes en France. Il faut donc impérativement soigner les jeunes filles sujettes au crise d'angoisse, d'abord par la médication si les crises sont très aiguës et répétées, ensuite par une thérapie cognitive comportementale, idéalement couplée avec une psychothérapie.

Je conseille surtout aux proches de ne pas banaliser les crises d'angoisse, car c'est souvent le premier réflexe : on explique à la jeune fille que ce n'est rien, que cela va passer, que c'est dû à l'adolescence, que ça se passe dans la tête, qu'elle va apprendre à contrôler ses émotions toute seule ... Mieux vaut consulter tout de suite un psychiatre, quitte à avoir un avis rassurant.

Pourquoi les adolescents sont-ils moins touchés que les adolescentes par les crises d'angoisse ?

Pour des raisons purement physiologiques.

D'abord, parce que les adolescents n'ont pas leurs règles. Il a été établit que "le syndrome pré-menstruel", qui touchent 30% des jeunes filles, est un déclencheur important de crises d'angoisses.

Ensuite, les adolescentes, et les femmes en général, ont un système cérébral plus fragile que les hommes, notamment au niveau de l'émission de la sérotonine.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

L'angoisse, c'est maintenant... Mais comprendre l'évolution du cerveau humain au cours des millénaires peut nous aider à sortir du grand mal contemporainApprendre à gérer son angoisse en la transformant en excitation, mode d’emploiHermite digital : comment définir "l'anxiété sociale" à l'ère du tout numérique ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !