Ces décisions cruciales pour l'Europe qui vont pouvoir être prises maintenant qu'Angela Merkel a été réélue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le parti de la chancelière allemande est arrivé largement en tête des élections ce dimanche.
Le parti de la chancelière allemande est arrivé largement en tête des élections ce dimanche.
©Reuters

Au boulot !

Ces décisions cruciales pour l'Europe qui vont pouvoir être prises maintenant qu'Angela Merkel a été réélue

De nombreux dossiers suspendus à une décision de Berlin ont été mis "sur pause" le temps de la campagne allemande pour les élections législatives.

Angela Merkel a remporté haut la main les élections législatives allemandes de ce dimanche. La chancelière va ainsi être reconduite pour un troisième mandat de quatre ans. Son parti conservateur l'Union chrétienne-démocrate (CDU) a recueilli plus de 42% des suffrages. Mais elle devra probablement gouverner avec les sociaux-démocrates (SPD) plus d'un quart des voix.

Cette nouvelle mandature s'annonce déjà chargé pour Angela Merkel : de nombreux dossiers mis en stand-by ces derniers mois l'attendent.

Un nouveau renflouement de la Grèce : Fin août, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, a déclenché une véritable tempête en reconnaissant qu'Athènes aurait besoin dans un avenir proche d'un troisième plan d'aide (après ceux de mai 2010 et février 2012). Face à un électorat globalement las de devoir payer pour la mauvaise gestion des finances publiques de plusieurs pays du sud de l'Europe, Angela Merkel s'était empressée de contredire son ministre, déclarant qu'aucune décision ne devrait être prise avant la "mi-2014". 

Lire l'article du Point : La Grèce s'invite dans la campagne électorale allemande

L'union bancaire européenne : Les élections législatives allemandes ont bloqué de nombreux dossiers communautaires, dont celui-ci. Alors qu'Angela Merkel apparaissait il y a un an comme la plus ardente partisane de cette union bancaire, les 12 mois qui ont suivi ont montré une chancelière plus que réservée. Ses doutes se sont alors traduits au Conseil par une véritable guerre de retardement

Lire l'article du Monde : L'union bancaire ne peut plus attendre et celui des Echos : Union bancaire : les Européens tentent d'avancer malgré les freins allemands

Mutualisation des dettes : La question des eurobonds et de la mutualisation des dettes souveraines des pays de la zone euro va pouvoir être remise sur la table. Mais Angela Merkel a répété pendant la campagne son opposition à ce projet. Elle a précisé que la solidarité allemande ne serait effective qu'en échange de réformes de la part des partenaires européens. La chancelière souhaite établir de nouvelles règles du jeu, raison pour laquelle elle n'a pas abandonné l'idée d'une modification des traités européens.

Taxe sur les transactions financières : Soutenu par la France et l’Allemagne, le projet prévoit de taxer les transactions financières dans 11 Etats de l’Union européenne, à partir de 2014. Une mesure qui pourrait rapporter 35 milliards d’euros par an. Cet projet "n’a pas reçu un coup fatal", a assuré vendredi 13 septembre le ministre allemand des Finances. 

La production de voitures : L'industrie automobile est un pilier de l'économie allemande. Angela Merkel défend bec et ongles ses constructeurs nationaux dans leur combat pour faire modifier un texte en préparation réglementant les émissions de CO2 en Europe.

Lire l'article de l'Expansion : Au salon de Francfort, Merkel défend l'automobile allemande

L'adhésion de la Turquie à l'UE :Le site des Echos rappelle que la CDU-CSU veut construire un partenariat stratégique avec la Turquie. Pour autant, le parti d'Angela Merkel estime que le pays n'a pas sa place dans l'Union européenne. Un nouveau chapitre dans les négociations d'adhésion avec la Turquie doit être officiellement ouvert cet automne.

Accord de non-espionnage entre l'UE et les Etats-unis : La NSA (les services de renseignement américains) espionnait dans le cadre du programme de surveillance Prism plusieurs bureaux de l'Union européenne, dont ils avaient réussi à pénétrer les réseaux informatiques, selon l'hebdomadaire allemandDer Spiegel, s'appuyant sur des documents de l'ancien consultant américain Edward Snowden.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !