5 marques de fringues toutes neuves derrière lesquelles se cachent de jeunes entrepreneurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
5 marques de fringues toutes neuves derrière lesquelles se cachent de jeunes entrepreneurs
©(DR)

Histoires de créateurs

5 marques de fringues toutes neuves derrière lesquelles se cachent de jeunes entrepreneurs

Elles ont trois ans au maximum et ont déjà trouvé leur public. Cinq marques de vêtements ou de chaussures créées par de jeunes entrepreneurs qui ont troqué leur diplôme de grandes écoles de management contre une paire de ciseau pour lancer leur propre griffe.

Goudron Blanc :

Vendre des T-shirt pour remplacer le costume dans les entreprises. C’est le pari qu’a fait, il y a deux ans, Guerric de Ternay en lançant Goudron Blanc. A 23 ans, le jeune homme, qui a suivi des études de droit avant de se lancer dans la mode, veut surfer sur la tendance du "casual dressing" en entreprise et vise une cible urbaine, 25-45 ans. Ce dernier propose une ligne de T-shirt de qualité, aux coupes ajustées à l’épreuve des multiples passages en machine à laver : comptez 49 euros pour le modèle phare. "Les entrepreneurs d’aujourd’hui font évoluer la culture d’entreprise à grand pas. Fini le costume-cravate" explique-t-il. Pour le coté éthique, un coton biologique et l’engagement de soutenir les bonnes conditions de travail dans ses ateliers au Portugal. Après une première collection en juillet 2013, Goudron Blanc veut continuer à développer sa gamme. Guerric de Ternay souhaite également multiplier les points de vente et caresse l’espoir d’ouvrir rapidement ses propres points de vente.

www.goudronblanc.com

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Hèdus Philosophy

Après des études de commerce, Georges et son associée Carol lancent en 2010 leur marque qu’ils voulaient "élégante, urbaine et contemporaine". Leur volonté, "offrir une alternative entre des marques prestigieuses comme Hugo Boss et des entrées de gamme à l’image de chaines comme Zara". Fabriquée en Europe, la gamme compte une trentaine de produits allant de la chemise, à partir de 120 euros, au costume. Comptez  500 euros pour un complet. La maque propose aussi des produits quotidiens comme la maille ou des bermudas. La marque est déjà distribuée dans 7 points de vente parisien, sur le site LException.com ainsi que dans deux boutiques en province, en Belgique et en Suisse.

www.hedus-philosophy.com/fr/

Piola

Piola est né en avril 2011 grâce à trois amis d’enfance. L’un d’entre eux avait découvert, par hasard lors d'un voyage en Amérique du Sud, le savoir faire de petits producteurs de caoutchouc. Résultat, une marque de chaussure moderne et colorée qui n’en oublie pas son coté humaniste. Chaque matière est issue de filières contrôlées au Pérou. "Dès qu’un client achète une paire de Piola, il dispose d’un crédit de 4 euros qu’il peut reverser à des ONG en faveur des producteurs péruviens, notamment dans le caoutchouc" explique Quentin, un autre fondateur de la marque. Coté distribution, les chaussures sont disponibles dans plus de 120 points de vente et ce, à travers le monde. En 3 ans d’existence les paires de Piola on séduit des boutiques françaises, nos voisins européens mais aussi certains distributeurs en Corée, au Japon et aux États-Unis. Après le lancement de leur nouvel e-shop prévu la semaine prochaine, les trois amis s’attaqueront à un autre projet de taille : l’ouverture de boutiques en propre. Nul doute que l’aventure Piola va marcher dans les pas des grands noms de la chaussure.

www.piola.fr

Kingies

Le créateur de la marque, Gilles Bessard du Parc est arrivé à 20 ans à Paris pour y faire des études dans le graphisme et la 3D. "J’ai toujours aimé dessiner les choses que je voyais autour de moi " explique-t-il. Kingies propose principalement une collection de T-shirt aux visuels colorés et décalés. Parfois à base de détournement, "chaque tee-shirt raconte sa petite histoire, car un T-shirt c’est, pour moi, un peu comme une carte de visite que l’on porte sur soi". Sa stratégie, "avancer doucement sans brûler les étape. Je ne veux pas inonder le marché, mais plutôt mettre en avant le côté artisanale de mes productions" confie-t-il. Un artisanat accessible, puisqu’il faut compter 32 euros pour un T-shirt, 50 euros pour un sweet. A terme, Gilles Bessard du Parc veut lancer son atelier et "utiliser Kingies comme un label" que l’on peut retrouver sur d’autres support "à la manière d’Ora-ïto", ambitieux.

www.kingies.fr

Bold Boys

Lancer une ligne complète de vêtement ? Il en fallait bien plus pour décourager Maxime Danna. Le créateur de Bold Boys sort d’une école de commerce, l’EDC, en 2011 et décide de se lancer dans le monde de l’entreprenariat. "Au départ, je n’y connaissais rien à la mode" lance-t-il. Peu importe, à 25 ans il a une idée bien précise des valeurs que doivent véhiculer sa future marque. "L’ADN de Bold Boyz, c’est l’élégance, l’audace et l’imaginaire". Avec ce cocktail improbable, il conçoit ses premières pièces et ça marche : 1500 produits écoulés sur la première collection, puis 5000 pièces sur la deuxième. Aujourd’hui, il veut développer les points de vente. "Pour l’instant je suis chez de petits indépendants en province. Il me manque encore 4 ou 5 boutiques pour arriver à l’équilibre" explique-t-il. Ensuite, Maxime Danna espère ouvrir sa propre boutique "pour la saison Hiver 2015". Avant cela, il lancera à l’automne une ligne de jean, le Big Boy, en partenariat avec "Beau comme un camion" dont vous pouvez précommander les premiers modèles.

www.bold-boys.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !