Ces athlètes qui ne remporteront sans doute pas de médaille mais seront pourtant les stars des JO | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Christin Steuer, Oscar Pistorius, Kenki Sato : ces athlètes qui ne remporterons pas de médailles mais seront les stars des jeux.
Christin Steuer, Oscar Pistorius, Kenki Sato : ces athlètes qui ne remporterons pas de médailles mais seront les stars des jeux.
©Montage / Reuters

London calling

Ces athlètes qui ne remporteront sans doute pas de médaille mais seront pourtant les stars des JO

Cinq sportifs pas comme les autres qui font déjà parler d'eux : pas pour leurs résultats, mais plutôt pour leurs différences...

l y a peu de chances pour qu'ils gagnent une médaille, et pourtant, vous risquez bien d'entendre parler d'eux. Plusieurs compétiteurs aux Jeux Olympiques de Londres se démarquent en effet des autres, pas par leurs brillants résultats, mais plutôt par une excentricité, une petite bizarrerie, quelque chose d'original.

Passage en revue des cinq athlètes que vous ne verrez pas sur les podiums, mais que vous ne manquerez pas de remarquer en Une des journaux !

 

Oscar Pistorius, l'athlète handicapé

Cliquer pour agrandir (Crédit Reuters)

On le surnomme Blade Runner. Agé de 26 ans, Oscar Pistorius est un athlète sud-africain amputé des deux tibias. Et pourtant, il ne concoure pas au tir à l'arc ou un autre sport où les jambes sembleraient moins importantes, non, il s'élancera dans le 4 x 400 mètres !

Le jeune homme a en effet été retenu dans l'équipe de relais de son pays. Il devient donc le premier athlète handisport à concourir aux Jeux Olympiques. Comment ? Grâce à ses prothèses flexibles, dont les lames, fabriquées en fibre de carbone, ont une masse inférieure aux muscles et aux os. Un avantage sur les autres coureurs ? Certains le pensent.

Quoi qu'il arrive, même si son équipe ne gagne pas - ce qui paraît très probable compte tenu de ses adversaires - Oscar Pistorius, amputé des deux jambes depuis ses onze mois, marquera l'histoire des Jeux Olympiques.

 

Nur Suryani Mohamed Taibi, la femme enceinte

Cliquer pour agrandir (Crédit Reuters)

C'est le ventre rond que Nur Suryani Mohamed Taibi, une sportive originaire de Malaisie, prendra part aux Jeux Olympiques de Londres. Contrairement à Pistorius, la jeune femme enceinte de huit mois ne s'élancera pas sur les pistes de courses, mais concourra aux épreuves de tir à la carabine à 10 mètres.

47e tireuse mondiale, Nur Suryani Mohamed Taibi ne part pas favorite. Mais la future maman estime que sa grossesse pourrait s'avérer être un gros avantage dans la compétition ! Elle déclare en effet que "quand un être grandit à l'intérieur de vous, vous êtes plus forts, vous ne vous sentez pas seuls", ajoutant qu'elle espère que le bébé lui permettra d'équilibrer son poids !

 

Kenki Sato, le moine bouddhiste

Cliquer pour agrandir (Crédit Reuters)

Le concours complet d'équitation aura un parfum de zénitude cette année aux JO ! Kenki Sato, un jeune moine bouddhiste japonais du temple de Myoshoji, prendra en effet part à la compétition. Si la méditation est une affaire de famille chez les Sato, l'équitation aussi.

Son père Shodo, 25e Maître du temple de Myoshoji vieux de 460 ans, était en effet membre de l'équipe japonaise d'équitation avant les jeux de Moscou en 1980. Le frère de Kenki, Eiken, avait quand à lui participé aux Jeux dans les épreuves d'équitation à Pékin en 2008. Et enfin, sa soeur, Tae, est déjà à 24 ans quintuple championne du Japon de saut d'obstacles !

Kenki Sato, qui est arrivé 35e aux Championnats du monde en 2010, explique qu'une grande partie de sa préparation a consisté en de la méditation chez lui. En effet, "quand [il] s'assied et qu'[il] croise les jambes, cela [le] calme et [lui] donne l'impression qu'[il] peut tout faire". Même gagner une médaille ? Rien n'est moins sûr.

Christin Steuer, la playmate

Cliquer pour agrandir (Crédit Reuters)

Christin Steuer concourt aux épreuves de plongeon synchronisé à 10 mètres.

La plongeuse âgée de 29 ans affiche des résultats plus qu'honorables : elle est en effet arrivée cinquième à la dernière Coupe du monde en février dernier.

Reste qu'elle ne doit pas sa popularité à ce seul bilan sportif. C'est avant tout sa plastique parfaite qui l'a rendue célèbre. Elle a ainsi posé récemment, quasiment entièrement nue, en couverture du magazine Playboy Deutschland, en compagnie de quatre autres sportives allemandes présentes elles-aussi aux JO.

 

Nick Symmonds, le tatoué

Cliquer pour agrandir (Crédit Reuters)

Un tatouage ? Rien de bien original pour un athlète. Mais celui de Nick Symmonds est assez particulier, puisqu'il s'agit de celui d'un sponsor !

L'Américain, qui courra le 800 mètres, a en effet mis aux enchères sur eBay le droit d'apposer sur son bras un pseudo Twitter sur son épaule gauche, sous la forme d'un tatouage temporaire.

C'est Handson Dodge Creative, une agence de publicité et de design américaine, qui a remporté l'offre, dépensant 9 150 euros pour que le sportif courre avec sa marque tatouée sur l'épaule.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !