Connaissiez-vous les CAPTCHA ? Parce que Google vient de les tuer et de vous simplifier grandement la vie par la même occasion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Google vient de les tuer les CAPTCHA.
Google vient de les tuer les CAPTCHA.
©

Révolution

Connaissiez-vous les CAPTCHA ? Parce que Google vient de les tuer et de vous simplifier grandement la vie par la même occasion

Dans un communiqué officiel, Google explique que reCaptcha demandait aux internautes de prouver qu’ils n’étaient pas des robots en recopiant une suite de chiffres et de lettres, "mais nous avons pensé qu'il serait plus facile de demander simplement, et directement, à nos utilisateurs, s'ils sont ou non des robots – alors nous l'avons fait !".

Fréderic Jutant

Fréderic Jutant

Frédéric Jutant est un spécialiste du référencement sur le moteurs de recherche pour le compte de l'agence web Kelcible. 

Voir la bio »

Sans plus attendre, voici la nouvelle version reCaptcha :

 

 

Les captchas, qu'est-ce que c'est ?

Ce sont des tests de Turing permettant de différencier de manière automatisée un utilisateur humain d'un ordinateur. En d'autres termes, un défi-réponse pour s'assurer qu'une réponse n'est pas générée automatiquement par un ordinateur.

Le mot « CAPTCHA » est basé sur le terme capture, et vient de l'anglais completely automated public Turing test to tell computers and humans apart.

Pourquoi Google veut les tuer ?

Si Google dépoussière ainsi ce système anti-spam, c’est avant tout pour répondre à la demande des internautes qui se plaignent depuis plusieurs années de ne déchiffrer correctement les codes qui sont présentés.

Mais c’est aussi parce que devant le ras-le-bol général, certains webmasters avaient carrément décidé d’abandonner ce système de protection développé en 1997 au profit d’autres services plus simples, plus ergonomiques, et plus design.

Enfin, c’est surtout parce que la technique du texte déformé n’est plus aussi fiable qu’auparavant.

Les « bypass », « decaptcher » ou « captcha solvers » sont autant de services proposant aujourd’hui de résoudre rapidement et automatiquement les captchas. A l’heure actuelle, on estime que 99.8% des captchas proposés sur internet peuvent être résolues en seulement quelques secondes.

Cette nouvelle génération de captcha permettra peut-être de mettre des bâtons dans les roues à ces services de « bypass » et « decaptcher », pour limiter l'envoi de spam par le biais des formulaires.

Comment fonctionne ce nouveau système de Google ?

Pour améliorer l’ergonomie de navigation tout en  augmentant la sécurité, Google a développé une nouvelle API baptisée « No CAPTCHA reCAPTCHA » pour ne présenter un captcha que lorsqu’il détecte un robot.

L’internaute n’a plus qu’a cliquer sur « Je ne suis pas un robot » pour être reconnu. Quand le système a un doute et qu’il n’est pas certain à 100% qu’il s’agit d’un humain, il lui demandera de recopier un code sur ordinateur ou de reconnaître une photo sur support mobile.

Afin de ne pas aider les spammeurs, Google n’a pas donné de précision sur les éléments qui lui permettent de distinguer les humains des robots, mais on imagine qu’il utilise les cookies du navigateur web, l’adresse IP de l’internaute, ou encore le mouvement de la souris pour cocher la case.

 

 

Au final, c'est une bonne nouvelle pour la majorité des internautes !  Seuls les webmasters qui disposent actuellement de ce système devront faire une petite mise à niveau ou mettre leurs plugins à jour pour bénéficier de cette nouvelle version.

 

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Google Drive : les 10 trucs à connaître pour optimiser votre productivité sur l’outilVote d'une résolution anti-Google : pourquoi les députés européens se trompent d'ennemi Le revenu généré par chaque utilisateur de Google, Facebook et TwitterGoogle, Facebook, Twitter et cie… Service gratuit contre utilisation de nos données : comment trouver l’équilibre raisonnable

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !