2022, cet "après" qu’il nous faut regarder avec espoir et lucidité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Des jeunes tiennent des pancartes pour exhorter les jeunes à se faire vacciner contre la Covid-19 a veille du Nouvel An 2022 à Ahmedabad, en Inde, le 31 décembre 2021.
Des jeunes tiennent des pancartes pour exhorter les jeunes à se faire vacciner contre la Covid-19 a veille du Nouvel An 2022 à Ahmedabad, en Inde, le 31 décembre 2021.
©SAM PANTHAKY / AFP

Restons optimistes

2022, cet "après" qu’il nous faut regarder avec espoir et lucidité

Malgré le poids de la crise sanitaire, l'année 2022 pourrait être synonyme d'optimisme et marquée par une note d'espoir.

Pascal Neveu

Pascal Neveu

Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre des Pupilles Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France (ODP).

Voir la bio »

L’après se pense après l’avant.

Justement… qu’était l’avant ?

Loin des 30 glorieuses passées, la vie doit à nouveau prévaloir.

N’oublions pas que les 2 plus grandes pulsions qui nous animent sont éros et thanatos, la pulsion de vie et la pulsion de mort. Nous savons tous que nous allons mourir, et notre organisme le vit quotidiennement, à travers l’apoptose, cette mort cellulaire génétiquement programmée, mais aussi notre capacité à nous régénérer.

Cependant en 2022 cela risque d’être compliqué.

Une majorité de Français ne pensent qu’à cet avant pandémique, le subissent, en sortent endeuillés et inquiets.

Bientôt 2 ans… Un grand nombre de décès, une augmentation des états dépressifs, d’une anxiété hypocondriaque, de suicides, de jeunes étudiants ayant du mal à suivre leur scolarité, de violences conjugales et de séparations… Le bilan reste très noir et triste.

Pourtant je discutais il y a quelques jours dans une brasserie avec des personnes d’Europe de l’Est qui me rapportaient des choses bien éloignées de cette problématique. Heureux de découvrir Paris, les expositions… « Même pas peur la Covid ! », avec le respect des règles sanitaires en vigueur.

Porteurs d’espoirs, les pays amis sont plus ou moins sombres quant à cet après à penser, à créer après avoir pansé l’avant.

L’après reste le plus important pour tous.

Cet après se porte selon moi sur 3 points :

  • Moi « Je suis celui qui suis, je suis ce que je suis, je suis ! »
  • Toi « Mon autre, mon Amour, mon enfant… ce que je dois transmettre.. »
  • Nous « Ma Liberté, mon Egalité, ma Fraternité, mon Humanisme…. »

L’après c’est seulement se dire comment « je » me suis senti transformé depuis 20 mois, les décès vécus, mes relations vécues ou non vécues, mes fêtes gâchées, l’absence de mes amis…

À Lire Aussi

Clash des caractères : à la réouverture post Covid, introvertis et extravertis ne vont pas du tout avoir les mêmes envies

N’importe qui ressort transformé d’une telle période chaotique.

L’après c’est le la vie et le futur.

Cela va au delà des chiffres « psys », explosifs suite au non suivis de patients.

Cela va au delà des mouvances sectaires qui ont gangrénées le psychisme de patients.

Cela va au delà du grand n’importe quoi déploré par de nombreux Français déstabilisés par des discours contradictoires et non pédagogiques.

L’après, c’est avant tout, tous nous retrouver dans une harmonie universelle.

L’après c’est oublier cette COVID dont nous conserverons le nom dans notre mémoire collective.

L’après c’est avant tout… vivre.

D’ailleurs en anglais nous parlons « d’after »… moments festifs après le travail, ou après des soirées conviviales.

Mais au delà l’après… c’est surtout « L’instant présent ».

Comme le chantait Aznavour :

« L’instant présent il faut le prendre
Avec des gestes et des mots tendres
Lui faire un futur, un passé
Dans nos coeurs et dans nos pensées
Et lui bâtir une existence
L’instant présent est notre chance »

Alors vous allez me dire… « l’après, en 2022 ? »

Et bien c’est simple…

  1. c’est nous
  2. c’est notre santé
  3. c’est notre projet de vie

L’après c’est « seulement » oublier cette obscure Covid… penser à soi, à ses projets, à ses enfants, sa famille…

L’après… c’est ce qu’on est… même si on n’aura pas oublié… mais le temps fait les choses.

À Lire Aussi

Cette phase de fin de pandémie nous retourne le cerveau et voilà pourquoi

Le Monde et les sociétés, mais aussi les civilisations ont  vécu de terribles épreuves.

Très proches, toutes ces guerres mondiales, ces actes terroristes, ces populations persécutées, meurtries ne nous ont pas empêché de continuer à rêver, pour nous et les futures générations que nous accompagnons et auxquelles nous transmettons notre héritage de vie… nos erreurs, nos échecs, notre pulsion de vie.

Cet après, c’est peut-être davantage penser à soi, sans hédonisme, sans excès.

Le traumatisme d’une vie mise au repos doit laisser place à un futur que nous devons reconquérir.

Depuis 1918, Freud a lui-même décrit les Syndromes post-traumatiques liés aux névroses de guerre, échos à cette guerre contre le virus, terme utilisé lors du premier discours du Président de la République.

En 2022 il se passera de nombreuses choses en France et une peur générale… car personne n’est capable de rassurer la population et faire penser à des jours plus heureux.

Les chiffres, la continuité de l’information concernant cette pandémie mondiale, les complotistes… Ce monde est devenu fou.

Mais cet après ?

Restons optimistes.

Rien n’est pire que la sinistrose et la prise d’anxiolytiques ainsi que de psychotropes dont la France est un grand consommateur mondial.

Victor Hugo écrivait : « Les larmes sont un don. Souvent les pleurs, après l'erreur ou l'abandon, raniment nos forces brisées. »

Nous sommes nombreux à pleurer cette vie triste, fade, nos morts… Mais quand j’écrivais « Revivre même quand on est terrassé » je faisais porter tous les espoirs quant  à nos capacités, nos potentiels personnels, mais aussi l’esprit collectif afin de créer ensemble une année 2022 plus souriante.

Je rappelle le début de mon propos…

« L ‘après se pense après l’avant ! »

Belle nouvelle année à vous toutes et tous !

À Lire Aussi

2021, l’année où nous avons apprivoisé nos peurs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !