Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Sonia Ossorio, Présidente de l'Organisation nationale pour les femmes de New York, et d'autres femmes, organisent une manifestation après que Fox News a officiellement rompu ses liens avec Bill O'Reilly.
©TIMOTHY A. CLARY / AFP

Cancel culture : et maintenant, les néo-progressistes veulent "annuler" Fox News

Les démocrates ont déclaré la guerre aux médias qui propagent des « fake news ». Cela vous rappelle quelque chose ?

Diana Alexandra Martinez

Diana Alexandra Martinez

Diana Alexandra Martinez est étudiante en droit à la faculté de droit de l'Université de Boston. 

Voir la bio »

Après des années à rire des diatribes républicaines à propos des « fake news » (des fausses informations, ndlr), les politiciens démocrates ont exigé des mesures contre la « désinformation » et les « mensonges ». Quel est leur plan? Ils souhaitent couper la couverture médiatique conservatrice à la racine, en poussant les réseaux câblés à arrêter la diffusion.

La semaine dernière, deux démocrates - Anna Eshoo et Jerry McNerney - ont envoyé des lettres à AT&T, Verizon, Roku, Amazon, Apple, Comcast, Charter, Dish, Cox, Altice, Alphabet et Hulu, propriété de Disney, tous les principaux fournisseurs de chaînes du câble. Ils ont effectivement demandé aux opérateurs d'expliquer pourquoi ils hébergeaient des réseaux d'information conservateurs tels que Fox News, One America News Network (OAN) et Newsmax sur leurs plateformes. Il s'agit d'une menace directe pour nos droits constitutionnels du premier amendement.

Les lettres ont été envoyées avant l'audition dans le cadre du comité de l'énergie et du commerce de la Chambre ce jeudi au sujet de la désinformation. Après les élections, les démocrates ont doublé La mise sur la question des « mensonges » diffusés par les médias.

L'Amérique est profondément divisée. Mais si nous avons appris quelque chose de l'élection présidentielle de 2016, c'est que faire taire les voix de l’opposition n'est pas une solution. Cela met fin à la conversation sans aborder et régler le problème. Les efforts visant à réglementer et à restreindre le discours de vos opposants politiques doivent être fermement condamnés.

Ce n'est pas un hasard si la liberté d'expression était le premier droit accordé aux Américains dans la Déclaration des droits. Le premier amendement est le plus important pour le maintien d'un gouvernement pacifique et démocratique. Les libertés d'expression, de la presse et de réunion, ainsi que le droit de pétitionner contre le gouvernement et de demander réparation, sont les seuls droits qui permettent aux citoyens de questionner ceux qui sont au pouvoir.

Cette tentative de censure des contenus conservateurs est la dernière d'une longue série de menaces à la liberté d'expression ces dernières années. Trump a essayé de faire taire ses adversaires tout au long de son mandat dans le bureau ovale. Il y a quatre ans, lorsqu'il a tweeté que la Commission fédérale des communications (FCC) devrait retirer les licences pour les réseaux d'information faisant la promotion de ce qu'il considérait comme des  « fausses nouvelles », des « fake news », les gens des deux côtés de la division politique ont rejeté à juste titre l'idée. Même Jerry McNerny l'a fait - le même homme qui vient de co-signer les lettres demandant pourquoi les stations conservatrices obtenaient une plate-forme.

Ironiquement, la commissaire et démocrate de la FCC, Jessica Rosenworcel, a été incroyablement franche contre l'attaque de Trump contre la presse, déclarant à juste titre dans une interview à CNN avec Brian Steltzer qu'elle était scandalisée par cette attaque flagrante contre le premier amendement. Selon elle, : «L'histoire n’aura aucune compassion pour le silence». Mais aujourd'hui, Rosenworcel est restée muette sur cette nouvelle attaque contre la liberté d'expression.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les agences gouvernementales et le Congrès devraient éviter ce genre d’excès. Comme l'a observé le commissaire de la FCC, Brendan Carr , « plus de discours vaut mieux que moins ».

Le premier amendement a subi de nombreux assauts depuis son origine. Il n'a reculé que pendant les temps de guerre - et même alors, seulement légèrement. Nous devons nous assurer qu'il reste fort.

Faire taire les voix des deux côtés n'est pas la solution aux problèmes de l'Amérique. Les démocrates et les républicains doivent s'unir pour protéger et respecter le premier amendement. Comme George Washington l'a dit tristement , si «la liberté d'expression [est] enlevée», alors «muets et silencieux, nous pourrions être conduits, comme des moutons, à l'abattoir».

Cet article a été initialment publié sur le site de Spiked : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !