Comment le profil des utilisateurs du Bitcoin permet de prédire son avenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L’âge médian des bitcoiners est de 30 ans, 88% sont des hommes.
L’âge médian des bitcoiners est de 30 ans, 88% sont des hommes.
©Reuters

Boule de Cristal

Comment le profil des utilisateurs du Bitcoin permet de prédire son avenir

Après la chute de MtGox, l'une des principales plateformes de vente et d'achat de Bitcoins, comment envisager l'avenir du cette monnaie électronique ?

Philippe Herlin

Philippe Herlin

Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ? chez Atlantico Editions.

Il tient le site www.philippeherlin.com

Voir la bio »

Le bitcoin vit des jours mouvementés, la "monnaie électronique décentralisée" demeure toujours aussi volatile. Son cours, qui s’était stabilisé autour de 800 dollars durant le mois de janvier, a perdu un quart de sa valeur en ce mois de février, pour en valoir environ 600. Faut-il s’inquiéter ? Oui et non, la cause est parfaitement localisée et identifiée : la plus ancienne plateforme d’échange, qui permet d’acheter et vendre des Bitcoins contre des dollars ou des euros, est hors service. Il s’agit de MtGox, basé au Japon.

MtGox invoque un problème de "malléabilité des transactions" qui permettrait à certains clients indélicats de tromper la plateforme et de demander le remboursement d’une transaction prétextant qu’elle n’a pas abouti, alors qu’en fait elle a bien eu lieu. Ce problème, lié à l’interface entre la plateforme et le réseau bitcoin, est en fait connu depuis 2011, MtGox n’a simplement pas adapté son code en conséquence. Le résultat on vient de l’apprendre : la plateforme s’est fait voler plus de 700.000 bitcoins et est désormais certainement insolvable… Une catastrophe qui pourrait affecter tout l’écosystème bitcoin et poser un vrai problème de confiance.

Quoi qu’il en soit, cette baisse des cours et le crash de MtGox ne remettent pas en cause l’optimisme des entrepreneurs, notamment pas en France où a eu lieu le 13 février dernier, à Paris, la première réunion de startups dédiées au Bitcoin, une date historique ! Trois sociétés se sont présentées, qui visent un public déjà aguerri (BTCOracle, Brawker, BTChip), mais une étude des premiers utilisateurs étaient aussi présentée par la société Waykup, elle permet de mieux cerner cette population encore petite mais en forte croissance.

Il ne s’agit pas d’un sondage mais d’un questionnaire qui a été diffusé sur le Net, et auxquels 356 internautes ont répondu, dont une moitié de francophones, les résultats sont donc à prendre avec une marge d’appréciation significative. Mais tout de même, cette étude donne des indications intéressantes sur le profil des bitcoiners, c'est-à-dire des gens qui détiennent des bitcoins et/ou sont actifs dans le domaine du bitcoin :

- L’âge médian des bitcoiners est de 30 ans, 88% sont des hommes.

On a donc vraiment affaire au profil des geeks ! On attend avec impatience une intervention de Najat Vallaud-Belkacem pour lutter contre le stéréotype qui voudrait que le bitcoin soit l’apanage du sexe masculin.

- Les motivations à utiliser des bitcoins sont l’investissement et la spéculation (27%), éviter les frais bancaires (21%), faire des transactions confidentielles et sécurisées (16%), vendre mes services plus facilement (10%), je suis un mineur (10%), échapper à toute fiscalité (8%), l’anonymat (7%)

Le bitcoin comme placement est donc privilégié, d’ailleurs selon un récent sondage 10% des Finlandais sont prêts à acheter des bitcoins pour placer une partie de leur épargne, cette monnaie est en train de devenir un actif en soi, à côté de l’or ou d’autres placements plus classiques comme l’immobilier, les actions, etc. Le bitcoin comme moyen d’échange facile, sécurisé et low cost (2e, 3e et 4e réponses) fonctionne aussi très bien. Les mineurs (qui valident les transactions et sont récompensés par des bitcoins créés à cette occasion) représentent un utilisateur sur dix. Echapper à toute fiscalité et demeurer anonyme séduit 15% des utilisateurs, mais ils présument de ces qualités qui, à l’usage, s’avèrent moins évidentes qu’on pourrait le croire au premier abord, on peut prévoir que ce chiffre diminuera avec le temps…

- Seuls 10% des bitcoiners sont des professionnels de la finance

C’est bien ce que l’on pensait, les financiers ne comprennent rien au bitcoin, c’est un truc d’informaticiens, pour l’instant.

- 65% des bitcoiners ont confiance dans l’avenir du bitcoin, et 23% seulement dans l’euro ou leur devise nationale (12% dans les deux)

Les geeks adeptes du bitcoin comprennent mieux l’économie que les financiers ! On a bien sûr affaire à un public fervent, mais qui a aussi compris que la planche à billets dévalue les monnaies papier, alors que la limitation du nombre de bitcoins en circulation à 21 millions lui confère une vraie valeur à long terme.

- 69% des bitcoiners détiennent au plus 10 bitcoins (19% n’en possèdent pas du tout, 44% entre 1 et 5, 6% entre 6 et 10). Et 4% en possèdent plus de 500, les chanceux !

Cela signifie que la plupart des détenteurs de bitcoins en ont acheté récemment, lorsqu’il valait cher, et que très peu en ont acheté lorsqu’il valait 10 dollars ou moins. Ce qui indique un afflux de nouveaux utilisateurs durant l’année 2013, avant le monde du bitcoin était vraiment confidentiel.

- 83% des bitcoiners pensent que le cours du bitcoin va monter dans les 3 ans qui viennent, 4% qu’il va baisser. Et dans ces 83%, 69% pensent qu’il va monter en flèche, 14% qu’il va monter un peu.

Ce résultat témoigne d’un public fervent bien sûr, mais qui a aussi compris que le bitcoin est protégé de toute inflation monétaire, de toute planche à billets, et que dans le même temps son utilisation va s’accroître dans des proportions très importantes. Pour ceux qui veulent diversifier leur épargne, et quoi n’ont pas peur de la volatilité, on peut considérer que c’est un petit conseil d’achat…

- 88% des détenteurs de bitcoins les gardent, 8% les convertissent pour les dépenser.

Une étude avait récemment montré que 80% des bitcoins ne circulent pas, c'est-à-dire sont thésaurisés. Cela pose des problèmes de liquidité, et donc de volatilité, mais indique aussi la forte confiance des utilisateurs dans l’avenir de cette monnaie.

- Seulement 28% des détenteurs de bitcoins ont confiance dans leur sécurité, 26% craignent le vol sur leur ordinateur, 25% de perdre les données, 21% l’apparition d’un nouveau virus anti-bitcoins.

Le problème n° 1 c’est la sécurité, les progrès à faire dans ce domaine sont énormes et l’écosystème des entreprises actives dans le bitcoin doit absolument y répondre.

Les bitcoiners sont donc un public fervent, essentiellement des geeks, conscient des immenses potentialités de cette monnaie électronique, mais qui veut sans doute aller plus vite que la musique : il faut d’abord rassurer les utilisateurs sur la sécurité, sinon le passage au grand public ne se fera pas et, à cet égard, le crash de la plateforme MtGox risque de peser lourd.

A lire de l'auteur de cet article : La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ?, Philippe Herlin (Atlantico Editions). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !