"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon
©MYCHELE DANIAU / AFP

Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

Les éditions Plon ont publié le jeudi 19 septembre un "roman inédit" de Françoise Sagan intitulé "Les quatre coins du cœur". 80 000 exemplaires…

Annick  Geille

Annick Geille

Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec Robert Doisneau, du magazine Femme.

Voir la bio »

Nous avions déjà le « Prix Sagan »,  dirigé par Denis Westhoff, l’enfant unique  d’une romancière que j’ai chérie au point de vivre trois ans chez elle où je fus « L’invitée » permanent, si bien qu’elle devint ma bonne fée. J’aurais dû me méfier. Françoise, qui percevait avant tout le monde la vérité des êtres, y compris dans  la sphère privée, avait déclaré sur le tard  à son compagnon - et meilleur ami, l’écrivain Bernard Frank : « Denis ? C’est son père, moins l’humour ». Il ne suffisait pas à « Denis » de laisser couronner en 2019 avec « son » « Prix Sagan » ( sic) un texte sur la pédophilie, l’inceste etc…, sans doute estimable, mais à des années-lumière de ce que Françoise, admiratrice de Proust et Faulkner, aimait en littérature. Voici que, toujours aussi inspiré,  le fils  unique de Françoise – seul ayant-droits - gentil garçon au demeurant, a « découvert » (sic), quinze ans après la mort de l’auteure de « Bonjour Tristesse « un texte inédit » de sa mère. Amateur de littérature et homme de goût, l’écrivain et éditeur Jean-Marc Roberts avait refusé  ce brouillon chez Stock. 

Manuel Carcassonne, qui dirige désormais la maison Stock et eut le mérite de rééditer une grande partie de l’œuvre de Sagan, homme de goût, lui aussi, ne pouvait, que flairer le côté faisandé de la chose. 

« Denis » a donc remis un peu d’ordre dans ces feuillets, et travaillé à la présentation du manuscrit, remis finalement chez Plon. C’est une catastrophe. En effet, « Denis »  est à la littérature ce que je suis au Sumo Japonais. Jérôme Garcin et Eric Neuhoff ont dû soupirer de tristesse, eux aussi. 

Comme tous les amateurs de « Bonjour Tristesse  » et d’ « Avec mon meilleur souvenir », nous aurions aimé retrouver Françoise, par miracle…

En littérature, tout est possible.

Point de miracle, ni de littérature, et encore moins de Sagan, mais un « fond de tiroir » (cf. L’Obs de ce jour).

Ne crains rien, Françoise,  personne ne sera dupe. 

Nous n’aurons pas de passion pour la famille Cresson.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !