André Vallini : "Nous marions les régions pour les rendre plus grandes et plus fortes" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
André Vallini : "Nous marions les régions pour les rendre plus grandes et plus fortes"
©Europe 1

Zapping Éco

André Vallini : "Nous marions les régions pour les rendre plus grandes et plus fortes"

Le Replay

André Vallini était l’invité de France Info ce matin. Le secrétaire d’État à la Réforme Territoriale était interrogé sur la nouvelle carte des 13 régions qui a été définitivement adoptée par le Parlement mercredi. "On fait cela dans l’intérêt du développement économique du pays. Personne n’est marié de force car le Parlement, c’est la démocratie. Nous marions les régions pour les rendre plus grandes et plus fortes. Certains sont inquiets comme l’Alsace ou la Bretagne. Mais l’Alsace restera l’Alsace et sera encore plus forte avec la Loraine et la Champagne-Ardenne."

André Vallini fait savoir qu’après la constitution de ces nouvelles régions, "il y a aura un droit d’option au 1er janvier 2016, permettant à un département de décider de changer de région." Le secrétaire d’État estime que cela permettra de répondre aux inquiétudes de la Bretagne. "La Bretagne n’est pas indépendante, c’est aussi la France. Des évolutions futures seront possibles, Nantes et la Loire-Atlantique pourront rejoindre la Bretagne, il faut laisser les choses évoluer."

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui à dit ?

"Le ski n’est pas cher en France comparé à nos concurrents européens"

Dominique Marcel, le président de la Compagnie des Alpes (Val d’Isère, les Arcs, Tignes…) sur Radio Classique. "Il y a de la neige dans les Alpes, Noël est toujours un peu plus tendu mais sur nos stations en haute altitude, on est ouvert normalement."

Les Tweets

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !