Un doigt d’honneur à l’exemplarité ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un doigt d’honneur à l’exemplarité ?
©

Impolitesse

Un doigt d’honneur à l’exemplarité ?

Comment vouloir rétablir respect, sens de l’État et citoyenneté à l’échelon national et auprès des jeunes en plein désarroi lorsque ceux qui nous représentent dans le temple de la République se permettent le geste le plus vulgaire qui soit. Ce doigt d’honneur d’Henri Emmanuelli est symboliquement grave à un moment où les Français demandent de l’exemplarité à tous les niveaux : politique, entrepreneurial, syndical, patronal…

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)

Voir la bio »

On ne peut pas se contenter de dire que : « Ce geste est regrettable » (Elisabeth Guigou) lorsqu’il est dirigé à l’encontre du Premier Ministre ; ce sont donc les institutions que l’on bafoue.

De la même façon qu’on ne peut tolérer qu’on siffle la Marseillaise dans un stade, de la même façon qu’on ne peut supporter que soit brûlé ou bafoué le drapeau français, on ne peut admettre et passer par pertes et profits le fait qu’un élu du peuple français au sein même de l’Assemblée Nationale « insulte » le Gouvernement.

Alors, évidemment on peut relativiser et considérer qu’un parlementaire n’est autre qu’un automobiliste qui en engueule un autre (en l’occurrence le Premier Ministre de la France) et se dire que siéger dans les rangs de l’Assemblée n’implique pas un comportement différent de celui d’un supporter de match de foot dans un bistrot. On peut aussi dire et c’est vrai (et d’autant plus grave) qu’Henri Emmanuelli est « quelqu’un de bien » et qu’on ne va pas lui en tenir rigueur… Mais c’est oublier son devoir d’exemplarité, c’est oublier surtout qu’on le regarde et que ce geste qui peut circuler à travers le web dans le monde entier, engage l’image de la France. Une faute de savoir-vivre institutionnel n’est pas anodine, elle doit être sanctionnée fermement, pour l’exemple.

Imaginez ce qui arriverait à quelqu’un dans la rue qui ferait le même geste à un policier…

Vous avez dit tolérance zéro ! Pour qui ??? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !