Mais pourquoi notre odeur naturelle se dégrade-t-elle autant en été (et non, ce n'est pas une question de transpiration) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Mais pourquoi notre odeur naturelle se dégrade-t-elle autant en été (et non, ce n'est pas une question de transpiration) ?
©REUTERS/Jason Reed

L'été et ses petits tracas

Mais pourquoi notre odeur naturelle se dégrade-t-elle autant en été (et non, ce n'est pas une question de transpiration) ?

L'arrivée de l'été et de la chaleur entraîne bon nombre de petites contrariétés, notamment olfactives, dues à la multiplicité des zones du corps sensibles à la transpiration. Pour lutter contre les odeurs, il est bon de lutter contre leur source : les bactéries et l'humidité.

Philippe Abimelec

Le docteur Abimelec est dermatologue, il a exercé les fonctions de praticien attaché à l'hôpital Saint-Louis pendant plus de quinze ans.

Actif auprès de sociétés savantes, il est orateur aux congrès internationaux, écrit des chapitres d’ouvrages et des articles de revues internationales.

Son site http://www.abimelec.com/

Voir la bio »

Atlantico : Malgré l'utilisation de nos déodorants classiques lors des vacances d'été, notre odeur corporelle a tendance à être plus forte pendant cette période. Est-ce dû à l'augmentation de la transpiration en tant que telle ou est-ce dû à l'augmentation des zones qu'elle touche ?

Philippe Abimelec : La transpiration, en tant que telle, est inodore. Globalement, les mauvaises odeurs, qu’on appelle bromhydrose, sont dues à la transformation par les bactéries des sécrétions, liées en particulier à la transpiration, des glandes apocrines qu’on trouve dans la zone axilo-génitale (aisselles et région génitale).

Partout où il y a des bactéries et de l’humidité, on trouve des mauvaises odeurs car elles prolifèrent en présence d’humidité. Même dans les régions des pieds, l’humidité est cause de mauvaises odeurs, de prolifération de bactéries et de champignons. En été, étant donné que l’on transpire plus, il a plus de risques de mauvaises odeurs. Cependant, les personnes souffrant de transpiration excessive, ou hyperhidrose, transpirent beaucoup même en hiver.

Comment mieux maîtriser notre odeur corporelle pendant les vacances d'été ?

Les premières règles simples quand on souhaite limiter la transpiration, c’est de réguler la température à l’aide de climatiseurs, de s’habiller légèrement avec des vêtements amples, de préférence en coton et qui ne collent pas à la peau. Pour les personnes souffrant de mauvaises odeurs dues à la transpiration, il est évident de se laver deux fois par jour avec un savon antiseptique pour limiter les bactéries présentes sur la peau. 

Y a-t-il des erreurs à ne pas commettre ? Si oui lesquelles et pourquoi ?

Les déodorants masquent les mauvaises odeurs à l’aide de parfum mais ne limitent pas la transpiration. Pour cela, il fait se servir d’un anti-transpirant contenant du chlorure d’aluminium. Je recommande son utilisation sous forme de crème car c’est moins irritant. Il faut en mettre tous les deux jours, sur des aisselles bien sèches, après la toilette (une heure après la toilette par exemple, un jour sur deux/sur trois). Puis ensuite on augmente la fréquence des applications s'il n’y a pas d’irritation. Pour les personnes vraiment gênées par la transpiration, l’injection de toxine botulique (botox) dans les aisselles peut être efficace pour limiter la bromhydrose. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !