3 contre-vérités assénées par Emmanuel Macron dans son interview-fleuve au Point | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
3 contre-vérités assénées par Emmanuel Macron dans son interview-fleuve au Point
©AFP

La vérité est ailleurs

3 contre-vérités assénées par Emmanuel Macron dans son interview-fleuve au Point

L'interview de Macron au Point est un exercice de communication qui montre combien le Président se gargarise de mots mais vit complètement coupé des réalités concrètes. On peut se demander s'il mesure la portée concrète des décisions qu'il prend...

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

Macron mesure-t-il réellement la portée des décisions qu'il prend? La lecture de son interview-fleuve au Point permet d'en douter. Voici trois exemples précis, et non des moindres, qui permettent de nourrir le doute.

Plus de libertés pour les entreprises? Vraiment?

Macron, dans son interview, explique (page 35), à propos des ordonnances:

"Cette réforme est ambitieuse pour aider nos PME-TPE à créer de l'emploi en leur donnant plus de libertés et de sécurité".

Mais, immédiatement avant, il explique pourquoi il veut renforcer le pouvoir des branches:

"les branches sont indispensables parce que beaucoup d'entreprises, mal outillées ou trop petites, ne peuvent ou ne souhaitent pas négocier des accords complexes. Et puis n'oublions pas que la branche évite aussi une forme du dumping entre les entreprises. (...) On peut organiser la concurrence, mais en la régulant, sans faire du moins-disant permanent sur les standards sociaux".

Donc, on "régule" la concurrence, on l'organise par des accords de branche. Ce qui signifie donner plus de libertés aux entreprises. 

Plus de régulation, plus de règles: voilà la liberté selon Macron...

Une fiscalité qui encourage le financement des entreprises? Vraiment?

Autre contradiction flagrante dans l'interview d'Emmanuel Macron: le financement des entreprises. Le Président explique:

"Je veux une fiscalité qui incite à investir son argent dans les entreprises, dans l'économie réelle, celle qui crée de l'activité et des emplois, pour laquelle le financement par la dette n'est pas approprié car le niveau de risque est trop élevé." 

Mais alors pourquoi créer une flat tax de 30% sur les revenus du capital quand ceux-ci, placés en assurance-vie, sont taxés à 23% aujourd'hui?

Dans la pratique, Macron relève de 25% la taxation de l'épargne placée en actions... lorsqu'elle l'est sous forme d'assurance-vie (soit plusieurs centaines de milliards aujourd'hui). Mais il explique qu'il faut baisser la fiscalité sur le financement de l'entreprise...

La baisse de l'impôt sur les sociétés

Macron, comme Édouard Philippe, présentent leur politique en matière de baisse de l'impôt sur les sociétés comme très favorable aux entreprises. 

"Nous baisserons l'impôt sur les sociétés, au cours du quinquennat, jusqu'à 25%"

Sauf que... cette mesure retarde les promesses faites par le gouvernement précédent. Rappelons ici que Michel Sapin, sous la pression du Parlement, s'était engagé à baisser cet impôt à 28% en 2020. 

Dans la pratique, Emmanuel Macron ne tiendra pas ce calendrier et va retarder les baisses d'impôt actées par la loi de finances 2017.

Cet article a été intialement publié sur le site Décider et Entreprendre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !