Comment Israël se prépare à une éventuelle attaque de l’Iran | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'armée israélienne a commencé à tester dimanche un système d'alerte de la population par messages sms, en cas d'attaques de missiles.
L'armée israélienne a commencé à tester dimanche un système d'alerte de la population par messages sms, en cas d'attaques de missiles.
©Reuters

Méfiance

Comment Israël se prépare à une éventuelle attaque de l’Iran

Israël teste cette semaine un système d'envoi massif de sms à la population, en prévision d'une éventuelle attaque militaire iranienne. Abris fortifiés, sirènes, avertissements radio, plan d'évacuation des ressortissants français... Israël est-il aussi bien préparé qu'il le prétend ?

Frédéric Encel

Frédéric Encel

Frédéric Encel est Docteur HDR en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris, Grand prix de la Société de Géographie et membre du Comité de rédaction d'Hérodote, l'auteur a fondé et anime chaque année les Rencontres internationales géopolitiques de Trouville-sur-Mer dont la 5è édition se tiendra  les 26-27 septembre 2020 sur le thème "Mémoire et géopolitique". Il vient de publier Les 100 Mots de la  guerre, coll. Que Sais-Je? (PUF).  

Voir la bio »

Atlantico : Les relations entre Israël et l'Iran sont de plus en plus tendues. Comment Israël se prépare-il à une guerre contre l'Iran ? Israël prévoirait d'utiliser les sms pour prévenir d'éventuel bombardement. Quelles installations a prévues le pays en cas d'attaque de l'Iran ? 


Frédéric Encel : Depuis au moins les années 1980, les Israéliens savent que leurs ennemis toucheront davantage l'arrière que le front stricto sensu, et qu'ils doivent faire face aux missiles. Le pays a connu sa première grande expérience en janvier et février 1991 avec les Scud irakiens. La seconde, c'était en 2006 avec les engins du Hezbollah libanais, et la troisième - plus limitée - en 2008-2009 avec ceux du Hamas palestinien à Gaza. Psychologiquement, les civils sont donc prêts à envisager de nouvelles offensives balistiques. Face à l'Iran, la crainte est tout de même plus grande de voir s'abattre des missiles plus puissants et mieux ciblés, sur Tel Aviv notamment.

Après, pour ce qui concerne les installations protectrices, chaque quartier et chaque villlage est pourvu de nombreux miklatim, c'est à dire d'abris puissamment fortifiés. Les sirènes et la radio nationale jouent aussi un rôle important, et sans doute demain les SMS. De fait, tant en 1991 qu'au cours des attaques de missiles ultérieures, les pertes civiles avaient été extrêmement réduites.

Les déclarations d'Israël ne sont-elles pas seulement de la poudre aux yeux, de la communication pour faire peur à l'Iran ?

Dans toute montée d'une crise géopolitique, chaque protagoniste tente de bomber le torse afin de montrer sa détermination et, le cas échéant, ses capacités objectives. J'ignore si les déclarations musclées d'Israël relèvent de l'intox. Ce qu'on constate en tout cas, c'est la santé très chancelante des ingénieurs nucléaires iraniens ces derniers mois... Et la grande fragilité des installations informatiques face aux virus.

En réalité, je pense qu'Israël espère ne pas avoir à intervenir militairement. Donc on assiste à la fois à des coups de gueule en guise de plan com' et à une vraie préparation à toute éventualité. De ce point de vue, la nomination de l'ancien chef des services de renseignement intérieurs, Avi Dichter, à la défense passive, est intéressante ; elle doit inspirer confiance à l'intérieur, et crainte à l'extérieur...

Comment peut-on expliquer cette montée de la violence alors que le conflit syrien semble polariser l'essentiel de l'action des médias ?

Je ne parlerai pas de montée de violence tant qu'aucun coup de feu n'a été tiré. Du reste, rappelons qu'en dépit de ses fréquentes invectives antisionistes et négationnistes, le pouvoir islamiste iranien n'a jamais agressé directement Israël et vice versa... Sur le fond, il est normal que les médias et les chancelleries se préoccupent prioritairement de la guerre civile en Syrie : plus de 20 000 morts en 18 mois, une tension internationale entre grandes puissances, des Etats fragiles ou très armés aux frontières, etc. Mais les deux dossiers se rejoignent à la marge, car Téhéran soutient à fond Damas dans sa répression. La Syrie est l'unique allié militaire de l'Iran.

La France aurait préparé un plan d'évacuation pour 200 000 ressortissants français vivants en Israël. Comment cela peut-il prendre forme ? Est-ce réellement possible ? Et combien cela va coûter ? 

Que la France se préoccupe de ses ressortissants établis à l'étranger en bâtissant des plans d'évacuation, rien de plus normal. Y compris si des moyens navals ou aériens considérables doivent être engagés à des coûts élevés. Mais en l'occurrence, sauf éventuellement pour les personnels diplomatiques et certains autres nationaux, je n'imagine absolument pas d'évacuation de masse. La raison en est simple : pour l'essentiel, les Français installés en Israël le sont pour des raisons beaucoup plus idéologiques et/ou spirituelles que professionnelles. Autrement dit, ils décideront sans nul doute de demeurer aux côtés de leurs nouveaux compatriotes en cas d'attaque balistique iranienne. C'est en tout ca ce qui s'était produit les fois précédentes. Mais nous n'en sommes pas encore là. Tous les autres canaux que la confrontation militaire maximale n'ont sans doute pas été épuisés...

Propos recueillis par Charles Rassaert

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !