Affaire du Sofitel : Anne Sinclair a-t-elle incarné "l’universalité de la domination des femmes" ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Affaire du Sofitel : Anne Sinclair a-t-elle incarné "l’universalité de la domination des femmes" ?
©

Bonnes feuilles

Affaire du Sofitel : Anne Sinclair a-t-elle incarné "l’universalité de la domination des femmes" ?

"Ni sainte ni victime, je suis une femme libre !" Ainsi parle Anne Sinclair. Mais qui est-elle vraiment ? Héritière du collectionneur Paul Rosenberg, icône du journalisme politique avec "7 sur 7", ex-"épouse admirable" de DSK, directrice éditoriale du Huffington Post français, elle multiplie les rôles. Extrait de "Anne Sinclair, une femme libre", de jocelyne Sauvard, publié chez l'Archipel Editions (2/2).

Jocelyne Sauvard

Jocelyne Sauvard

Jocelyne Sauvard, auteur de romans, de recueils de nouvelles et de pièces de théâtre, est la biographe des grandes figures de notre temps : Léo Ferré (Mélis Éditions, 2010), Simone Veil, la force de la conviction (L’Archipel, 2012) ou Les trois vies de Danielle Mitterrand (L’Archipel, 2013).
Voir la bio »

Le tourbillon médiatique finit par s’épuiser. Anne poursuit sa mission et tait sa vie personnelle, qu’elle mène, peut-être, en toute liberté. Pourquoi serait-elle une femme soumise, vaincue, parquée au gynécée, humiliée ? Il suffit de la regarder et de jeter un coup d’oeil à ceux qui la contemplent.

Plusieurs féministes lui ont reproché une attitude qui leur semblait proche de la soumission, pour le moins opposée à la liberté des femmes. Denise Bombardier a poussé l’un de ses célèbres coups de gueule : « Les Françaises sont plus soumises que nous ! En francophonie, on a trente ans d’avance sur vous ! […] Les Françaises se taisent parce qu’elles ont peur. […] Un pays qui donne des leçons à la terre entière ! Et il y a omerta ! Au Québec, le législateur a changé la loi, il n’y a plus de prescription, vous ne pouvez pas mettre devant le juge la vie passée de la victime, qu’elle ait été prostituée ou qu’elle ait menti. » Et la présomption d’innocence ? objecte le journaliste. « La présomption d’innocence ne peut servir à tout. » Quant à Anne Sinclair, la journaliste québécoise ne l’assimile pas à « une épouse aimante, une épouse modèle », elle s’insurge : « On a eu la Sainte Vierge, ça suffit ! »

L’ex-conseillère de Paris, Clémentine Autain, n’est pas en accord avec la mansuétude d’Anne vis-à-vis de son mari : « Le personnage qu’on raconte, c’est sainte Anne Sinclair, je ne sais pas si c’est exactement l’image du courage, de la liberté, de la dignité pour une femme. » Laurence Rossignol, vice-présidente du PS région Picardie, ne reconnaît pas comme une vertu cette attitude désintéressée qui a fait l’admiration de beaucoup : « Anne Sinclair incarne l’universalité de la domination des femmes. »

Dans l’interview exclusive qu’elle a accordée à Elle, Anne défend son libre arbitre : « Que des femmes se soient senties déçues par moi, je suis navrée de le dire, mais c’est leur problème ! L’idée qu’on se permette de juger de l’attitude de quelqu’un dans sa vie privée m’est complètement étrangère. […] Je revendique mes choix. Que les gens s’approprient ma vie m’est insupportable. »

Pour son confrère Alain Duhamel, la célébrité est un danger : « Anne est devenue une star avec “7 sur 7” et l’est restée, et une star ne s’appartient pas. Je ne juge pas et comprends que ce soit une grande gêne, mais c’est le risque d’un métier qui fait de vous une personnalité publique. Il faut se protéger. »

Anne va réactiver la discrétion, mettre des barrières et du silence entre le public et sa personne. Rien en elle n’exprime une vocation pour la victimisation. « Haut les coeurs ! » pourrait être sa devise. Elle a éteint les projecteurs.

Patiemment, avec méthode, comme elle travaille un dossier, Anne Sinclair écrit le synopsis de sa nouvelle vie. Dès le printemps 2012, elle prend ses distances avec le brouillage médiatique et réagit en journaliste. Distance aussi avec M. Strauss-Kahn, le temps de régler les termes du divorce et du partage des biens. Autres lieux, nouvelle carrière ; nouveaux liens.

Plus tard, Anne reviendra certainement sur ces épisodes dramatiques et donnera sa vérité. Pour l’heure, elle n’est pas mûre. Elle n’a plus envie de « se pencher sur sa vie pour l’explorer une nouvelle fois ». Un jour, peut-être, elle fera entendre sa voix. Il n’est pas encore temps.

Extrait de "Anne Sinclair, une femme libre", de jocelyne Sauvard, publié chez l'Archipel Editions, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !