200 millions de dollars de revenus pour son application iOS Hollywood : celles qui font la fortune de Kim Kardashian sont-elles des connes ou des masos ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le 25 juin, Kim Kardashian a sorti son jeu vidéo disponible sur l'App Store et Google Play
Le 25 juin, Kim Kardashian a sorti son jeu vidéo disponible sur l'App Store et Google Play
©Reuters

Sérieusement ?

200 millions de dollars de revenus pour son application iOS Hollywood : celles qui font la fortune de Kim Kardashian sont-elles des connes ou des masos ?

Le 25 juin, Kim Kardashian a sorti son jeu vidéo disponible sur l'App Store et Google Play. Entre séances photo et sorties en boîte de nuit les utilisateurs plongent dans l'univers de la bimbo américaine. Le jeu a déjà rapporté 85 millions de dollars, car pour y progresser il faut payer. L'engouement hallucinant pour ce jeu s'explique par le rapport à l'image que certains ont pour ce genre de starlettes.

Emmanuel Ethis

Emmanuel Ethis

Emmanuel Ethis est président de l’université d’Avignon, sociologue de la culture et de ses publics. Il a dirigé l’ouvrage collectif Aux marches du palais, le Festival de Cannes sous le regard des sciences sociales (La Documentation française), et intégré en 2008 le Conseil de la création artistique, animé par Marin Karmitz. Il mène actuellement une enquête sur la sociologie des stars, à paraître bientôt Les Belles Ténébreuses aux éditions Armand Colin. Dernière ouvrage paru : Sociologie du cinéma et de ses publics, aux éditions Armand Colin

Voir la bio »

Atlantico : Kim Kardashian a déjà rapporté 85 millions de dollars à son application éponyme. Comment expliquer tant d'engouement pour un jeu aussi ridicule ? Pourquoi une personne qui n'a rien fait comme Kim Kardashian, ou comme Paris Hilton en son temps, se retrouve aussi célèbre et riche ?

Emmanuel Ethis : L'engouement s'explique par le ridicule. C'est d'une grande simplicité mais à chaque fois qu'on a proposé sur le marché des jeux parfaitement ridicules se créent un phénomène de dérision et d'autodérision, on peut faire ce qu'on l'on veut des personnages c'est extrêmement plaisant. Dès l'instant où on peut le créer, on adore jouer avec ce personnage et s'inventer des vies qui n'existent pas. 

Le phénomène Kim Kardashian est un phénomène qu'on a repéré en sociologie depuis très longtemps : c'est le fait de pouvoir replier sur un personnage, ce qui est très difficile, ce que l'on vaut et ce que l'on est en réalité. Très connu depuis l'invention des stars à Hollywood, donc depuis les années 30, les stars sont des personnes qui gagner démesurément de l'argent et ça n'a strictement rien à voir avec leur talent. C'est ce qu'on appelle un débordement social. Là ce qui est très étonnant et très nouveau c'est qu'on a à faire à des personnes qui n'ont rien fait et qui se retrouve avec le même statut. C'est une manière d'entretenir dans notre société le fait de croire en un destin en une chance qui peut tomber sur n'importe qui. Cela entretient quelque chose qui relève de la pensée magique. On prends un plaisir assez immense à se projeter dans une autre vie sans forcément d'ailleurs y croire réellement, mais qui fait partie du régime de fonctionnement de tous les individus. On ne sait pas pourquoi mais l'idée de devenir riche est célèbre est une manière de se réunir, de se projeter.

Quel est le profil des joueurs ? Que cherchent-ils à travers ce genre de personnages ?

Il n'y a pas vraiment de profil en revanche il y a une caractéristique commune : ce sont systématiquement des gens qui ont de grandes incertitudes identitaires, ils ne savent pas très bien qui ils sont ou qui ils peuvent être en général. On peut parler de marque de repères culturels et d'ambition. D'autres y jouent en sachant bien de quoi il s'agit et sont là dans la pratique de la dérision la plus totale.

Ils cherchent avant tout à se projeter à s'imaginer donc ils trouvent une accroche matérielle pour pouvoir construire quelque chose qui relève d'un imaginaire merveilleux et irréaliste, et cela leur créée une vraie satisfaction.

Qu'est-ce qui fascine chez elle au point de payer pour en avoir plus comme dans le jeu ? Une fan a dépensé 30 000 dollars en chirurgie esthétique pour lui ressembler. Pourquoi aller aussi loin ?

Les gens sont souvent prêts à payer pour des choses qui leur renvoient cette satisfaction psychologique. Tous les gens qui sont dans une incertitude par rapport à eux mêmes sont toujours prêts à payer très cher pour se rassurer en possédant des choses mêmes les plus irréelles qui soient. Ressembler à quelqu'un c'est capter une partie de son image pour avoir une vie commune. C'est exactement comme les stars qui popularisent les produits de beauté, c'est la même logique. Il y'a une captation d'image : on veut ressembler à ce qu'on idéalise. La chirurgie esthétique est extrêmement normative puisque toutes les femmes qui en font se ressemblent.

Que représente ces stars pour le public ? Comment cela a-t-il évolué ?

C'est une maire de vivre une vie parallèle à notre place, c'est à dire qu'on leur autorise tous les excès. Les vraies stars existent encore aujourd'hui mais elles sont très rares parce qu'elles rassemblent beaucoup de caractéristiques ; à la fois la beauté, l'intelligence et l'humanité ; Leonardo Di Caprio par exemple. Leur rareté va avec le développement des vedettes qui popularisent leur image d'où l'idée de people, ce qui n'a rien à voir.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Parce qu’ils le valent bien ? Le business des ex stars de la politique : mais qu’est-ce qui pousse à payer des fortunes pour les écouter ?Youtube stars : qui veut gagner des millions à grands coups de vidéos maison ?Rentrée littéraire : écrivains-stars, polémistes futés et... politiques énervés, qui va publier quoi (et qui va faire débat) ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !