Alerte à la pensée magique : non les vaccins ne peuvent pas tout. Et on ne peut PAS dissocier leur efficacité du comportement des vaccinés  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une femme reçoit une dose de vaccin Pfizer contre la Covid-19 dans un Vaccibus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021.
Une femme reçoit une dose de vaccin Pfizer contre la Covid-19 dans un Vaccibus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021.
©PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Gestes barrières

Alerte à la pensée magique : non les vaccins ne peuvent pas tout. Et on ne peut PAS dissocier leur efficacité du comportement des vaccinés 

Tout à sa politique du chiffre et de la démonstration de force, le gouvernement a eu tendance à privilégier une communication valorisant le « tout est possible aux vaccinés ». Une erreur majeure en matière d’efficacité sanitaire.

Michaël Rochoy

Michaël Rochoy

Michaël Rochoy est médecin généraliste. Il s'intéresse particulièrement au Covid-19 chez les enfants. Il est membre du Collectif Du Côté de la Science et cofondateur du collectif Stop postillons.

Voir la bio »

Atlantico : La communication du gouvernement pour encourager à la vaccination pousse les futurs vaccinés à croire que pour eux, tout sera possible une fois les deux doses injectées. Ce discours n'est-il pas un peu dangereux ? Cela pourrait-il engendrer un non-respect des gestes barrières chez les vaccinés ?

Michaël Rochoy : Tout dépend quel est notre seuil d'acceptabilité des risques : décès, réanimations, hospitalisations, Covid-longs... sans oublier les risques sociaux. Par exemple, en cas de rentrée en septembre avec un nombre de cas quotidien très élevé, il faut s'attendre à des élèves de moins de douze ans non-vaccinés qui seront presque systématiquement positifs ou cas contacts. Il faudra prévoir des PCR à répétition, des fermetures de classe, de l'absentéisme scolaire, de l'absentéisme au travail... A quoi s'ajoute le risque théorique d'émergence d'un variant avec un échappement immunitaire ou la découverte de maladies associées au Covid-19 comme des maladies neuro-dégénératives.

Les message envoyé par le gouvernement est de dire : "si vous êtes vacciné, vous pouvez revenir à la vie d'avant et tant pis si cela implique quelques contaminations en plus". Le problème, c'est ce que va représenter ces "contaminations en plus".

Le risque de contamination des vaccinés est minime, mais il existe quand même ?

Le risque est diminué mais il n'est pas nul, surtout pour les personnes vaccinées avec une seule dose.

Quel discours devrait-on tenir aux néo-vaccinés, sur la question du masque par exemple ?

Je pense qu'il ne faut pas retirer le masque en intérieur, quand bien même on est vacciné. On parle aujourd'hui de retrait de masque en intérieur sur présentation du passe sanitaire : les personnes concernées sont des personnes vaccinées mais aussi des personnes qui ont fait une PCR négative il y a 48h et qui pourrait très bien être positive le jour J. Je pense qu'on envoie là un très mauvais signal.  

À Lire Aussi

Passe sanitaire : mais qui osera dire STOP aux restrictions des libertés publiques décorrélées d’une efficacité sanitaire établie ?

La décorrélation actuelle entre courbe des contaminations et courbe des décès pousse-t-elle à l'imprudence ?

L'augmentation du nombre de cas ne se traduit pas pour l'instant par une augmentation du nombre de décès. Aujourd'hui, nous sommes à 30 décès par jour. On en revient à la question de l'acceptabilité. Est-on prêt à accepter 30 décès par jour, soit trois fois la mortalité quotidienne par accident de la route ? Le discours ambiant du gouvernement est de dire que oui, c'est acceptable. Je ne sais pas si les Français partagent cet avis.

Dans sa stratégie vaccinale, le gouvernement semble adopter une politique du chiffre, presque entrepreneuriale plus que vraiment sanitaire. Risque-t-il de cette façon d'ignorer les enjeux de circulation virale ?  

La vision entrepreneuriale du gouvernement n'est plus vraiment fondée. Aujourd'hui, les gens vont se faire vacciner. Le problème devient surtout celui d'obtenir un rendez-vous. Emmanuel Macron a peut-être un peu boosté la campagne mais le nombre de vaccination par jour était déjà assez important avant ses annonces. Aujourd'hui, ça ne sert plus à rien de vouloir "accélérer" la vaccination. Dans certains endroits, les prochains rendez-vous sont fixés en septembre.

 Ensuite effectivement, on est tentés de penser que le gouvernement ne regarde plus que les chiffres de vaccinations et ignore les autres indicateurs. On peut se demander si le gouvernement ne veut pas atteindre une immunité hybride (via le vaccin et via la contamination), un peu comme Boris Johnson, en acceptant le prix à payer dont on a parlé avant.

Si on ne veut pas regretter plus tard d'avoir laissé trop circuler le virus, il faut prendre des mesures plus fortes, même si c'est compliqué car tout le monde veut retrouver une vie normale. Mais il faut comprendre que plus la circulation du virus est faible, plus vite on reprendra une vie complètement normale.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Tensions sur les doses de vaccins disponibles : comment expliquer la succession de faillites logistiques de l’Etat depuis le début de la pandémie ? Ces 3 cas dans lesquels l’assouplissement du port du masque n’est pas du tout une bonne idée

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !