Egypte : succès des islamistes, danger pour les coptes ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
"Ce bon score des salafistes qui ont démontré leurs violences vis-à-vis des coptes depuis le début de l’année ne prédit rien de bon pour ces derniers ni pour tous ceux qui se sont battus pour la démocratie."
"Ce bon score des salafistes qui ont démontré leurs violences vis-à-vis des coptes depuis le début de l’année ne prédit rien de bon pour ces derniers ni pour tous ceux qui se sont battus pour la démocratie."
©Reuters

Chasse aux chrétiens

Egypte : succès des islamistes, danger pour les coptes ?

65% pour les listes islamistes : les résultats du premier tour des législatives égyptiennes ne sont pas un bon score pour les coptes, ces chrétiens d'Egypte persécutés depuis des années, notamment par les salafistes...

Christine Chaillot

Christine Chaillot

Christine Chaillot est écrivain spécialiste des chrétiens du Moyen-Orient.
Son dernier livre, Les chrétiens coptes Égypte. Des discriminations aux persécutions (1970 2011), est paru en septembre 2011 aux éditions de L’œuvre.

Voir la bio »

Les listes des partis islamistes ont officiellement recueilli 65% des voix au premier tour des législatives égyptiennes, avec notamment 36,62%  des voix pour les Frères musulmans et 24,36% aux salafistes, deux groupes politiques qui souhaitent que la nouvelle Constitution égyptienne soit basée sur la charia.

Ce bon score des salafistes qui ont démontré leurs violences vis-à-vis des coptes depuis le début de l’année ne prédit rien de bon pour ces derniers ni pour tous ceux qui se sont battus pour la démocratie. On peut augurer que le nombre des coptes souhaitant quitter leur pays auquel ils sont très attachés va encore malheureusement augmenter. Rappelons que les Coptes d’Egypte constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient (environ 7 à 8 millions, 10% des Egyptiens). Qui sont-ils ?

Coptes, ces chrétiens d'Egypte...

Les coptes sont des chrétiens et des Égyptiens de souche. Le mot copte signifie d’ailleurs « Égyptiens ». Leur ancienne langue, le copte, est directement liée au démotique, le dernier stade de la langue pharaonique, ce qui témoigne de leurs liens avec l'Égypte pharaonique. Les coptes sont donc de très anciens Égyptiens, présents dans le pays bien avant l’arrivée des musulmans au VIIe siècle.

Depuis des siècles, les relations entre musulmans et coptes connaissent des hauts et des bas, par exemple lors de persécutions contre les chrétiens. Dès le début du XIXe siècle, le dirigeant Mohamed Ali se lance dans des reformes de modernisation de l'Égypte. En 1855, les coptes sortent de leur statut de « soumis » ou « protégés » (selon les règles de la loi islamique pour les non-musulmans) et obtiennent des droits égaux à ceux des musulmans.
Dès 1882, les Britanniques envahissent l'Égypte. Musulmans et coptes s'unissent alors pour combattre l'ennemi britannique. Il faut attendre 1922 pour que l'indépendance de l'Egypte soit reconnue.
Dès 1924, le principal parti politique, laïc, le Wafd, inclut des personnalités politiques coptes. Au niveau gouvernemental, plusieurs chrétiens sont nommés ministres. Au XIX siècle et dans la première moitié du XXe siècle, les coptes sont reconnus pour leurs qualités aux niveaux administratif et autres.
En 1970, le président Sadate fait instituer l’article 2 de la Constitution égyptienne : la loi islamique (charia) devient l'une des sources principales de cette Constitution. Dix ans plus tard, cet article est à nouveau modifié et la loi islamique devient LA source principale de la Constitution. Les chrétiens craignent alors de ne plus être reconnus comme des citoyens à part entière dans le pays de leurs ancêtres.
Plus tard, c'est le président Moubarak (1970-2011) qui octroie certaines libertés aux Frères musulmans. Ils ne seront néanmoins jamais reconnus officiellement comme parti politique jusqu’en 2011. Par contre, les activités des Frères musulmans s’intensifient, par exemple en matière de syndicats ou d'aides philanthropiques. Ils obtiennent par conséquent la reconnaissance du peuple et des plus déshérités. Ils annoncent d’ailleurs que « L’islam est la solution ». Leur puissance est incontournable.


... persécutés depuis de nombreuses années

Les attaques contre les coptes débutent dans les années 1970. Elles s’intensifient dans les années 1990 avec des actions directes de groupes islamiques violents, tel al-Jihad et al-Gama al-Islamiya, en particulier dans les régions d’Assiout et de Minya où les coptes sont nombreux. Ces groupes souhaitaient imposer la loi islamique aux chrétiens égyptiens.
C’est ainsi que se développe une forte islamisation du pays, soutenue par des mouvements islamiques parallèles dans la région et même au niveau mondial. Ainsi la plupart des femmes sont aujourd’hui voilées en Égypte, ce qui n’était pas le cas il y a encore vingt ans (et encore moins avant au XXe siècle).
Cette mentalité islamique croissante est la cause principale du développement des tensions inter-religieuses entre musulmans et coptes.
De manière paradoxale, c’est à la suite de la révolution de janvier-février 2011 que surgissent sur la scène égyptienne les musulmans salafistes dont l'objectif est de revenir et d’établir un islam pur, qui ne tolère aucune autre religion.
Avec ce programme, ils attaquent à de nombreuses reprises les églises et biens coptes, ainsi que les coptes eux-même. Les chrétiens étant des « infidèles », il faut s’en débarrasser. Certains médias et sites internet égyptiens ainsi que les prêches de certains imams alimentent cette diabolisation des chrétiens.

Citoyens modèles 

Pourtant les coptes sont des citoyens « modèles », non violents. Ils participent au développement et à la croissance du pays, qu’ils soient paysans, ingénieurs, médecins ou hommes d’affaire.
Les coptes aiment leur pays, l’Egypte. Pourtant, certains choisissent de le quitter n’y voyant pas d’avenir pour leurs enfants. Ceux qui restent, comme beaucoup de musulmans modérés, souhaitent la démocratie, la liberté pour l’Egypte à venir. Ils souhaitent surtout que leur citoyenneté soit reconnue et respectée, ainsi que tous leurs autres droits, y compris religieux.
Il n’y a donc pas de raisons objectives de s’en prendre aux coptes sinon pour des islamistes radicaux qui souhaitent établir un État musulman et y établir de manière stricte la loi islamique, voire un émirat. Il faut souhaiter que les Egyptiens musulmans modérés s’expriment davantage pour soutenir la minorité copte

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !