Cambriolages : arrogance, incompétence, tricheries | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Cambriolages : arrogance, incompétence, tricheries
©YouTube

Faits divers ?

Cambriolages : arrogance, incompétence, tricheries

Même si le ministère de l'Intérieur tente de le masquer, le nombre de cambriolages et tentatives de cambriolages ne cesse d'augmenter.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

La modestie n'a étouffé nul des occupants récents de la place Beauvau. Sûrs d'eux, coups de menton... intolérable, inacceptable, insupportable... Mais le concret ? Ceci : en Europe - nous ne vivons pas sous cloche et même, le chef de l'Etat est un fervent européen, les infractions d'appropriation (vols, cambriolages, etc.) baissent. Exemple : 

- Cambriolages, Grande-Bretagne (66 millions d'habitants, sept. 2016-sept. 2017) : 261 915

- Cambriolages en Allemagne (80 m. d'hab., plus 1,6 million de migrants) : 116 540, moins 23% en un an.

Or les cambriolages explosent en France, + 21%, dit la dernière enquête de l'Observatoire national de la délinquance (OND). Echec que de longue date, l'Intérieur essaie de planquer. Comment ? Le chiffre présenté place Beauvau, coté cambriolages, est de ± 230 000, pour les seules résidences principales. Ah bon ? Il n'y en a pas ailleurs ? Si : les pillards de la France ciblent aussi les bâtiments officiels (écoles, mairies, etc.), les locaux industriels, commerciaux ou agricoles (ateliers, hangars, boutiques, etc.). Une étude de l'OND révèle que ces autres lieux de pillage forment 40% du total - soit 92 000 à rajouter à ceux des logements. Total : 322 000.

Or d'antérieures enquêtes de l'OND montrent que les victimes ne déclarent (police, etc.) que ± 55% des sinistres. Reste un "chiffre noir" de 45% des intrusions et tentatives subies par le public, mais ignorées des autorités (police, justice) ; total réel de cambriolages, 460 000 en 2017 - soit en métropole, 1 260 cambriolages et tentatives par JOUR.

Ainsi, pendant que l'Intérieur raconte des sornettes, dans les faits, le réel criminel, s'aggrave tant et plus.

Les sornettes, les voici. Le 6 septembre 2018, l'Intérieur trompette qu'au premier semestre 2018 "le nombre de cambriolage [ceux dont il a connaissance, donc] a connu "sa plus forte baisse depuis dix ans", le même communiqué affirmant qu' "en 2017, le nombre de cambriolages avait stagné" ? Stagné ?! En réalité, c'est + 21%.

Et pire car l'enquête de l'OND se fonde sur l'interrogation d'un large panel de 17 000 sondés, interrogés sur ce qu'ils ont eux-même subi. 569 000 ménages ont ainsi éprouvé, en 2017, un cambriolage ou une tentative. 569 000 ménages, c'est environ 1,6 million de gens bousculés dans leur quotidien, effrayés ou furieux, contraints à des dépenses imprévues, plus ou moins bien assurées. 470 000 foyers ainsi atteints en 2016, 569 000 en 2017. Bravo l'Intérieur. Sur quelque 28 millions de foyers en France métropolitaire, 2% touchés par un cambriolage ou tentative.

Mais pourquoi cette difficulté de l'Intérieur à voir qu'il y a péril en la demeure et de faire le boulot de base de toute police - en gros, depuis près de deux siècles ? Ici éclate la culpabilité des Micro-Macrons des médias-des milliardaires, tenant d'une poigne de fer l'information pour leurs maîtres et voués à vanter la mondialisation heureuse. 

Tout dirigeant, même s'il accède aux notes secrètes des services officiels, tire 70% minimum de son savoir de l'information ouverte et de ses échanges avec des familiers des problèmes en cause. 
Comment donc M. Castaner pourrait-il s'alarmer, à juste titre, du désastre des cambriolages, quand il est cerné, bercé, engourdi, par les Micro-Macrons Niel-Drahi, pour qui tout va bien ; pour qui le calvaire vécu par la population n'est qu'une méprisable litanie de faits-divers. Micro-Macrons à tel point épouvantés par les mots que dans leurs dires et écrits, on ne meurt plus mais on "perd la vie" (comme ses clés) ; on ne vole plus, on "dérobe" ou "subtilise" ; qu'aux criminels (surtout exotiques...) se substituent d'iréniques et asexuées "personnes". 

Cette sinistre forme d'inceste gouvernants-médias, les criminologues la dénoncent de longue date. Ses effets mortifères sur la France et son peuple commencent à faire très, très mal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !