1 000 euros investis dans Twitter rapporteront-ils plus que dans Facebook, LinkedIn ou Yahoo ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
1 000 euros investis dans Twitter rapporteront-ils plus que dans Facebook, LinkedIn ou Yahoo ?
©Reuters

Gazouillis sur les marchés

1 000 euros investis dans Twitter rapporteront-ils plus que dans Facebook, LinkedIn ou Yahoo ?

Après LinkedIn et Facebook, c'est ce jeudi 7 novembre que Twitter entre à son tour en bourse. Le timing et les particularités du réseau social à l'oiseau bleu pourraient toutefois lui réserver un destin plus glorieux que celui de Facebook.

Erwan le Nagard

Erwan le Nagard

Erwan le Nagard est spécialiste des réseaux sociaux. Il est l'auteur du livre "Twitter" publié aux éditions Pearson et, Social Media Marketer. Il intervient au CELSA pour initier les étudiants aux médias numériques et à leur utilisation.

Voir la bio »

A l'occasion de l'entrée en bourse du réseau social Twitter, le site d'information en ligne américain Business Insider a publié une série de graphiques mettant en perspective ce que 1000 dollars investis dans les géants du web au moment de leur arrivée sur les marchés rapporteraient aujourd'hui. Si les business model basés sur les ventes surclasses de très loin ceux s'appuyant sur les revenus publicitaires, il est à noter que les réseaux sociaux commencent à prouver leur efficacité.

Source : Business Insider

Atlantico : Ce jeudi 7 novembre le réseau social Twitter entre en bourse moins d’un an après Facebook dont le succès sur les marchés est plutôt limité. En effet, le retour sur investissement est bien plus faible que celui des géants du net que sont Amazon ou eBay, plus faible même que celui du réseau social professionnel LinkedIn. Que peut-on imaginer de l’accueil réservé à Twitter par les marchés ? L’oiseau bleu est-il condamner à un destin « à la Facebook » ou sa situation est-elle différente ?

Erwan Le Nagard : Prévoir le retour sur investissement chiffré pour faire un comparatif avec les graphiques présentés par Business Insider ne serait pas raisonnable, toutefois, il existe de nombreux éléments qui me donne envie de croire à cette entrée en bourse.

Facebook, qui a été l’une des premières entrées en bourse d’un réseau social et bien qu’elle ait connu quelques problèmes ayant provoqué une baisse rapide de l’action, a désormais prouvé que son business model basé sur la publicité est efficace. Dans le graphique de Business Insider, deux catégories coexistent Amazon et eBay d'une part, qui n’ont pas du tout des modèles économiques basés sur la publicité, et d'autre part les autres si qui se basent essentiellement là-dessus. Twitter va donc grandement bénéficié du déblaiement que Facebook et d’autres ont faits pour lui sur la crédibilité du modèle. Les investisseurs sont désormais plus confiants dans la rentabilité potentielle de ces entreprises.

Cela prend encore plus de sens au niveau de l’internet mobile qui sur Facebook représente 40% des revenus publicitaires générés par la moitié des utilisateurs de Facebook qui en font l’usage. Twitter étant également un réseau extrêmement utilisé par le biais des mobiles, il bénéficiera d’autant plus de ce phénomène que ses contenus publicitaires sont directement intégrés dans l’interface principal.

Enfin, Twitter est une plateforme qui a un important potentiel d’insertion « entre les médias ». Nielsen a notamment montré que Twitter représentait un important levier d’audience pour les programmes télévisés. Or, le système de communication de Facebook est très limité sur la question, il ne permet que de voir ce que les amis de l’utilisateur sont en train de regarder, éventuellement en parler avec mais pas interagir avec une immense audience d’inconnus mais qui sont également à  la recherche d’interactions.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !