1,1 milliard d’euros par an : le produit de la taxe financière voulue par Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
1,1 milliard d’euros par an : le produit de la taxe financière voulue par Nicolas Sarkozy
©

Happy Hour Atlantico

1,1 milliard d’euros par an : le produit de la taxe financière voulue par Nicolas Sarkozy

Chaque soir de la semaine avant de quitter le bureau, les 3 chiffres du jour pour briller en société... ou à la machine à café.

 Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr, c'est l'email qui tous les soirs résume l'actualité du jour et en deux minutes fait de vous la personne la mieux informée de votre entourage.

Voir la bio »

A propos de la vague de froid qui fait annoncer à EDF des "risques réels de coupures de courant", l’agence Enerpresse pointe aujourd’hui les conséquences du choix électrique fait par la France en matière de chauffage : 1°C de moins se traduit en France par une sur-consommation électrique de 2300 MW, contre 600 au Royaume-Uni, 500 en Allemagne et 300 en Italie.

A propos de la taxe financière voulue par Sarkozy qui, selon les fuites recueillies aujourd’hui, s’appliquera à partir du 1er août et taxera à hauteur de 0,1% les achats d'actions d'entreprises françaises d'une capitalisation supérieure au milliard d’euros, le produit attendu de cette mesure est de 1,1 milliard d’euros par an, soit quatre fois plus que l'impôt de bourse supprimé en 2008.

A propos des évasions fiscales qui selon un rapport confidentiel cité par Le Monde aujourd’hui subiraient une accélération "considérable" à l’approche de la présidentielle, selon le patron du département d’ingénierie patrimoniale de la Banque Lazard, les propositions fiscales contenues dans le programme de François Hollande conduiraient à l'absorption par l'impôt de "l'ensemble des revenus financiers d'un patrimoine rapportant 5%/an".

A lire sur Timetosignoff.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !