Culture Tops : le coup de gueule de la semaine... et le programme de la suivante | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Donna Tartt écrit un roman tous les 10 ans.
Donna Tartt écrit un roman tous les 10 ans.
©Reuters

Atlanti-culture

Culture Tops : le coup de gueule de la semaine... et le programme de la suivante

L'univers artistique dans lequel semble s'inscrire le nouveau roman "Le Chardonneret" de Donna Tartt (Editions Plon - Collection Feux Croisés) n'est finalement que le récit d'un interminable mal être truffé de clichés.

Barnet de Vredevy

Barnet de Vredevy

Barnet de Vredevy est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio »

L'auteur

Donna Tartt écrit un roman tous les 10 ans. Alors forcément, après le grand succès du premier (Le maitre des illusions, 1992), la publication du second (Le petit copain, 2002), Le Chardonneret (2013) était attendu comme un enfant ardemment désiré.

Américaine, Donna Tartt est née en 1963. Elle a reçu une critique très élogieuse pour son premier roman, bouclé à 29 ans et vendu à 5 millions d'exemplaires.

Thème

Théo Decker est un adolescent dont la vie bascule le jour où il visite une exposition à New York. Une explosion fulgurante. Blessé, perdu, choqué, dans les décombres dont il s'extrait avec peine, un homme mourant lui confie un tableau -qui se révélera être le Chardonneret du maitre Hollandais du XVIIème, Carel Fabritiuis. Sa mère a péri dans l'attentat et face à  l'inimaginable solitude, il se sent dépositaire de cet incroyable geste. Le roman décrit son parcours -errance bouleversée entre mère adorée et absente, père surgi de nulle part, rencontres providentielles. L'auteur nous prend à témoin de la (dé) construction de sa personnalité, 787 pages écrites à la première personne, entre nuits de défonce, rêves amoureux, découverte du commerce des antiquités, et une trentaine de pages d'action "à la Stephen King"...

Points forts

 1. On voudrait vraiment savoir ce que ce "gamin" va faire de ce tableau !! Bon, il faut tenir environ 700 pages avant de le découvrir.

2. Une description, sous forme d'introspection, des composantes d'une dérive traumatique. Si vous aimez, rien ne vous sera épargné (sauf les évocations érotiques - pas indispensables, mais absentes de l'univers de Théo): se composer des "shoots" avec des médicaments, associer les bons alcools, les lendemains de beuverie et les crises de manques, les marques référentes du quotidien des jeunes américains, le back stage de Las Vegas et du marché des meubles "antiques" à New York...

3. De la chute à la résilience, toutes les composantes du parcours de fuite (devant les services sociaux), d'oubli (dans la drogue et l'alcool), de recherche de repères (un père ubiquitaire, un amour inavoué, un mentor providentiel, un ami ambigu, fidèle et gentiment délinquant) sont extrêmement et minutieusement décrites.

Points faibles

1. La description de la dérive du héros prend des cotés obsessionnels à force de détails. Dans le vertige de la perte des repères, de l'abolition du bien et du mal, des descriptions insoutenables, j'avais pour référence "Les Bienveillantes" de Jonathan Littell. Dans un genre plus léger, car il ne concerne finalement qu'un individu, on peut apprécier "Le Chardonneret".

2. Le roman commence comme un vrai thriller, se poursuit comme un compte rendu de pédopsychiatre (ou un journal intime), et se termine en queue de poisson. Le récit est truffé de clichés et vous surprend rarement.

3. Ce qui aurait pu être une intrigue policière à connotation artistique n'est que le récit d'un interminable mal être; ce roman me semble d'un pessimisme absolu, où le héros ne prend des initiatives que dans les 10 dernières pages !!

En deux mots

1. Il est heureux que Culture Tops existe, car si je ne m'étais engagé à cette lecture, je ne serai pas allé au bout. Et vous auriez manqué de lire ces quelques lignes...

2. L'univers artistique dans lequel semble s'inscrire ce roman n'est finalement qu'une vaporeuse et "marketée" toile de fond ; si vous pensez trouver un challenger à Arturo Perez-Reverte (le Tableau du Maitre flamand, Le Club Dumas...), passez votre chemin. Si la critique vante, dans l'écriture de ce Chardonneret, du Tolstoï, du Dickens, du Dostoïevski, du Proust, elle nous interroge sur  la durée depuis laquelle elle n'a pas ouvert ses classiques.

3. Je n'ai pas lu "Le Maitre des Illusions"; j'aurais peut être dû commencer par là...

Recommandation

Bof

(plus que BOF !!)

Le programme de vos chroniques sur Atlantico la semaine prochaine


LUNDI 14 : THEATRE/ TARTUFFE, DANS LA MISE EN SCENE DE LUC BONDY
                             
 
MARDI 15 : THEATRE/ DESHABILLEZ-MOTS, DE FLOR LUCIENNE ET LEONORE CHAIX
                              
 
MERCREDI 16 : EXPOSITION/ LE TRESOR DE NAPLES, AU MUSEE MAILLOL
              
 
JEUDI 17 : THEATRE/ A VIES CONTRAIRES, DE JULIEN ROULLÉ-NEUVILLE
              
 
VENDREDI 18 : LIVRE/ COMME LES AMOURS, DE JAVIER MARIAS
 
 
SAMEDI 19 : CAFE-THEATRE/ LA MAITRESSE EN MAILLOT DE BAIN, DE FABIENNE GALULA
                

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !