Ayrault-Hollande : des jeunesses ouvrières chrétiennes aux francs-maçons, la double influence à la tête de l’Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un symbole franc-maçon.
Un symbole franc-maçon.
©Reuters

Œil de la Providence

Ayrault-Hollande : des jeunesses ouvrières chrétiennes aux francs-maçons, la double influence à la tête de l’Etat

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui dans sa jeunesse a milité au sein du Mouvement rural de jeunesse chrétienne, a récemment déclaré que "le dimanche n'est pas un jour comme les autres et nous ne souhaitons surtout pas qu'il le devienne". Reste que bon nombre de ses ministres ne partagent pas forcément ses vues.

Laurent Kupferman

Laurent Kupferman

Laurent Kupferman est consultant dans une grande organisation Internationale. Il a co-écrit avec Emmanuel Pierrat Le Paris des Francs-Macons (Cherche-midi), Les Grands Textes de la Franc-Maçonnerie décryptés et Ce que la France doit aux Francs-Maçons et ce qu'elle ne leur doit pas  (Editons First).

Voir la bio »

Atlantico : Alors que le rapport Bailly, remis lundi 2 décembre au gouvernement, prône une adaptation sans perte des valeurs de la France, le Premier ministre a quant à lui déclaré que "le dimanche n'est pas un jour comme les autres". En quoi peut-on voir dans cette déclaration l'influence des jeunesses ouvrières chrétiennes dont est issu Jean-Marc Ayrault ?

Laurent Kupferman : La jeunesse de Jean-Marc Ayrault est  en effet marquée par le catholicisme social. il s'inscrit d'ailleurs dans une tradition familiale et, jeune,  il a milité dans le Mouvement rural de jeunesse chrétienne, mais enfin point n'est besoin d'être chrétien pour reconnaitre que le dimanche n'est pas, historiquement, un jour comme les autres, c'est une réalité sociale. Il est par ailleurs amusant de constater que les défenseurs de l'interdiction du travail le dimanche se retrouvent y compris dans les tendances les plus à gauche de l'échiquier politique français, à commencer par le Front de Gauche, qu'on aurait pu penser plus à la pointe dans un combat pour la Laïcité.

Pour autant, et si j'en crois le rapport Bailly, il semble que le Premier Ministre ait le désir de permettre une évolution du cadre législatif vers plus de souplesse.

Plus généralement les valeurs chrétiennes influencent-elles l'action du gouvernement ? En quoi ?

La Loi sur le mariage ouvert à tous les citoyens montre que si influence chrétienne il y a dans l'action gouvernementale, elle est très ouverte, et loin des visions traditionalistes qu'on a pu entendre, dans la bouche et sous la plume des Clergés, qu'ils soient chrétiens, juifs ou musulmans. Ils ont fait preuve d'un conservatisme qu'on pensait d'un autre âge.  J'ajouterais que  l'opposition républicaine n'a pas brillé par son esprit des Lumières dans cette réforme.

Comme toujours dans ce pays, on veut des réformes mais pour les autres, et quand les choses bougent, il n'y a pas d'union sacrée mais des jeux politiciens qui bloquent toute velléité. C'est très regrettable.

Le gouvernement compte  également nombre de franc-maçons. En quoi l'idéologie de ces derniers peut-elle influencer le gouvernement ?

Avant tout, ni le Président de la République ni le Premier ministre ne sont, à ma connaissance franc-maçons. Il est courant de fantasmer sur l'influence des franc-maçons dans la conduite des affaires de l’État. C'était vrai sous la Troisième République, où la franc-maçonnerie a joué un rôle réel dans la laïcisation de la vie politique et créé des outils sociétaux tels que le mutualisme, la séparation des Eglises et de l'Etat ou l'enseignement gratuit laïque et obligatoire. De nos jours cette influence est à mon sens beaucoup moins réelle. Bien sûr , il ya des ministres franc-maçons, mais outre qu'en général leur emploi du temps ne leur permet plus de fréquenter leur loge, il faut plus y voir une influence de méthode, le goût du consensus par exemple, plus qu'autre chose. D'ailleurs il faut sans arrêt rappeler que la maçonnerie pratique la liberté absolue de conscience et qu'elle n'est pas un parti politique, même si certaines obédiences, comme le Grand-Orient de France par exemple, ne s'interdisent pas de prendre la parole dans l'espace politique, et ce pour rappeler des valeurs éthiques.

En quoi les valeurs chrétiennes et les valeurs de la franc-maçonnerie sont-elles différentes ? Comment cohabitent-elles au sein du gouvernement ?

Encore une fois les valeurs chrétiennes sont diverses. Rien de commun entre les traditionalistes et les mouvement chrétiens ouvriers par exemple. Bien évidemment il est peu probable  que les tendances les plus conservatrices soient présente au gouvernement.

Quant à l'influence des maçons, je la situerais plutôt dans la pratique du gouvernement, qui s'inscrit d'avantage  dans le solidarisme que dans un socialisme pur et dur. En deux mots le solidarisme est une doctrine fondée par Léon Bourgeois, éminent dirigeant radical, fondateur de la Société des Nations, Prix Nobel de la Paix qui prône une société des droits (à l'éducation et à la santé notamment), et des devoirs (le devoir r de financer ces droits pour les générations suivantes par l'impôt). A l'heure où la fiscalité est perçue comme uniquement confiscatoire, il serait bon d'affirmer qu'elle est aussi unesolidarité inter-générationnelle. En clair, le Parti Socialiste devrait assumer sa pratique gouvernementale au lieu de courir après des valeurs qu'il a , dans sa majorité, laissé dans les oubliettes de son histoire..

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !