Comment Google a débusqué sans le vouloir un vaste réseau chinois de voleurs de voitures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Comme beaucoup de produits Google, le contrôle de la qualité AdWords est géré par un algorithme d'apprentissage automatique massif, similaire à la fonction PageRank qui alimente Google Recherche.
Comme beaucoup de produits Google, le contrôle de la qualité AdWords est géré par un algorithme d'apprentissage automatique massif, similaire à la fonction PageRank qui alimente Google Recherche.
©DR

Flics du net !

Comment Google a débusqué sans le vouloir un vaste réseau chinois de voleurs de voitures

L’algorithme reliant entre elles tout un nombre de données multiples a observé et mis en relation des phénomènes louches...

Adworks est le système publicitaire du moteur de recherche Google. Celui-ci affiche des milliards d’annonces ciblées en fonction des mots-clés que tape l’internaute en en fonction de son comportement. La plupart de ces annonces sont légitimes, mais elles ne le sont pas toutes : l’an dernier par exemple, 224 millions d’annonces illégitimes ont été chassées en dehors du réseau. La plupart des mauvais produits sont des produits contrefaits (sacs à main par exemple).

Pourtant, en 2010, c'est bien grâce à ce système qu'un vaste réseau chinois de voleurs de voitures va être découvert.

L’arnaque prenait la forme suivante : des fraudeurs prenaient des voitures en photo dans la rue et postaient des annonces. Lorsqu'un client malheureux proposait de l’argent pour en acheter une, les fraudeurs allaient la voler pour la lui vendre ensuite. Au moment où les acheteurs réalisaient qu'il s’agissait de biens volés, les vendeurs-voleurs avaient déjà disparu depuis longtemps avec l’argent. Cette fraude en ligne est très lucrative et bien connue en Chine - mais très peu dans les autres pays. Et les fraudeurs sont de vrais professionnels de cette arnaque.

Mais si les différences culturelles peuvent tromper les humains, la machine ne s'est pas trompée : car cette fois manque de chance, les équipes vont, sans le faire exprès, mettre la main sur les escrocs.

Comme beaucoup de produits Google, le contrôle de la qualité d'AdWords est géré par un algorithme d'apprentissage massif, similaire à la fonction PageRank qui alimente Google Search. Et c’est justement cet algorithme qui a fait tout le travail.

Les équipes n’étaient absolument  pas concentrées à ce moment-là sur les voitures en question. Mais l’algorithme a observé et mis en relation des phénomènes louches : un motif d’achats rapides de nouveaux comptes, rattaché à des modèles plus grands. Il en a donc déduit que quelque chose d’anormal se passait et a alerté ceux que l’on surnomme les "flics" de Google. Le système a donc fait des rapprochements que ses propres ingénieurs n’avaient même pas imaginés.

Une fois les escrocs découverts, Google les a expulsé d’AdWords mais n’a pas pu faire plus, la décision finale appartenant aux autorités chinoises.

Blanche Martin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !