En Belgique, les Gilets jaunes ciblent désormais la presse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
En Belgique, les Gilets jaunes ciblent désormais la presse
©VIRGINIE LEFOUR / Belga / AFP

Mauvaise nouvelle pour la démocratie

En Belgique, les Gilets jaunes ciblent désormais la presse

Une manifestation officielle des Gilets jaunes de Belgique devait se dérouler à Bruxelles ce 30 novembre. C’est une première, les Gilets jaunes voulaient se rendre au siège de RTL TVI, le groupe télévisé privé qui vient de licencier Emmanuelle Praet, l’unique chroniqueuse “de droite” du paysage audiovisuel francophone.

Dominique Dumont

Dominique Dumont

Dominique Dumont est une journaliste belge.

Voir la bio »

Une manifestation officielle des Gilets jaunes de Belgique devait pour la première fois depuis le début du mouvement se dérouler à Bruxelles ce 30 novembre. Bien qu’elle ait été annulée, de nombreux Gilets jaunes se sont organisés pour défiler ce vendredi sans autorisation et tenter de s’approcher au plus du 16 rue de la Loi où siège le Premier ministre. Parallèlement, et c’est une première, les Gilets jaunes voulaient aussi se rendre au siège de RTL TVI, le groupe télévisé privé qui vient de licencier Emmanuelle Praet, l’unique chroniqueuse “de droite” du paysage audiovisuel francophone.

RTL, la chaine qui vise le téléspectateur populaire semble avoir perdu toute légitimité auprès de ce dernier. En 2013 déjà, RTL TVI avait défrayé la chronique pour avoir suspendu Luc Trullemans, son M. Météo après un violent car jacking qui l’avait poussé à relater les faits sur son compte Facebook. Jugée raciste par son employeur, son intervention lui aura valu une suspension suivie d’un licenciement.

Rebelote en 2018 avec Emmanuelle Praet qui empêchait le plateau de C’est pas tous les jours dimanche de tourner en rond, toujours vers la gauche. Ce dimanche 25 novembre, invitée à s’exprimer sur le mouvement des Gilets jaunes, elle avait entre autre mis en cause leur propension « à toujours voter pour les mêmes en Wallonie » -visant ainsi le parti Ecolo- qui ne pouvait en toute logique qu’apporter son lot de taxes “carbo-dissuasives”. Remarque en soi parfaitement sensée, à ceci près que les Gilets jaunes n’ont certainement pas été très nombreux à voter pour les écologistes mais qu’ils devraient plutôt se compter dans les rangs des quelques 20% d’abstentionnistes.

Il aura suffi d’un tweet de la présidente du parti Ecolo, parti d’opposition, demandant une condamnation ferme des propos d’Emmanuelle Praet pour que la direction de RTL TVI qui se prétend non politisé décide de la suspendre quelques heures plus tard et de la licencier mardi. La Belgique est donc bien cette terre de surréalisme où un parti d’opposition peut suggérer d’un claquement de doigt la tête d’un journaliste… et l’obtenir. Tout aussi surréaliste, c’est un ministre flamand, Theo Francken qui a été le premier à témoigner son soutien à la journaliste … francophone ! Les élus francophones de droite n’ayant à partir de là d’autre choix que de lui emboîter le pas.

Est-ce pour témoigner leur soutien à la journaliste qui ne les avait pourtant pas ménagés que les Gilets jaunes veulent en découdre avec RTL TVI ? Est-ce par défiance pour ce que représente la presse subsidiée dans son ensemble ?  Toujours est-il que les Gilets jaunes cherchent visiblement plus à monter les dents face aux média traditionnels qu’à s’assurer de leur couverture.

On peut se demander quelle sera la réaction des Gilets jaunes français à la lecture de l’article « On a épluché les profils Facebook des porte-parole (sic) des Gilets jaunes » paru dans Le Parisien. Cyril Simon, l’auteur, qui semble n’avoir eu aucun problème pour se fondre dans la peau d’un agent de la Stasi pourrait, en Macronie, recevoir la médaille de l’employé du mois. A moins que ce ne soit la visite des Gilets jaunes…

Finalement, pour de pauvres hères, les Gilets jaunes semblent être plus efficaces pour casser les rouages du système que cent-cinquante ans de syndicalisme !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !