DSK : coupable, forcément coupable… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
DSK : coupable,
forcément coupable…
©

La belle et la bête

DSK : coupable, forcément coupable…

Il est Blanc, riche et puissant : un coupable parfait ! Elle est Noire, pauvre et inconnue : une victime idéale ! Et c’est comme ça qu’on a tout faux.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Elle s’appelle Nafissatou Diallo, personne n’avait jamais entendu parler d’elle. Il s’appelle Dominique Strauss-Kahn, il est mondialement connu. Donc DSK est coupable, forcément coupable !

Elle est Noire. Il est Blanc. Et sans remonter jusqu’à l’épisode de l’esclavage, on sait tout le mal que les Blancs ont fait aux Noirs. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Elle était femme de chambre, nécessairement pauvre. Lui était le patron de l’une des plus puissantes organisations mondiales, obligatoirement riche. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Elle a un enfant dont on ne connait pas le père. Lui vit avec une des héritières les plus fortunées de France. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Elle est musulmane, une pieuse musulmane, comme l’a dit l’un de ses nombreux demi-frères : la religion des opprimés, selon le regretté Ben Laden. Il est juif et, comme nous l’a révélé un sympathique philosophe de banlieue, nommé Youssouf Fofana, les juifs, ça a de la thune. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Elle vient de Guinée, l’un des pays les plus misérables de la planète. Lui dirigeait le FMI, une machine spécialement créée, comme chacun sait, pour affamer le Tiers-Monde. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Elle travaillait dur, très dur, au Sofitel où, outre le ménage, elle prodiguait, selon les enquêteurs américains, d’agréables services aux clients mâles : la prostitution, comme nul ne l’ignore, est un des corollaires de l’exécrable système libéral et capitaliste. Lui est un tenant connu et reconnu, de l’abominable loi du marché. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Mlle Diallo a un petit ami qui est en taule pour trafic de drogue, entre d’autres chefs d’inculpation. M. Strauss-Kahn n’a aucune copine connue dans une prison de femme sur le territoire français. Donc DSK est coupable, forcément coupable…

Les lignes qui précèdent – je le précise au cas où ce ne serait pas clair – ont été écrites dans un but charitable et consolateur. Mon but est en effet de mettre un peu de baume au cœur de tous ceux qui ont frénétiquement applaudi au spectacle  d’un Blanc, riche, libéral et (certains l’ont souligné) juif, menotté et encadré par des flics. Ils ont eu un instant de bonheur en savourant la délectable impression que la Terre entière, celle des pauvres et des opprimés, criait « shame on you » à la face de cette affreux suppôt du capitalisme. Pour terminer sur une note pleine d’espoir, nous emprunterons la conclusion de ce texte à un des demi-frères de Naffissatou Diallo : « Allah sait la vérité et il a déjà rendu son verdict ». Comme Allah est grand, il serait peut-être sage de se ranger à son avis.

PS : Dans un article précédent, paru ici-même, et consacré à l’affaire DSK, j’avais écrit que la testostérone grimpait en flèche chez les hommes de pouvoir. J’avais cité, en vrac, VGE, Chirac, Bayrou et bien sûr, le patron du FMI, « peut-être un peu plus brutal et expéditif que les autres ». Certains lecteurs, particulièrement vindicatifs, m’avaient accusé de noyer le poisson pour sauver la mise à DSK. Il m’est agréable aujourd’hui de maintenir chacune de ses lignes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !