Ce surprenant portrait-robot de l'activiste de gauche qui montre qu'il s'agit très majoritairement de jeunes hommes habitant chez leurs parents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Ce surprenant portrait-robot de l'activiste de gauche qui montre qu'il s'agit très majoritairement de jeunes hommes habitant chez leurs parents
©Reuters Pictures

Tanguy, sors de ce corps

Ce surprenant portrait-robot de l'activiste de gauche qui montre qu'il s'agit très majoritairement de jeunes hommes habitant chez leurs parents

En Allemagne, un rapport a démontré que 92% des jeunes activistes de gauche vivaient chez leurs parents et qu'un sur trois n'avait pas de travail.

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou bien encore de La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l'innovation politique). 

Voir la bio »

Atlantico : Peut on transposer ce constat à la France, et qu'est ce que ça révèle de ces mouvements ?

Sylvain Boulouque : Même pour l’Allemagne, ce constat est difficilement vérifiable en raison des sources même puisqu’il s’appuie sur le fichier des manifestants interpellés pendant des affrontements avec la police lors de manifestations dans des quartiers alternatifs de Berlin. C’est donc ceux qui se sont fait "contrôlés" entre 2003 et 2013. Il faut donc se garder de la moindre généralisation, car les autres semblent avoir plus d’expérience. Les éléments qu’il est possible de généraliser c’est qu’une partie des militants de la gauche radicale est relativement jeune. Mais, elle ne forme qu’une frange de celle-ci. Dans les affrontements avec les police, ceux qui cherchent le conflit sont relativement jeunes cela s’explique pour des raisons physiques et physiologiques. Ils ne sont cependant pas les seuls. En revanche, ce que l’on sait des groupes qui participent aux affrontements c’est qu’ils sont plus diplômés voire très diplômés et que la majeure partie d’entre eux a un emploi stable avec un degré de qualification élevé.

Est ce que c'est une forme de radicalité réservée à des populations spécifiques ? Quelles autres caractéristiques présentent elles ? 

Les usages de la violence sont extrêmement variés, elles traversent tous les milieux ont la retrouve chez les jeunes des quartiers défavorisés comme chez les paysans. Ce qu’il y a de particulier c’est la forme de violence utilisée par ces groupes avec des formes extrêmement souple et extrêmement mobile de type "guérilla urbaine " (sans recours aux armes ce qui limite l’expression de guérilla). Cependant, la radicalité prend chez ces militants s'explique aussi par des formes de vie particulières. ils vivent souvent en marge tout en étant parfaitement intégré à la société par leur travail, leur niveau scolaire, etc… mais ils font le choix de vivre dans certains quartiers, souvent dans un entre soi et cherchent à créer des modes de vie alternatifs.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !