Après Paris : assez d’apaisement culturel, assez de culture de l’excuse, ce dont nous avons besoin, c’est de raviver l’esprit des Lumières | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Il faut raviver l'esprit des lumières.
Il faut raviver l'esprit des lumières.
©Armin_Vogel

Le jour d'après

Après Paris : assez d’apaisement culturel, assez de culture de l’excuse, ce dont nous avons besoin, c’est de raviver l’esprit des Lumières

Quelques heures à peine après les attaques de Paris, la rhétorique de l'excuse était déjà sur certaines lèvres. Pourtant, ce n'est ni d'excuses, ni d’apaisement culturel dont les sociétés occidentales ont besoin, mais bien de renforcer les valeurs de liberté et d'ouverture.

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill est rédacteur en chef du magazine Spiked, et chroniqueur pour Big Issue et The Australian.

Voir la bio »

Moins de 24 heures après la barbarie de Paris, les corps de plus de 120 spectateurs, de fêtards du vendredi soir, et d'enfants ne sont pas encore froids, et la culture de l'excuse se fait déjà entendre. Ils n'ont même pas pu attendre une journée entière, ces idiots utiles, dont la réponse immédiate à chaque acte de terrorisme est de demander ce que le méchant Occident a fait pour le mériter ou de proclamer que ce que le méchant Occident fera en réponse ne fera qu'empirer la situation. A croire que le simple fait que nous existons nous rend dignes d'être assassinés, et ce encore plus si nous répondons à ces assassinats, soit policièrement chez nous, soit militairement à l'étranger. On est perdants à tous les coups -- si on ne fait rien, et si on répond. Nos citoyens doivent mourir, car nos nations sont des méchantes.

>>>>>>>>>>>>>>> Oui, le carnage de Paris était prévisible ! Et le NPA et Lutte ouvrière sont là pour nous révéler que c’est Hollande, Sarkozy, Le Pen et la bourgeoisie qui ont tout préparé…

Pour l'instant, cette culture de l'excuse, la haine de soi gauchisante qui fait dire "Mais bien sûr qu'ils nous attaquent," est encore sporadique. On le voit dans les chroniques du Guardian qui nous expliquent doctement que ces attaques sont le produit d'un "chômage des jeunes élevé" et de "discrimination raciale contre les arabes et les africains [en France]", un argument qui se fait passer pour de la compassion de gauche mais est en réalité nauséabond et raciste, car signifiant que ces Arabes et Africains ont si peu de la responsabilité morale dont nous les Blancs bien éduqués jouissons, qu'ils n'ont d'autre choix que de mitrailler des dizaines de gens, comme réponse pavlovienne à leurs difficultés personnelles. C'est un argument tordu qui n'explique absolument pas pourquoi des générations précédentes de gens soumis au chômage ou à la discrimination n'ont pas répondu en prenant en otage des jeunes à un concert de rock avant de les massacrer.

On voit cette culture de l'excuse chez un chroniqueur de gauche, qui se réjouit de manière presque sanguinolente que "les Occidentaux reçoivent enfin un petit aperçu de la peur que les gens d'autres nations ont subi pendant des générations" à cause de nos actions militaires à l'étranger. Et oui, c'est vrai, de quoi se plaint la famille de quatre personnes massacrée à sa table de restaurant dans le 11ème arrondissement ? Il est enfin temps qu'eux, et nous, connaissions cette douleur. On la voit dans le French-bashing, avec ce politicien irlandais qui déclare que le massacre était "terrible pour les victimes, mais"--mais--"quand est-ce que la France s'abstiendra de son rôle dans la militarisation de la planète?" On la voit dans les peurs déjà exprimées d'une possible réponse islamophobique aux attaques, avec des observateurs craignant "qu'il pourrait y avoir une réaction, principalement motivée par la confusion et la crainte." C'est devenu une habitude après chaque attaque terroriste : la première réponse de nos éditorialistes si compassionnels n'est pas pour les victimes bien réelles du terrorisme bien réel, mais pour les possibles victimes d'un soulèvement populaire qui n'existe que dans leurs imaginations. Ceci, aussi, nous montre la profondeur de cette haine de soi qui existe en Occident, où la peur des élites politiques et médiatiques est toujours liée au comportement de leurs sociétés, de ce qu'ils voient comme une masse "confuse et craintive". Ils condamnent le terrorisme, oui -- mais fondamentalement, ils haïssent et ont peur des sociétés où ils vivent, des gens qui les entourent.

Pour l'instant, c'est sporadique--ces suggestions que la France méritait bien cette attaque, que nous les Occidentaux nous avons besoin d'un "aperçu de peur", que le problème n'est pas ceux qui massacrent 120 personnes mais nos propres populations bovines qui auraient une volonté de violence bien plus forte--mais pas pour longtemps. C'est maintenant le propos qui suit chaque attaque terroriste en Occident. On l'a entendu après le massacre à Charlie Hebdo (ils étaient grossiers, ils s'attendaient à quoi?), jusqu'aux attentats du 7 juillet de Londres (beaucoup ont mis la faute sur la politique étrangère britannique), jusqu'au 11 septembre même (un éditorialiste du Guardian l'a décrit comme une revanche naturelle contre ce que l'Amérique a "perpétré dans beaucoup d'endroits du monde"). Ce qu'on entend de la part de nombreux commentateurs de gauche et de parties importantes de la classe politique est toujours que l'Occident, à cause de son arrogance, de sa modernité, de son prétendu racisme, de son histoire trouble, cherche ces attaques, en a besoin, et doit changer à cause d'elles ; l'Occident doit s'excuser, s'auto-flageller, s'auto-dénoncer.

Et c'est précisément cette réaction, cette confusion morale de l'Occident moderne, qui donne un feu vert aux groupes terroristes ou aux individus qui veulent nous punir. C'est une invitation aux attaques. Ce jeu entre la haine de soi de l'Occident moderne et le nihilisme des groupes islamiste est frappant. Ils sont une expression brutale, violente d'un dégoût pour le monde moderne qui a ses origines dans les universités, les cercles politiques et les élites médiatiques de l'Occident, autant que dans des territoires instables du monde musulman. En effet, de nombreuses attaques en Occident depuis les 15 dernières années ont été accomplies par des gens nés ou éduqués en Occident. Mais même si les attaquants ont des passeports étrangers et sont rentrés en Europe par les migrations récentes depuis la Syrie, comme, paraît-il, un des attaquants de Paris, ce n'est pas le fait qu'ils sont étrangers qui est le plus important. Ce qui frappe le plus c'est le mariage maléfique qui existe aujourd'hui entre les jeunes nihilistes attirés par des sectes anti-modernes, anti-Occident comme Daesh, et la haine de soi anti-moderne et anti-Occident de l'Occident même. Voilà leur complémentarité horrible, terrifiante.

Après Paris, nous verrons probablement l'émergence des deux réponses habituelles au terrorisme. D'un côté, on dira que nous devons être plus impitoyables encore sur les éléments étrangers qui veulent nous tuer, et qu'ils continuent donc à nous tuer ; de l'autre, on dira que nous ne sommes pas assez gentils avec les minorités de notre nation et des autres, surtout les musulmans, et qu'ils veulent donc nous tuer. Les deux côtés externalisent, ou internationalisent, ce qui est en réalité le produit d'une corrosion de la confiance en soi et des valeurs de l'Occident. Un processus d'apaisement culturel par lequel nos nations, se sentant de plus en plus éloignées de leurs racines des Lumières--la liberté, la démocratie--acquiescent de plus en plus à des manières de penser dangereuses et destructrices. On refuse de critiquer l'islamisme sous peine d'être dénoncé comme islamophobe; on ne ressort plus les textes ou les idées des Lumières de peur d'être accusé de moralisme; on dénonce les écoles qui promeuvent des valeurs chrétiennes mais ne célèbrent pas les "autres cultures," en particulier l'islam; de mille manières on donne un feu vert à l'émergence instinctive de groupes et de points de vue qui ne font pas que se comparer à l'Occident, mais en viennent à le mépriser. "Pourquoi nous haïssent-ils ?" a-t-on demandé après le 11 septembre. Une meilleure question à poser serait : pourquoi nous haïssons-nous nous-mêmes ?

Il faut en finir avec cet apaisement culturel. Oui, chacun a le droit de dire ce qu'il veut. Et ceux qui ont la charge de diriger la direction politique et morale de nos nations censément libres et tolérantes doivent parler précisément au nom de ces valeurs des Lumières. Sans excuses, sans componction, avec jugement, férocement. Lancer des bombes sur des fous en Syrie ou submerger les communautés musulmanes chez nous d'encore plus de pitié compassionnelle--les deux réponses qu'on nous propose à chaque attentat terroriste--ne fera pas grand-chose pour remplir le vide moral qui existe aujourd'hui en Occident, un vide moral où des gangs de barbares s'engouffrent. Après Paris, commençons déjà par refuser l'hésitation. "Il est trop tôt pour parler de cette attaque", disent certains à gauche qui se préparent déjà à nous dérouler le même discours de haine de soi. Mais il n'est pas trop tôt. C'était un acte méprisable, une attaque sans nom. Ni le militarisme de la France, ni une prétendue "islamophobie" ne peuvent le justifier. Rien ne peut la justifier. C'était une attaque non seulement contre le bon peuple de Paris mais contre toute personne qui veut vivre sans peur dans une société libre et ouverte. Maintenant, il faut de nouveau renforcer ces valeurs de liberté et d'ouverture, de manière réelle et directe, de manière colérique s'il le faut. Et ainsi, réduire ce vide moral où des islamistes nihilistes ont pu planter leur drapeau sanguinolent. Assez d'apaisement culturel; maintenant, battons-nous--battons-nous vraiment--pour les Lumières.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !