"Mes pensées sont des papillons" : la lucidité, le courage, et la grâce | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Mes pensées sont des papillons" : la lucidité, le courage, et la grâce
©wikipédia

Atlanti Culture

"Mes pensées sont des papillons" : la lucidité, le courage, et la grâce

Dans "Mes pensées sont des papillons", Eveleen Valadon raconte, avec le soutien de Jacqueline Rémy, ce qu'est sa vie de femme âgée, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle le fait avec une franchise, une lucidité et un tact qui forcent l'estime et l'admiration.

Clémence Roux de Luze pour Culture-Tops

Clémence Roux de Luze pour Culture-Tops

Clémence Roux de Luze est chroniqueuse pour le site Culture-Tops. 

Voir la bio »

LIVRE

Mes pensées sont des papillons
d'Eveleen Valadon avec Jacqueline Remy
Ed. Kero
196 p
16,50 euros

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Eveleen Valadon, 79 ans, a été diagnostiquée Alzheimer il y a quatre ans. Elle refuse de nommer cette maladie effrayante et préfère se dire « du côté d’Alois », prénom du neurologue allemand qui a découvert la pathologie. Elle raconte dans ce livre, écrit à la première personne, sa lutte quotidienne contre la maladie, un combat qui occupe tout son temps et l’épuise. Sans jamais se plaindre. Le lecteur suit au fil des mots, ses pensées qui parfois s’échappent, comme les papillons. 

POINTS FORTS

Evellen Valadon ne se défile pas. Face à cette maladie, elle a choisi de résister et de parler. C’est une battante. Elle livre sa nouvelle vie dictée par Alzheimer sans faux-fuyants : les nombreux rendez-vous médicaux, nouvelles balises de ses jours, les aller retours à la pharmacie, la perte des mots, des repères temporels, la fatigue immense.

Elle s’insurge des idées répandues sur la maladie : « On pense que les personnes qui ont ça sont un peu dingues. »

Le lecteur découvre la réalité d’Alzheimer. La solitude d’Eveleen est frappante. Malgré le soutien de sa famille, d’une aide ménagère, du corps médical, les entretiens avec Jacqueline Rémy qui transcrit sa parole. La maladie enferme. « On ne raconte pas à ses proches qu’on se sent soudain dépassé, désorienté », écrit-elle.

Alzheimer fragilise. L’équilibre de vie imposé par la maladie est précaire. Un trou de mémoire, un sac oublié quelque part, des papiers volés, et c’est l’angoisse qui étreint.

POINTS FAIBLES

Je n’en vois pas.

EN DEUX MOTS

Un témoignage courageux, utile, éclairant, impressionnant, sur la maladie d’Alzheimer.

UN EXTRAIT

« Moi, j’ai l’impression que je réfléchis tout le temps. C’est sans doute pour cette raison que je suis chroniquement épuisée. Personne ne peut imaginer ce que c’est, cette agitation perpétuelle de mes pensées dont je cherche désespérément à m’imprégner, pour qu’elles restent inscrites en moi, faute de parvenir à les écrire. » (page 114).

 L’AUTEUR

Fille d’un médecin français et d’une mère anglo-irlandaise, Eveleen Valadon a dirigé une petite agence de presse avec son mari, à Paris. Elle a été professeur d’anglais, artiste peintre. Elle a trois enfants.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !