Attention, un imam peut en cacher un autre ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Tareq Oubrou, imam à Bordeaux.
Tareq Oubrou, imam à Bordeaux.
©Wikipédia commons

La barbe…

Attention, un imam peut en cacher un autre !

Nombreux et impénétrables sont les chemins qui mènent vers Allah. En voici quelques-uns.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Salam,

À un curé on dit monsieur le curé. À Un rabbin on dit monsieur le rabbin. Mais à un imam on dit quoi ? Comment s'adresser à lui? Ne sachant de vocable user je suis allé sur oumma.com où j'ai appris qu'il suffisait tout simplement de dire "Salam" et que je pouvais même vous tutoyer, le vous n'existant pas en arabe. Je n'en suis pas là, mon intimité avec vous étant encore balbutiante. Mais après cette lettre à laquelle vous ne manquerez pas de répondre, j'espère que le "tu" sera possible entre nous.

Salam donc Rachid Abou Houdeyfa. Je vous ai choisi entre tous les imams car votre notoriété est grande. Vous êtes l'imam de Brest. Et des dizaines de milliers de personnes (votre page facebook en témoigne) suivent à distance votre enseignement. La sagesse coule de votre bouche et ils sont nombreux ceux qui viennent se désaltérer à votre source.

Tout allait bien, vous viviez en paix, aimé et respecté par de nombreux fidèles. Puis un jour un journal, Le Télégramme de Brest (maudit soit son nom) eut la détestable idée d'aller sur votre site où des dizaines de vidéos montrent la beauté de vos cours. Et le dit journal mit en ligne une de vos vidéos concernant une délicate et difficile question. Des dizaines d'enfants étaient là devant vous et vous leur avez expliqué que la musique était une "invention du diable" et que de l'écouter ou d'en jouer attitrerait sur eux le pire des châtiments.

Aussitôt cher Rachid Abou Houdeyfa, vous avez fait l'objet d'attaques inqualifiable. Même le Conseil Français du Culte Musulman, s'est vu obligé de vous critiquer. Vous avez donc supprimé de votre site expliquant qu'elle était instrumentalisée par les méchants pour nuire à l'islam. La pire, la plus féroce des attaques est venue de l'imam de Bordeaux. Votre est place, a-t-il dit, "est dans un asile psychiatrique". Et qui c'est celui-là? C'est un grand ami – Bordeaux oblige – d'Alain Juppé. Mais il est aussi très pote avec Alain Soral. Il a participé à des débats avec lui. L'imam de Bordeaux se décrit en effet comme un homme ouvert, tolérant et curieux.

Il était donc intéressant pour lui d'approcher Soral, un antisémite obsessionnel, qui avait certainement des arguments solides pour étayer sa détestation des Juifs. Et l'imam de Bordeaux a expliqué, dans un souci d'équilibre, qu'il était prêt à discuter avec des "sionistes". Malheureusement ni le CRIF ni le Consistoire n'ont daigné l'inviter. Ce qui prouve que contrairement à Soral, ils ne sont pas ouverts au dialogue… Et c'est cet homme-là qui veut vous placer dans un asile psychiatrique?  Et c'est vous et pas lui qui vous faites sermonner par le CFCM? Mais on va où là? Il faut noter quand même que le CFCM ne vous a pas condamné quand vous avez dit qu'une "femme qui sort sans honneur (sans voile) n'avait qu'à s'en prendre à elle-même si les hommes abusaient d'elle". Ainsi on vous cherche des poux dans la barbe s'agissant de la musique mais on n'est nullement choqué par l'apologie du viol.

Il est vrai, ô sage d'entre les sages, qu'on doit vous ménager. Sur facebook vous avez 140 000 fans ! D'innombrables followers sur twitter. Et vos vidéos atteignent facilement 300 000 vues. C'est la raison pour laquelle personne ne vous a cherché querelle quand vous avez dit qu'une femme qui se refuserait aux légitimes désirs de son époux serait "damnée pour l'éternité". Mais là je dois me corriger : il paraît que ce n'est pas vous. Que je vous ai confondu avec un autre. Et ce n'est pas vous non plus qui avait dit que si l'on mangeait du porc on finirait par ressembler à un porc. Il s'agit de l'imam de Villetaneuse. A y regarder plus  près ils ont effectivement la barbe autrement taillée que la vôtre. Avec les imams on s'y perd facilement. Car en dehors de leur pilosité faciale ils se ressemblent beaucoup.

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !