Emmanuel Macron : "Il faut que les élus puissent ouvrir jusqu'à 12 dimanche" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Emmanuel Macron : "Il faut que les élus puissent ouvrir jusqu'à 12 dimanche"
©Europe 1

Zapping Eco

Emmanuel Macron : "Il faut que les élus puissent ouvrir jusqu'à 12 dimanche"

Le Replay

Emmanuel Macron était l'invité d'Europe 1 ce matin. Le ministre de l'Economie était interrogé sur son projet de loi pour "l'activité et la croissance". "Il y a dans notre pays une vitalité économique. Nous avons des réformes à conduire et à accélérer pour cela. Beaucoup de Français veulent entreprendre et investir mais souvent les règles les en empêchent. En ouvrant certains secteurs on va créer des emplois. Sur les autocars par exemple, l'Allemagne est passé de 3 à 8 millions de voyageurs en 18 mois. Sur les notaires, on fait de la transparence en matière de tarifs et on dit, là ou c'est possible quand il manque des notaires, il faut une liberté d'installation.

Sur la question de l'ouverture du dimanche, Macron se défend : "Il faut que sur le territoire les élus puissent ouvrir jusqu'à 12 dimanche par an, partout où ça peut créer de l'activité. Il faut laisser la liberté aux élus de laisser la possibilité. J'assume ma décision de ne pas garder 5 dimanches obligatoires, dans certaines petites communes 1 ou 2 dimanches c'est suffisant."

Enfin, le ministre fut interrogé sur la Grèce et l'exposition de la France à sa dette : "Le coût pour la France, c'est celui de son exposition à la dette grecque, 42 milliards d'euros. La France s'est battue à l'été 2012 pour que la Grèce ne sorte pas de l'euro. Lla Grèce s'est inscrite à un programme pour répondre aux différents obligations. Plus de trois quarts des Grecs réaffirment leur attachement à la zone euro. Pendant des décennies les Grecs n'ont pas conduits de réformes."

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
 

Qui à dit ?

"La marge de renégociation de la dette grecque n'est pas très importante"

Réponse : Nicolas Baverez, économiste et auteur, sur France Inter ce matin. "Le seul bloc renégociable est celui de l'Europe : 240 milliards d'euros qui sont, en réalité, déjà favorables au pays. Il s'agit d'un emprunt sur 36 ans avec des taux faibles. On peut encore un peu baisser ces taux et pousser cela à 50 ans par exemple."

Les Tweets

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !