Comment l'âge et les comportements des pères influent aussi sur la santé de leurs futurs enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Les comportements des pères influeraient aussi sur la santé de leurs futurs enfants.
Les comportements des pères influeraient aussi sur la santé de leurs futurs enfants.
©Reuters

Allo papa bobo

Comment l'âge et les comportements des pères influent aussi sur la santé de leurs futurs enfants

Pendant longtemps, on a pensé que seul le comportement de la mère lors de la grossesse pouvait impacter la santé de son futur enfant. Pourtant, il semble que le comportement du père tienne également un rôle important. D'autant plus après la naissance.

Pierre  Roubertoux

Pierre Roubertoux

Pierre Roubertoux est professeur de génétique et de neurosciences à Marseille. Il a créé et dirigé le laboratoire "Génétique, neurogénétique, comportement" du CNRS et a travaillé au laboratoire "Génomique fonctionnelle, comportements et pathologies" du CNRS, à Marseille. Il mène aujourd'hui ses recherches au sein du laboratoire de génétique médicale de l'Inserm.  Ses travaux sur la découverte de gènes liés à des comportements lui ont valu le prix Theodosius Dobzhansky, aux États-Unis.

Voir la bio »

Atlantico : Il est bien connu que la santé de la mère est un élément important pour la santé de l'enfant qu'elle porte mais un nombre croissant de preuves issues d'études sur des animaux montrent que l'exposition à des toxines émanant du père peut également impacter la santé du fœtus. En quoi le comportement des futurs pères influe sur la santé de leurs futurs bébés ?

Pierre Roubertoux En ce qui concerne l’altération éventuelle de l’ADN par le tabac, l’alcool, ou par d’autres drogues, pour l’instant, nous n’avons pas d’informations transposables à l’humain. Comme beaucoup d’expériences que l’on fait chez l’animal, on se place dans des situations extrêmes. Il n’est pas sûr et certain qu’on ait montré, en ce qui concerne l’ADN du mâle, qu’il soit modifié par l’alcool, le tabac ou par d’autres drogues. Si certains peuvent interpréter dans ce sens ces résultats expérimentaux, ils sont obtenus grâce à des doses tout à fait élevées qui seraient nocives, voire mortelles, chez l’humain.

Je ne pense donc pas que l’homme qui fume deux paquets de cigarettes par jour puisse voir son ADN ou sa structure génétique modifiés. En revanche, il est évident que ça peut modifier la vitalité des spermatozoïdes et leur survie

Le comportement des pères peut-il continuer d'influer sur la santé de leurs enfants après la naissance ?

En revanche, du point de vue de l’environnement, l’homme qui fume ou boit, va provoquer un tabagisme passif auprès de ses proches dont ses enfants. S’il boit, il peut avoir des désordres physiologiques, comportementaux, voire une somnolence, autant de comportements qui feront de lui un homme absent, ce qui est, bien sûr, peu souhaitable pour servir de modèle à ses enfants.

Le père, comme la mère, ont un rôle important dans l’éducation. Il y a des tas d’études faites et qui montrent que l’intérêt que provoque le père envers son enfant pour toute forme de loisirs – musique, lecture, etc. – peut être induit par l’éducation. Toutes les conséquences du comportement ne sont pas génétiques.

La période de fécondité des hommes étant plus longue que celles des femmes, ils ont des enfants plus âgés. Comment expliquer les troubles provoqués chez l'enfant du fait de l'âge du père ?

Y a-t-il véritablement des troubles dus à l’âge ? Maurice Auroux avait réalisé une longue étude pour montrer que les pères âgés avaient des enfants qui présentaient plus d’anomalies génétiques que des pères plus jeunes.

Je ne suis pas certain que cette étude ne présente pas de biais. De même, je ne suis pas sûr qu’on puisse généraliser. La différence d’âge se définit sur toute une échelle. Cela peut être un père qui a trente ans par rapport à une mère de vingt ans, ça peut être un père de quarante ans pour une mère de vingt ans, ça peut être un père de soixante-dix ans avec une femme de vingt-cinq ans. On voit bien que ces exemples présentent des situations bien différentes.

On pourrait penser qu’il y a une altération de l’ADN chez les personnes âgées. Mais il n’y a pas beaucoup de preuves expérimentales et elles sont entachées par un plan d’expérience critiquable. Le seul effet concret déplorable certain est qu’un père trop âgé ne peut pas jouer avec ses enfants. Mais ce constat n’est pas scientifique

La modification de l'image du couple parental a-t-elle un impact direct sur la santé des enfants ? Lequel ?

Il faudrait des études sociologiques bien faites, comparant les couples dans lesquels un père a demandé à bénéficier d’un congé parental en comparaison avec des enfants qui ont été élevés exclusivement par la mère.

Il doit y avoir des différences de comportements et de personnalité entre les enfants qui sont gérés par un père, par une mère ou par les deux. Aujourd’hui le comportement du père influe sur l’enfant. La preuve, lorsqu’un enfant se blesse, il a davantage tendance à se tourner vers son père. Aujourd’hui, l’image de la femme est différente pour l’enfant et la formation du genre est différente chez le garçon et la fille, suivant qu’ils ont été élevés par un couple dans lequel la maman ou le papa était au foyer.

Propos recueillis par Marianne Murat

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !