Dans le match (amical) qui oppose les Journées Mondiales de la Jeunesse au pèlerinage de La Mecque, qui est le gagnant ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Dans le match (amical) qui oppose les Journées Mondiales de la Jeunesse au pèlerinage de La Mecque, qui est le gagnant ?
©

Danse avec un curé

Dans le match (amical) qui oppose les Journées Mondiales de la Jeunesse au pèlerinage de La Mecque, qui est le gagnant ?

Ah ben ça, nous on sait pas ! Mais nous avons sélectionné pour vous des éléments de réponse.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »


JMJ : un prêtre enflamme la piste de dansepar buzzfil

Il est hors de question de peser ou de soupeser ici les mérites comparés de Moïse, Jésus et Mahomet. N'étant rattaché par la foi à aucun de ces trois prophètes, nous nous refusons par avance à toute ébauche de controverse religieuse. Mais nous devons la vérité à nos lecteurs : nous avons quand même un petit faible pour les religions au nom desquelles on n'égorge pas. Et nous avons également un grand faible également pour la Pologne.

Là-bas, à Cracovie, se tient un rassemblement de jeunes (sans guillemets) : deux millions de fidèles réunis à l'appel du pape. Ça s'appelle les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ). Deux millions de jeunes, c'est pas rien ! Mais qui en parle ? La Croix, La Vie : des gazettes qui ont remplacé l'encre d'imprimerie par de l'eau bénite. Mais les autres, rien ou pas grand-chose. Deux millions de jeunes catholiques, c'est pas intéressant ça coco.

On ne peut s'empêcher de comparer ce quasi silence au bruit qui accompagne – en France en tout cas – le pèlerinage musulman de La Mecque, une autre manifestation hautement spirituelle. Les médias vous donnent et vous redonnent les chiffres : trois millions de pèlerins. Trois millions de musulmans, c'est intéressant coco ! Des détails sont complaisamment fournis sur la tenue vestimentaire de rigueur à La Mecque : le blanc. Et on ne tarit pas de précisions sur le confort des tentes climatisées prévues pour l'accueil des pèlerins.

Nous, nous estimons que la compétition entre les JMJ et le pèlerinage de La Mecque ne peut se jouer que sur le plan esthétique. Une confrontation Jésus-Mahomet risquerait en effet de tourner au vinaigre car le danger serait grand que le fils de Marie refuse de tendre l'autre joue. Dans les deux cas, à Cracovie et à La Mecque, il y a spectacle. De Cracovie nous parvient une vidéo avec un prêtre très gracieux en train de danser de façon aérienne. Derrière lui, à côté de lui, des jeunes filles plus ravissantes les unes que les autres et pour la plupart très légèrement vêtues. C'est plutôt mignon. Et ça vous donne une irrésistible envie de devenir curé, le vœu de chasteté en moins.

À La Mecque, rien de tel. Le spectacle est assuré par la marche de centaines de milliers d'hommes tournant inlassablement en rond autour de la Kaaba, la Pierre noire. Pas de femmes ? Si, quelques-unes quand même et pas dévêtues comme les dévergondées des Journées Mondiales de la Jeunesse. Leur présence à La Mecque est strictement encadrée. Elles doivent être accompagnées de leur époux. À défaut d'époux, un mâle de la famille peut faire l'affaire : un père, un cousin, un oncle, un neveu, un fils…

Ce qui, c'est assez logique, réduit singulièrement leur nombre lors du pèlerinage. Mais pourquoi faut-il qu'un homme de la famille se tienne près d'elles ? Parce qu'à l'évidence, et selon le Coran, la femme musulmane doit être surveillée. De là à en déduire qu'elle a le diable au corps, le feu au… et qu'elle pourrait se livrer à d'odieuses violences sur les pèlerins mâles… On comprend dès lors pourquoi le spectacle de jeunes filles dansant avec un curé à Cracovie peut énerver de nombreux croyants tournés vers La Mecque. Peut-être les deux islamistes qui ont égorgé le père Hamel ont vu cette vidéo avant de se rendre à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !