Certificat de décès et petits arrangements avec les morts : les confidences d’un croque-mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Certificat de décès et petits arrangements avec les morts : les confidences d’un croque-mort
©Reuters

Bonnes feuilles

Certificat de décès et petits arrangements avec les morts : les confidences d’un croque-mort

Guillaume Bailly révèle les anecdotes glanées lors de sa carrière de croque-mort dans "Mes sincères condoléances", paru aux éditions de l'opportun. Extrait (1/2).

Guillaume  BAILLY

Guillaume BAILLY

Guillaume Bailly travaille depuis une vingtaine d’années dans les pompes funèbres. Passionné par ce métier pas comme les autres, il a organisé et dirigé plus de 2 000 cérémonies : autant dire que ses mémoires sont exclusivement nourris par son quotidien de « croque-mort ».

Voir la bio »

C’était vendredi soir, et le médecin habituel de la maison de retraite s’en allait en week-end. Il l’avait fait savoir : ce samedi et ce dimanche, il allait pêcher, et peu importe qu’il fût le seul praticien des environs, il n’allait pas se laisser distraire par quelques futilités. Aussi, l’infirmière en chef le contrariait vivement :

— Mais, Docteur, Mme Chombier est vraiment au plus mal.

— Écoutez, moi, je pars à la pêche, Mme Chombier attendra bien lundi pour mourir ! Plus sérieusement, je ferai la paperasse lundi, en rentrant.

— Mais, Docteur, vous savez bien que les pompes funèbres refuseront de se déplacer s’il n’y a pas de certi- ficat de décès. C’est la loi !

— Oh ! la loi, la loi ! Tenez, voici ce qu’on va faire ! Le médecin avait sorti un certificat vierge, l’avait tamponné, signé et posé sur le bureau.

— Je n’ai pas mis le nom, ni rien : je sais qu’il y a des superstitieux ici. Alors, si Mme Chombier nous quitte, vous complétez ici, vous cochez ici, et ni vu ni connu. Ne le perdez pas, hein, parce qu’on risque de gros, gros problèmes. Allez, je file, bon week-end ! 22 Certificat de décès ou Petit arrangement avec les morts Note : le certificat de décès, ou « le bleu » – son surnom vous aidera à deviner sa couleur dominante –, est une fiche qui fait foi pour toutes les démarches postobsèques. Autrement dit, un document sensible, rempli uniquement par un médecin après que celui-ci a constaté le décès, en a relevé les causes à des fins statistiques pour la DDASS, et surtout, y a indiqué la présence ou non d’observations médicolégales.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !