« Allo, Madame Royal ? Et le chabichou dans tout cela ? » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
« Allo, Madame Royal ? 
Et le chabichou dans tout cela ? »
©

C’est « pour de rire »

« Allo, Madame Royal ? Et le chabichou dans tout cela ? »

La France ronge son frein dans l’attente du programme présidentiel de Ségolène Royal. Christian Millau a réussi à la joindre en Poitou-Charentes. Interview imaginaire.

Christian Millau

Christian Millau

Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.

Parmi ses parutions les plus récentes : Au galop des hussards (Grand prix de l'Académie française de la biographie et prix Joseph-Kessel), Bons baisers du goulag et aux éditions du Rocher,  Le Petit Roman du vin, Journal impoli (prix du livre incorrect 2011), Journal d'un mauvais Français (21 avril 2012) et Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi (Rocher, 2013)

Voir la bio »

« Madame Royal, s’il vous plaît : en exclusivité, faites nous l’amitié de dévoiler pour Atlantico votre rapport  au chabichou. »

« Mon rapport au chabichou est festif et chaleureux. Poitou-Charentes est un bassin de convivialité où je viens me ressourcer régulièrement. Les éleveurs de chèvres sont de vrais gens qui forment une chaîne citoyenne éco-responsable et, parmi eux, je puis gérer sereinement ma sérénité. Le chabichou est pour moi comme un point citoyen où renouveler ma respiration démocratique. La communauté des éleveurs de chèvres possède une culture en partage particulièrement éclairante. »

« A propos d’autre chose, vous êtes thé, café ou chocolat ? » 

« Je suis chocolat équitable. »

« La chute de DSK, à qui vous aviez proposé de devenir votre futur Premier ministre, comment l’avez-vous ressentie ? »

« Je ne crains pas de dire que le mari d’Anne Sinclair a, quelque part, un gros problème de comportement de proximité. Nous savions qu’il avait ouvert depuis longtemps un espace d’aventures qui risquait de le mettre dans une posture à risques. Il eût fallu mieux visualiser le principe de précaution et lui tendre une main citoyenne qui l’aurait aidé à cadrer sa dynamique échangiste. »

« Quel effet cela vous a-t-il fait de découvrir un François Hollande tout neuf, dans le genre gravure de mode ? »

« Il lui a fallu certainement du courage pour entrer ainsi en restriction calorique. »

« Lui en voulez-vous pour ce qu’il vous a fait subir ? »

« Ne m’obligez pas à brasser de l’intime ! Mais tout cela est si loin et ne fait plus problème. Par sympathie pour les lecteurs d’Atlantico,  je jouerai la transparence. Quand je me suis trouvée en situation sentimentale de rupture, il m’a fallu faire un immense effort de déprise. Pendant un temps, je me suis sentie à la périphérie de moi-même. Un peu comme une sans-papière impuissante à se perfuser au réel. Puis j’ai trouvé en moi le ressort d’une dynamique à stimuler. »

« Désolé de remuer la baguette dans la plaie mais votre sortie sur la Grande Muraille en 2007 est restée dans toutes les mémoires. Votre bourde a, comme on dit, fait ventre chez les journalistes qui vous accompagnaient en Chine. »

« Je vous en prie, élevez l’argument ! En dynamisant le mot ‘bravoure’ en ‘bravitude’,  j’en ai exprimé toute la plénitude. Jack Lang l’avait parfaitement compris : ‘Quel talent ! avait-il dit. Quelle inventivité sémantique !’ Que demander de plus ? »

« Votre ami Jack Lang, à l’Education nationale, avait échafaudé un ‘plan de formation à la gestion de la violence scolaire’. Je ne sais trop s’il s’agissait de donner des cours de karaté aux professeurs des écoles pour leur permettre d’en coller une bonne aux sauvageons mais on ne saurait affirmer que les résultats ont été concluants. Vous avez certainement des idées innovantes ? »

« Absolument. Mon modèle est l’école des années 50 telle que je l’ai connue dans les Vosges. L’école doit redevenir le creuset du pacte républicain et le moteur de l’ascenseur social. Outre la présence dans chaque classe de deux jeunes qui exécuteront leur service national, on fera appel à des intermittents du  spectacle qui initieront les jeunes au théâtre, à la poésie et transmettront leur vécu au cours des journées de ‘la libre parole et de dialogue des Cultures’. Ils organiseront  des animations autour de la culture des rues ou bien encore des spectacles participatifs de danse ainsi que des bals citoyens. Quand on disposera d’un espace à tendance arboré, on aménagera des jardins potagers où les jeunes auront la nature en partage, tout en luttant contre les gaz à effet de serre. Je préconiserai également la présence d’animaux domestiques - chiens, chats, lapins, belettes  - qui seront autant de facteurs intégratifs propres à favoriser l’instauration d’une démocratie d’émotion. »

« Madame Royal, comme on a pu le lire dans un grand quotidien de référence, qui paraît le soir, le ‘devenir monde de l’Occident’ est plus que jamais en questionnement. En deux mots, votre projet pour un réveil citoyen ? »

« Reconstruire les solidarités en encourageant l’assumé de chacun. Rétablir l’ordre juste en exerçant une autorité juste. Réhabiliter la valeur travail. Dire haut et fort que le moment des femmes est venu. La France, aux yeux du monde, c’est plus que la France. Je serai la présidente de la France présidente. Je le veux parce que les Français le veulent et, ensemble, nous écrirons l’Histoire de France. » 

« Une dernière question, si vous permettez. Est-ce en Poitou-Charentes ou à l’ENA que s’est forgé un vocabulaire dont tous les commentateurs saluent l’exceptionnelle richesse ? »

« Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours valorisé le créatif. C’est un don qui est en moi.»                                                 

PS : Je tiens à saluer Jean-Louis Borloo, qui parle comme il se coiffe, pour sa déclaration à RTL : « Je tiendrai la main du peuple français. » Bravo, également, pour son intention de remplacer le ministère des Affaires étrangères par un « ministère de l’Ouverture de la France. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !