Coronavirus : Comment la Chine pourrait tenir sa promesse (ou pas) de faire profiter au monde du vaccin qu’elle pense trouver rapidement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Coronavirus : Comment la Chine pourrait tenir sa promesse (ou pas) de faire profiter au monde du vaccin qu’elle pense trouver rapidement
©NAOHIKO HATTA / AFP

Traitement

Coronavirus : Comment la Chine pourrait tenir sa promesse (ou pas) de faire profiter au monde du vaccin qu’elle pense trouver rapidement

Le président chinois Xi Jinping a promis de partager un éventuel vaccin avec le reste du monde. La Chine est-elle dans une position suffisamment crédible pour inspirer la confiance dans le cadre de la découverte d'un vaccin contre le coronavirus ?

Emmanuel Lincot

Emmanuel Lincot

Professeur à l’Institut Catholique de Paris et Chercheur-associé à l’Iris, Emmanuel Lincot est sinologue. Son dernier ouvrage, écrit avec Emmanuel Veron est La Chine face au monde : une résistible ascension (éditions Capis Muscat). Il est également l'auteur de Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Sharp Power et Soft Power aux éditions MkF et de Géopolitique du patrimoine. L’Asie d’Abou Dhabi au Japon aux éditions MkF.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Alors que les Occidentaux se sont lancés dans la course à la découverte du vaccin, la Chine tente-t-elle de montrer qu'il faudra également compter avec elle ? 

Emmanuel Lincot : C’est une course mondiale qui est engagée et la Chine en a compris l’enjeu : redorer son image qui a fini par se dégrader spectaculairement au fil de ces dernières semaines. Ce qui est dommageable d’après certains experts, c’est que la Chine aurait détruit les premiers séquençages du virus. A quelle fin ? Toutes sortes de phantasmes gravitent autour du laboratoire P 4 qui serait, selon la Maison Blanche, à l’origine de la pandémie. Les allégations américaines sont désormais contestées par leurs plus proches alliés dans la région, les Australiens. Revivons-nous le scénario d’une possession supposée d’armes chimiques par l’Irak de Saddam Hussein que lui prêtaient faussement Bush et Blair, lesquels avaient ainsi légitimé leur intervention militaire contre le régime de Bagdad ? La question vaut d’être posée. Il en va aussi de notre propre sécurité. Même si comme le rappelait Emmanuel Macron auprès du « Financial Times », il y a « manifestement des choses qui se sont passées (à Wuhan) qu’on ne sait pas » et que les soupçons à l’encontre de la Chine pèseront très longtemps dans sa manière de gérer cette crise. Que Xi Jinping ait décidé par exemple de donner deux milliards de dollars à l’OMS, étalés sur deux ans, pour lutter contre la Covid-19, n’est évidemment pas complètement désintéressé. Et on remarquera que cette offre chinoise survient au moment même où sous la pression de plus d’une centaine de pays exigeant de Pékin une enquête indépendante sur l’origine de la pandémie de la Covid-19, les autorités chinoises ont fini par accepter en imposant toutefois des limites strictes à cette enquête. Pourquoi la Chine a-t-elle mis tant de temps à en accepter ne serait-ce que le principe ? Là encore, des soupçons lourds de concussion entre l’OMS, sa direction, et les autorités chinoises ne manqueront pas de survenir.

La Chine est-elle dans une position suffisamment crédible pour inspirer la confiance dans le cadre de la découverte d'un vaccin contre la CoVid-19 ? 

Pour nous résumer, et si l’on raisonne d’une manière radicale, les Chinois sont à l’origine de la fabrication du virus. A la faveur d’une erreur de manipulation, et selon les autorités américaines, il aurait échappé à ses auteurs. Le fait de ne pas retrouver les premiers séquençages va dans le sens des allégations américaines. Pékin aurait donc détruit les preuves comme on le dit d’un criminel qui brouille les pistes pour ne pas être démasqué…Une chose est certaine, si la Chine a fabriqué ce virus alors tout nous porte à croire qu’elle en maîtrisera a priori plus rapidement l’antidote que les Occidentaux. Nous savons que plusieurs laboratoires chinois travaillent intensément en ce sens. Et notamment, l'Académie militaire des sciences médicales de l'armée chinoise. C’est une information qui là encore conforterait les hypothèses américaines exposées plus haut. Toutefois, en Chine même, le secteur des vaccins est miné par une crise de confiance après plusieurs scandales. La découverte en 2018 dans une entreprise de la province du Jilin (nord-est) d'un processus de fabrication illégal d'un antirabique avait provoqué un tollé. Qu’est-ce à dire ? Le système est tellement corrompu que la confiance vis-à-vis de la Chine en matière médicale est impossible. Au reste, nous Européens en avons fait les frais lorsque Pékin nous a imposé l’achat de matériel médical et de masques totalement défectueux. Les Européens et même les Africains sont vite revenus sur les effets d’annonce de la propagande chinoise. La communication de Pékin est un échec et même si ses équipes médicales découvraient un vaccin plus tôt qu’en Occident, il faudrait du temps pour en mesurer les éventuels effets secondaires.

Quel impact diplomatique aurait une telle découverte si les Chinois venaient à la faire en premier ? 

D’abord il faudrait avoir une connaissance claire sur le statut des personnes qui se seraient vu administrer ce vaccin en Chine. Simples volontaires ou prisonniers politiques ? Rappelons que la Chine a, en la matière, à la fois une sinistre et longue expérience. Plus d’un million de Ouïghours croupissent dans des camps de concentration. Sans compter les dissidents, nombre d’entre eux servent de cobayes à la science. Depuis des décennies, un trafic juteux d’organes prélevés sur le corps des suppliciés vivant dans ces camps permet aux hôpitaux chinois de greffer leurs propres patients. Ces trafics se font avec la complicité des autorités locales. A quelques rares exceptions près, l’Occident a presque toujours fermé les yeux sur ces horreurs. Il n’est jamais trop tard de les dénoncer, de recueillir davantage de témoignages des rescapés de ces camps. Bref, il faut toujours avoir à l’esprit que la Chine a à sa tête un régime coupable des pires sévices. Plus nous en aurons conscience, moins l’impact de la propagande chinoise sera grand. Dans le meilleur des mondes, je dirais que si la Chine réussissait à fabriquer un vaccin, fiable de surcroît, la moindre des choses serait qu’elle le propose gratuitement à toutes les régions du monde touchées par la pandémie. C’est évidemment impossible à moins d’être de ces sino-béats éblouis et totalement lobotomisés. Nous en avons un certain nombre dans notre pays mais vous observerez avec moi qu’ils sont comparables à la Covid-19 : leur pouvoir de nuisance faiblit de jour en jour.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !