Attaques de Londres et San Bernardino : doit-on craindre la multiplication d’attaques terroristes d’individus isolés ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Doit-on craindre la multiplication d’attaques terroristes d’individus isolés ?
Doit-on craindre la multiplication d’attaques terroristes d’individus isolés ?
©Reuters

Loups solitaires

Attaques de Londres et San Bernardino : doit-on craindre la multiplication d’attaques terroristes d’individus isolés ?

A San Bernardino comme à Londres, les attaques terroristes islamistes semblent avoir été menées de manière autonome par un individu seul ou deux personnes. Ce mode opératoire par micro-cellules totalement indépendantes a de quoi inquiéter, car il complique la tâche des services de renseignement.

Roland Jacquard

Roland Jacquard

Roland Jacquard est essayiste et consultant sur la question terroriste. Il préside l'Observatoire internationale du terrorisme.

Voir la bio »

Atlantico : On a appris aujourd'hui que l'attaque perpétrée à San Bernardino et celle au couteau commise dans le métro de Londres était bel et bien des attaques djihadistes. Qu'est-ce qui différencie ces attentats de ceux du 13 novembre et de Charlie Hebdo ?

Roland Jacquard : Dans le cadre des attentats du 13 novembre et de Charlie hebdo, il s'agissait de terrorisme préparé à l'avance par des équipes paramilitaire avec des repérages d'objectifs préliminaires etc. Il s'agissait d'un terrorisme de masse visant à faire un maximum de victimes pour créer un sentiment de panique et d'insécurité. Dans le cas de l'attentat revendiqué par Facebook par l'Etat islamique qui profite de la radicalisation de cette américaine, c'est tout autre chose. Il s'agit d'un terrorisme spontanéiste. Il s'agit de gens qui avaient probablement des problèmes personnels, et qui, pour se venger de la société, ont adhéré aux thèses de l'Etat islamique en se radicalisant probablement sur internet. En ce qui concerne l'agression à Londres, s'il est confirmé qu'il s'agit d'une agression terroriste, elle peut avoir plusieurs raisons.

La première c'est que le porte-parole de l'Etat islamique a demandé dans une vidéo mise en ligne il y a quelques mois d'attaquer les infidèles par tous les moyens, notamment en utilisant des couteaux. On avait déjà vu ça à la Défense quand un militaire français avait été agressé, ou encore à Londres avec une attaque à la machette. Il y a eu également cette intifada des couteaux dans les territoires palestiniens ou en Israël. Il ne s'agit pas de l'Etat islamique mais la logique est la même. Ça fait partie des terrorismes spontanéiste, individuels. Cela se base sur une théorie qui a été développée par un penseur salafiste djihadiste, Abou Moussab Al-Souri. Cet homme d'origine syrienne a bien connu Bel Laden et a probablement été l'inspirateur des attentats de Madrid. Il avait disparu, puis a été retrouvé en Syrie par la police d'Assad qui l'a mis en prison. Ce dernier l'a libéré il y a trois ans. Abou Moussab Al-Souri a écrit un livre prônant ce type d'actions individuelles, utilisant tous les moyens à la disposition pour frapper les infidèles. On ne sait pas ce qu'il est devenu depuis sa libération des geôles d'Assad mais on sait que sa pensée a une très grande influence sur les djihadistes.

Le cancer de l'Etat islamique produit des métastases. On sait maintenant qu'après chaque gros attentat, il y a des gens qui se sentent appelés à faire quelque chose. Il s'agit à l'évidence le plus souvent de déséquilibrés mais qui se sentent appelés à l'action par un discours visant justement à susciter ce genre de comportement chez ce genre de gens.

On se souvient qu'il y a un an, plusieurs attaques avaient été commises en France par des islamistes qui ont écrasé des passants au volant de leur voiture. A l'époque, une certaine exaspération s'était manifestée dans la population car les autorités semblaient minimiser la dimension idéologique et religieuse de ces attaques en parlant "d'actes de déséquilibrés". Qui sont ces gens et quelle est la meilleure manière de les qualifier ?

On peut les qualifier de terroristes-psychopathes car dans la plupart des affaires de terrorisme individuel de ce type, que ce soit foncer avec sa voiture sur des innocents, ou attaquer à la machette ou au couteau, n'importe quel psychiatre vous expliquera qu'il y a un dérèglement psychologique. Mais justement, l'Etat islamique vise ce genre d'individus. Ils font d'ailleurs des études de comportement pour savoir comment s'y prendre. Leur propagande vidéo sordide à notamment pour objectif d'atteindre le psychisme des plus faibles, et des plus perturbés. Ce sont des déséquilibrés qui agissent, mais en raison d'une stratégie mise au service d'une idéologie, l'idéologie islamiste.

Doit-on craindre la multiplication d'attaques de ce genre à l'avenir ?

Je pense que malheureusement on va connaître de plus d'attaques liées au djihad individuel. Aujourd'hui l'Etat islamique, malgré un certain professionnalisme des dirigeants, n'a pas les moyens de faire des attentats de masse en permanence. D'abord parce qu'il faut avoir des kamikazes prêts à agir, les envoyer dans le pays visé etc. Ils déploient donc leur propagande sur les réseaux sociaux, de manière à embrigader individuellement des personnes qui vont par la suite mener des attaques du type de celle de Londres. Malheureusement donc cette menace est de plus en plus forte.

Comment répondre à ce nouveau type de menace ?

Il est très difficile de parer à ce type de menace. C'est une menace très difficile à repérer et évaluer. La meilleure protection est la famille, les amis ou les voisins qui peuvent se rendre compte et alerter les forces de sécurité de la radicalisation de leur proche. Il y a deux sortes de terrorisme très inquiétantes pour l'avenir. La première c'est le kamikaze car il est difficile de lutter contre quelqu'un qui n'a pas peur de mourir. La deuxième sorte c'est le terrorisme individuel qui est très difficilement prévisible et détectable. Même avec des moyens techniques énormes, on ne peut pas surveiller tout le monde.

Les Israéliens vivent depuis longtemps avec la menace terroriste et plus spécifiquement ces derniers temps avec la menace du terrorisme individuel avec la fameuse "intifada des couteaux". Comment répondent-ils à cette menace ?

La particularité d'Israël c'est que c'est un Etat qui est en guerre permanente depuis des années. Les gens sont donc beaucoup plus habitués et ont une très grande vigilance permanente. Par ailleurs, tout citoyen israélien, homme ou femme, a effectué un long service militaire. Ils y ont acquis une capacité à réagir aux agressions et une meilleure gestion de la confrontation avec le terrorisme. Il existe par exemple dans les bus ou les avions des citoyens volontaires qui sont là pour veiller discrètement à la sécurité des autres passagers, à surveiller qu'il ne se passe rien de louche.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !