"Opéraporno" : Quand le Rond-Point franchit allègrement la ligne rouge... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Opéraporno" : Quand le Rond-Point franchit allègrement la ligne rouge...
©

Atlanti-culture

"Opéraporno" : Quand le Rond-Point franchit allègrement la ligne rouge...

Serge Bressan pour Culture-Tops

Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

THEATRE

« Opéraporno »

de Pierre Guillois

Mise en scène : Pierre Guillois

Composition musicale : Nicolas Ducloux

Avec Jean-Paul Muel, Lara Neumann, Flannan Obé, François-Michel Van der Rest

INFORMATIONS

Théâtre du Rond-Point

2 bis Avenue Franklin Delanoe Roosevelt

75 008 Paris

Réservations: 01 44 95 98 00

www.theatredurondpoint.fr

 Jusqu’au 22 avril 2018. Puis tournée : Lannion (Carré Magique) les 25 et 26 mai, Brest (Le Quartz), les 29 et 30 mai.

>RECOMMANDATION

              BON

>THEME

              Ce devait être un week-end à la campagne, quelque part dans le marais poitevin. En famille. Un homme dans la quarantaine et Clothilde, sa jeune compagne du moment, Victor, son fils (post-ado), et sa mère, dite « la Vieille », qu’on a oubliée  dans la voiture. 

Ce devait être une fête champêtre, un week-end ordinaire  avec étang, vieille barque, cabanon et ponton. Mais vite, ça va dégénérer. Ça commence par un canotage torride avec le jeune homme et sa belle-mère. Ça enchaîne encor plus vite avec des tromperies, du sexe à gogo et aussi des orgies enchantées. On bouscule les tabous, entre opéra et comique. Il y a, dans l’air, du porno soft- et l’auteur, dans une note d’intention, a prévenu : « La seule clé de notre salut est l’humour. Le rire seul nous sauvera du véritable outrage. Il ne s’agit pourtant pas de prendre tout cela à la légère ».  Ça va jongler entre sous-entendus, propos et situations grivois. Ça va chanter aussi; attention, les oreilles chastes, restez fermées, même si, dans l’air, flotte une sensation de langueur qu’on pourrait trouver et entendre chez Debussy ou encore Eric Satie… alors que les quatre personnages se mettent à chanter, en chœur, en mode opératique : « On ne fiste pas son fils, son petit-fils (…) on n’éjacule pas dans grand-mère ». Chers ami(e)s de la poésie, bienvenue au club !

>POINTS FORTS

-L’art du mauvais goût, poussé à son extrême par Pierre Guillois pour l’écriture du texte et la mise en scène, et Nicolas Ducloux pour la musique.

-Quand l’opérette rencontre le porno (soft, on ne le précisera jamais assez), c’est follement pétillant… à la condition impérative de tout considérer au troisième degré, voire au quatrième et même plus !

-Pas une once de morale dans cet « Opéraporno », seulement une ode au salace et au grivois.

-La formidable performance de Jean-Paul Muel, tout simplement étourdissant dans le rôle et les habits de la grand-mère, dite « La Vieille ».

>POINTS FAIBLES

-L’auteur revendique l’humour pour décaper l’opérette. Malheureusement, à certains moments, l’art du trash paraît lui échapper; on frise alors non plus l’humour et le rire féroce mais le rire gras, presque la vulgarité.

-La pièce démarre très fort, si fort que vite, c’est dommage, il y a quelques baisses de rythme, quelques passages à vide…

>EN DEUX  MOTS

      Partant du principe que,  dépassé les bornes, il n’y a plus de limites, on a là une pièce qui bouscule allègrement les tabous. C’est follement décomplexé mais sur la longueur ça ne tient pas nécessairement les promesses !

>UN EXTRAIT

Ou plutôt deux, très significatifs...:

1/ La Vieille : « Il m’a violée ni plus ni moins.

Le Père : Quand ça ?

La Vieille : Hier soir.

Le Père : Mais quel rapport avec Clothilde ?

La Vieille : C’est tout ce que ça te fait ?

Le Père : Quel rapport avec Clothilde ?

La Vieille : Il m’a baisée mais il croyait que c’était Clothilde.

Le père : Mais comment c’est possible ?

La Vieille : C’est tout ce que ça te fait ?

Le Père : Comment Victor a pu te confondre une seconde avec Clothilde ?

La Vieille : Tu sais, dans le noir, j’ai de beaux restes ».

2/ Clothilde : « Ça ne te suffit donc pas mon petit doigt ?

Le Père : Heu… si…

Clothilde : Je ne te la malaxe pas assez ta prostate ?

Le Père : Si… si… mais

Clothilde : Alors pourquoi cet achat stupide et onéreux ?

Le Père : Je l’ai pas acheté

Clothilde : C’est une location peut-être ?

Le Père : Non… Enfin…

Clothilde : D’où il vient ce gode ?

Le Père : Je l’ai emprunté à Maman ».

Je vous le disais...

L''AUTEUR

Né le 1er janvier 1968 à Rennes (Ille-et-Vilaine), Pierre Guillois est  acteur, auteur et metteur en scène. En 1991, il fonde sa première compagnie, Les Madeleines, puis travaille un temps comme assistant à la mise en scène avec Jean-Michel Ribes. 

Après un passage à Colmar comme artiste associé à l’Atelier du Rhin, centre dramatique régional d’Alsace, il sera directeur du Théâtre du Peuple de Bussang (Vosges) de 2005 à 2011, période durant laquelle il se lance dans l’écriture avec, entre autres, « Sacrifices » (2008) et « Le gros la vache et le mainate » (2011). Suivra « Opéraporno ». Et pour cet été 2018, est annoncé en création à Anvers (Belgique) le spectacle sous chapiteau de la Compagnie de cirque Akoreacro.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !