Affaire Aquilino Morelle : quand les grands inquisiteurs de la gauche morale se prennent les pieds dans le tapis de leurs amis… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Aquilino Morelle a démissionné, vendredi, suite à l'article de Mediapart.
Aquilino Morelle a démissionné, vendredi, suite à l'article de Mediapart.
©Reuters

Aveuglement

Affaire Aquilino Morelle : quand les grands inquisiteurs de la gauche morale se prennent les pieds dans le tapis de leurs amis…

Dans une chronique sur le site du Nouvel Observateur, le journaliste Bruno Roger-Petit relativise "l'anecdote" du goût d'Aquilino Morelle pour le cirage de ses chaussures dans un salon privé d'un palais de la République. Un détail qui est pourtant porteur d'un symbole détestable.

Dominique Jamet

Dominique Jamet

Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.

Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.

Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean-Jaurès, le rêve et l'action (Bayard, 2009)

Voir la bio »

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut rien voir. Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut rien entendre.

La médiocre affaire Morelle, dont le principal intéressé a lui-même immédiatement tiré les conséquences à la suite et de sa révélation et d'un entretien avec le Premier ministre, dont il était d'autre part un proche, ne figurera pas au rang des grandes énigmes de l'histoire. Elle ne met pas non plus en jeu des sommes considérables. Il est cependant apparu à M. Manuel Valls et, un peu tard, à M.Morelle qu'il était pour le moins fâcheux d'avoir omis de déclarer au moment où l'on entrait dans le corps des inspecteurs généraux des affaires sociales que l'on était encore salarié par l'un des laboratoires que l'on avait mission de contrôler. Sous réserve de l'éventuelle découverte d'autres activités de M. Morelle qu'il aurait également oublié de signaler à qui de droit, ce chapitre est clos.

Ce qui lui donne une coloration tout à fait particulière, et ce qu'en retiendra l'opinion est la révélation connexe du comportement privé de l'ancien nègre et conseiller spécial du président de la République. Le plus vaste public y verra l'éclatante confirmation de tout le mal qu'il pense de la classe politique et de la réalité du fossé qui s'est creusé, en général, entre des hommes totalement déconnectés du reste de la société et des difficultés de leurs concitoyens, plus particulièrement entre les nouveaux "petits marquis" socialistes et la piétaille, la plèbe dont ils osent encore solliciter mais dont ils ne recueillent plus les suffrages. On peut se coiffer du bonnet rouge de la Sociale et chausser les talons rouges de l'Ancien régime. Les chaussures cirées à glace d'Aquilino Morelle, quoi qu'en dise M. Bruno Roger-Petit, ont bien  leur place dans les placards de la petite histoire à côté des trop fameuses bottines de Roland Dumas. 

Quant à l'étrange, à la stupéfiante proposition émise par le même M. Petit qu'il est sans intérêt qu'une anecdote soit vraie ou fausse, elle ne peut qu'amener à s'interroger sur les rapports que ce journaliste entretient avec la vérité et on lui en laisse bien sûr, avec la paternité, l'entière responsabilité.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !