Ces nouveaux outils que Google développe pour s'incruster toujours plus dans votre quotidien (au mépris de votre vie privée) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Ces nouveaux outils que Google développe pour s'incruster toujours plus dans votre quotidien (au mépris de votre vie privée)
©Reuters

Google is watching you

Ces nouveaux outils que Google développe pour s'incruster toujours plus dans votre quotidien (au mépris de votre vie privée)

Le géant du Web a bien compris que l'approche des données numériques de chaque individu est une mine d'or pour développer son business, mais ce n'est pas sans risque pour l'internaute.

Google possède le plus gros moteur de recherche du monde, la plus grande plateforme vidéo (Youtube), le plus gros navigateur Internet avec Google Chrome, le service d’email le plus utilisé au monde (Gmail) et le plus grand système d’exploitation mobile du monde (Android). Ce qui signifie que Google sait tout de nous. "Imaginez, à chaque fois que vous avez une interrogation, vous demandez à Google. Il sait quelles sont les informations que l’on recherche, donc autant dire qu’il sait énormément de choses. Si vous avez un compte Gmail, il connaît le contenu de vos courriels et à partir de là il peut savoir très précisément de quoi vous parlez et avec qui", explique Fabrice Epelboin, spécialiste de l’impact des technologies de surveillance sur les gouvernances mondiales et de la guerre informationnelle. 

Le projet de lancement d’une fusée sur la lune, au même titre que la Google glass et la voiture sans permis, sont tout simplement les prochaines étapes dans la quête de Google de devenir une société de la connaissance totale, de l’information collectée partout. La voiture sans conducteur, par exemple, signifie que Google va maintenant connaître vos habitudes de conduite et où vous aimez vous rendre. Avec les lunettes, les gens peuvent accéder aux informations en temps réel sans avoir à vérifier sur leur téléphone portable. 

Crédit : Reuters

Les récentes acquisitions de Google laissent à penser que cela pourrait aller encore plus loin dans les prochaines années. On se dirigerait vers la connaissance intégrale de chaque indivivu, et pas seulement sur notre vie de geek, mais aussi dans notre vie courante. Effrayant ? "Par extension, Google peut savoir quel est votre vrai réseau social, pas ce qui se passe sur votre facebook ou twitter, mais celui que vous entretenez dans la vraie vie. Il peut savoir de quoi vous parlez avec chaque personne. C’est beaucoup plus intéressant que d’avoir les écoutes téléphoniques parce qu’on utilise de plus en plus l’e-mail et de moins en moins le téléphone", nous renseigne Fabrice Epelboin.

Google va acquérir des satellites pour savoir tout ce qui se passe en temps réel

Google développe toute une gamme de nouveaux produits qui font de lui une  structure globale de compétences élargies en matière de nouvelles technologies informationnelles. Avec l’acquisition de Skybox Imaging, Google s’offre une position idéale pour tout voir à partir du ciel. Skybox Imaging possède l’accès à un tas d’images et de vidéos de paysages en haute-résolution à travers le monde. 

"Ces satellites vont nous aider à rendre plus performantes nos cartes grâce à des mises à jour régulières", avait affirmé la firme lors de l’acquisition de l’engin. Mais Google peut aussi se servir des satellites pour déterminer d’autres choses, comme quand est-ce que le nouvel l’Iphone va être dévoilé. L’entreprise américaine peut s’en servir, via la récente acquisition du taiwanais Foxconn, pour solder ses produits au meilleur moment en fonction des données de télécommunication collectées, ou encore démarrer les campagnes marketing de se nouveaux produits. Concrètement, Google a maintenant son propre réseau de surveillance et de connaissances des activités de fabrication d'Apple et de n’importe quelle autre entreprise du secteur. 

Google possède désormais des drones de haute altitude qui peuvent rester en l’air pendant 5 ans et cela grâce au rachat de Titan Aerospace. En effet, Titan est en train de développer ce drone, Armostat, qui est un satellite atmosphérique. L’idée est d’utiliser ces drones pour muscler les produits google map et google Earth, dans le but d’apporter Internet dans des parties du monde qui ne sont pas encore connectées.  

Titan Aerospace

Google a aussi développé des robots qui peuvent ramper, sauter, escalader, galoper sur tout type de terrain. La société d’ingénierie Boston Dynamics a été rachetée pour l’occasion. Elle se spécialise dans la réalisation de robots qui simulent les gestes humains. Le principal succès de cette boîte est le Big Dog, un quadrupède destiné à l’armée américaine. Ce robot a pour but de réagir indépendamment selon l’environnement terrestre. Une avancée technologique qui constitue une nouvelle étape pour les armées du monde entier. Ce robot pourrait aussi permettre au tiers des habitants de la planète qui ne possède pas Internet, de devenir connectés, grâce à sa grande adaptabilité aux terrains difficiles.

L'acquisition de tous ces nouveaux produits n'est pas anodine. Google, par cette démarche, se donne la main mise sur de nombreux secteurs, qui, mis bout à bout, lui permette de mieux connaître chaque internaute. Une façon de faire qui est le reflet de notre société. "Le monde que les gouvernants veulent nous proposer c’est un monde où on va se défaire de toutes formes de libertés individuelles et collectives au profit d’une stabilité sociale. Google est exactement l’incarnation de ce modèle de vie là. C'est-à-dire que vous allez acquérir des outils sympathiques qui vont vous faciliter la vie et vous allez sacrifier toute possibilité d’avoir un contrôle sur votre destinée individuelle et collective en vous laissant ficher. Derrière Google, c’est tout ce que propose cette industrie de la surveillance qui est dangereux. Google n’est qu’une toute petite pièce", confie Fabrice Epelboin. 

Bientôt Google saura ce que vous faites dans vos maisons grâce à l’acquisition de Nest 

Lundi 13 janvier, Google a annoncé le rachat de Nest Labs, une start-up spécialisée dans les objets "intelligents", surtout des alarmes anti-incendie et des thermostats connectés à Internet, pour 3,2 milliards de dollars en numéraire (2,3 milliards d'euros). Une acquisition très éloignée de son coeur de métier, la recherche en ligne.

Le rachat de Nest Labs devrait permettre à Google de se développer davantage sur le marché en plein développement des terminaux connectés. Un secteur qui intéresse de plus en plus le moteur de recherche : après les smartphones et les tablettes conçus par ses propres soins, le groupe de Mountain View s'est lancé dans les wearable devices, autrement dit, les terminaux connectés à porter sur soi.

Google a encore du travail à faire quand il s'agit de la vie privée

Avec le nombre de ressources et de données, avec son armée de robots, drones, satellites, etc. envisager tout ce que Google va pouvoir faire dans l’avenir devient un peu effrayant.

Pendant ce temps, la National Security Agency (NSA) a accès à toutes les informations que nous donnons librement à Google, mais pas avec la permission de Google. Afin de rendre l'espionnage de gouvernements plus difficile, Google a depuis annoncé qu'il envisagait de crypter tous les messages Gmail lorsqu’ils sont en transit.Google fait de son mieux pour assurer aux gens que leurs données sont en sécurité, mais en réalité, le gouvernement américain a toujours accès à vos communications sur les serveurs de Google. Pour autant, ne vous détrompez-pas, c'est bien google qui est en position de force malgré ce rôle de victime que se donne le géant américain. "De part la loi américaine, Google est tenu d’obtempérer à la NSA et de se taire sur ce sujet. Quoi que dise Google, même si c’était honnête et sincère, Google n’aurait pas le droit de l’être. C’est le paradoxe juridique dans le quel sont enfermées toutes les entreprises américaines. Il est évident, que vu la quantité d’informations que Google a sur les gens, la NSA doit être très intéressée. La NSA aurait du mal, même avec tous les moyens du monde, à reconstituer un tel fichage", analyse Fabrice Epelboin.

La seule façon de parvenir à une véritable sécurité serait pour Google de crypter votre adresse électronique pour que vous puissiez décrypter et lire vos mails. Mais parce que Google a besoin de voir ce que nous faisons pour mieux vendre ses produits, il semble peu probable que l’entreprise américaine change de stratégie. 

Se séparer de Google : impossible

Google est omniprésent dans notre quotidien. Ses produits sont généralement supérieurs à ceux de ses concurrents. Et ils sont souvent libres d'utilisation. Mais maintenant, Google a accès à beaucoup plus d'informations et de données qu’il y a dix ans. C'est effectivement difficile d'imaginer ce qu'il faudrait faire pour ne pas choisir Google. "L’algorithme est programmé pour vous faire plaisir de façon à ce que vous continuiez à consommer du Google. C’est le même concept que la cigarette et tout ce qu’il y a à l’intérieur et qui vous fait en rallumer une à chaque fois", explique fabrice Epelbouin, ce qui cré une forme de "communautarisme informationnel" qui permet à Google de cibler son utilisateur en fonction de ses recherches, donc ses envies. "Par exemple,  quelqu’un qui est passionné par la Coupe du monde ne verra pas qu’il y a des événements très lourds socialement au Brésil en ce moment et qu’il y a une répression sanglante. C’est un effet de communautarisme très dangereux. Google n’est pas une plateforme de recherche neutre". 

Du côté des consommateurs, vous pouvez cesser d'utiliser tous les produits de Google, mais vivre sans Google est vraiment difficile. Il ya tout simplement pas beaucoup de meilleures alternatives pour la recherche, les navigateurs Web et e-mail. Même si vous étiez amené à couper complètement Google de votre vie, ce ne serait pas empêché Google de prendre des images satellite haute résolution de votre maison. Vous n’empêcherez pas non plus les porteurs de Google glass de vous filmer. 

Nous sommes rendu à un point où notre capacité à ne pas laisser Google tout savoir sur nous est quasi-annihilée. Il serait très difficile pour certaines personnes, voir impossible, de vivre sans Google.

Arnaud Boisteau

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !