"Une femme en contre-jour" de Gaëlle Josse : une errante à la recherche d'elle-même et laissée pour compte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Une femme en contre-jour" de Gaëlle Josse : une errante à la recherche d'elle-même et laissée pour compte
©

Atlanti-Culture

"Une femme en contre-jour" de Gaëlle Josse : une errante à la recherche d'elle-même et laissée pour compte

Yann Kerlau pour Culture-Tops

Yann Kerlau pour Culture-Tops

Yann Kerlau est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

LIVRE

Une femme en contre-jour

de Gaëlle Josse 

Ed. Notabilia

 

RECOMMANDATION

          BON

 

THEME

A contre-pied des biographies de personnages célèbres ou de premier plan, voici le récit d’une vie d’épreuves, de pauvreté et de secrets : celle de Vivian Maier, ballotée entre l’ancienne Europe et le nouveau monde, cherchant sa voie entre déambulations photographiques et petits métiers pour survivre. 

De son vivant, Vivian Maier ne deviendra pas la photographe célèbre qu’elle aurait aimé être. Au travers de ce récit subtil et nuancé, Gaëlle Josse en fera-t-elle une silhouette que l’on n’oubliera pas ?  

 

POINTS FORTS

Une vie comme il n’est pas d’usage de s’en emparer : celle de quelqu’un d’inconnu qui rêvait d’une autre existence et ne connaîtra que la solitude, la pauvreté, l’incompréhension de ses proches. Une perdante magnifique, comme la définit la quatrième de couverture. Tour à tour enquête, essai, biographie, roman, un livre dont l’auteure dit qu’elle a voulu y faire passer un peu de lumière dans l’opacité des êtres, dans leur mystère, leur fragilité, dans leurs errances et dire ce qu’on entrevoit, ce qu’on devine, ce qui se dérobe. Au détour d’une phrase, parfois, surgit notre nudité.

 

POINTS FAIBLES

Si le ton est là, la langue belle et fluide, manque à ce livre un point d’ancrage avec l’héroïne qui, bien qu’analysée page après page, la distancie inéluctablement du lecteur.

 

EN DEUX MOTS

Vivian Maier, l’héroïne de Gaëlle Josse fait songer à ces silhouettes d’Hammershøi’, nimbées de brume, le plus souvent de dos et dont les autres ne savent pas si elles sont en train de préparer un silencieux suicide ou une œuvre impérissable. Difficile d’expliquer le pourquoi et le comment du destin de cette photographe marginale oubliée de tous mais irrésistiblement présente dans les 144 pages de ce livre. Une errance à la recherche d’elle-même et de sa place non pas dans la société mais dans le monde.

 

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

Chez elle, tout tourne autour de l’effacement, de l’effondrement, alors que chacune de ses photos, puisqu’elle est photographe, est un geste pour aimer, pour dire l’abondance de la vie, dans un irrésistible appel à célébrer la force de l’instant.

Et ce second extrait :

Une photo floue, prise par un inconnu, la montre de dos, dans la rue, un an avant sa mort. C’est une haute silhouette voûtée, cassée, une démarche qu’on devine malaisée. Long manteau enfilé sur une jupe de travers, chapeau. Vivian Maier ressemble, de façon troublante, à tous ces laissés-pour-compte qu’elle a photographiés, l’espace d’une vie, à ces parcelles de monde recueillies avant leur évanouissement.

 

L'AUTEURE

Après des études de droit, de journalisme et de psychologie clinique, Gaëlle Josse se lance dans une carrière littéraire en 2011 avec Les heures silencieuses (Editions Autrement). Puis viendront un an plus tard Nos vies désaccordées (Editions Autrement), Prix Alain-Fournier et Prix national de l’Audio-lecture, Noces de neige (Autrement, 2013), le dernier gardien d’Ellis Island (Notabilia 2014) qui reçoit le prix de littérature de l’Union Européenne, De vives voix (Le temps qu’il fait, 2016), Une longue impatience (Notabilia 2018, Prix public du Salon de Genève, Prix Simenon, Prix Exbrayat. 

Une femme en contre-jour est son dixième livre en huit ans. Une vie en accéléré...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !