Bobigny : le gouvernement veut éviter la guerre au prix du déshonneur... Il a le déshonneur et il aura la guerre... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Bobigny : le gouvernement veut éviter la guerre au prix du déshonneur... Il a le déshonneur et il aura la guerre...
©

Caillassez, caillassez...

Bobigny : le gouvernement veut éviter la guerre au prix du déshonneur... Il a le déshonneur et il aura la guerre...

Pas besoin de s’indigner ou de se scandaliser. Le dégoût suffit.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Jamais depuis l’affaire Léonarda, Hollande et les siens n’étaient tombés aussi bas. Vous vous souvenez bien sûr de Léonarda ? C’était cette collégienne rom qui n’allait pas au collège et qui avait été renvoyée au Kosovo avec ses parents, des escrocs notoires et patentés. Dans certains lycées de France l’émotion fut grande. On manifesta bruyamment. Et Hollande, très sensible à la jeunesse, s’abaissa jusqu’à dialoguer en direct avec Léonarda qui posait des conditions pour son retour en France. Le déshonneur était là.

Le déshonneur est revenu en force. En effet François Hollande, après s’être déjà rendu au chevet de Théo blessé par un policier à Bobigny, est aujourd’hui à Aubervilliers pour rencontrer des “jeunes” ! Il écoutera leurs doléances, leurs plaintes contre les “enculés de flics”. Il leur dira qu’il les comprend, qu’il les aime. Et en échange de sa tendresse il leur demandera de ne pas mettre la banlieue à feu et à sang.

Cela s’appelle la peur. La peur qui engendre la lâcheté. La lâcheté qui mène au déshonneur. Pour compléter cette stratégie du renoncement, Bernard Cazeneuve a été mis à contribution. Il a reçu hier à Matignon des associations réputées anti-racistes et anti-discriminations. Voilà une façon parfaitement hypocrite d’indiquer, en creux, que les policiers sont racistes et se livrent à des pratiques discriminatoires. Parmis ces associations ainsi distinguées et flattées la LICRA : elle s’est définitivement disqualifiée en se portant partie civile contre Georges Bensoussan, l’auteur des Territoires perdus de la République. Le MRAP, une officine du Parti communiste. Le CRAN qui n’en finit pas de nous faire payer pour la traite négrière.

Avec ces exercices d’aplatventrisme la France abandonne le statut de démocratie normale pour devenir une démocratie corrigée des émeutes saisonnières. Il fait sale temps sur la France nous dit la météo telle que la trafiquent Hollande et les autres… On ne pouvait donner pire signal que celui-ci aux émeutiers. Hollande a déjà enlevé le haut. A partir de combien de voitures brûlées et de flic blessés il enlevera le bas ?

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !