"Les diables bleus" de Christopher Castellani : l’Italie a quelque chose en elle de Tennessee | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Les diables bleus" de Christopher Castellani : l’Italie a quelque chose en elle de Tennessee
©

Atlanti Culture

"Les diables bleus" de Christopher Castellani : l’Italie a quelque chose en elle de Tennessee

Christopher Castellani a publié "Les diables bleus". "Avec ce roman d'une sensibilité extrême, Christopher Castellani mélange faits et fiction pour nous faire partager une des plus belles histoires d'amour de la littérature contemporaine, celle de Tennessee Williams et Frank Merlo à une époque haute en glamour, où tout était encore permis".

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

"Les diables bleus" de Christopher Castellani 

Traduction : Caroline Nicolas Editions du Cherche-Midi, 489 pages, 23 €

RECOMMANDATION
Bon


THEME
Trois personnages sont au centre de cette histoire. Tennessee Williams, le célèbre dramaturge, Franck Merlo son secrétaire et amant et Anja Blomgren, une jeune actrice en devenir que les deux premiers rencontrent par hasard en Italie en 1953. Plusieurs histoires vont se développer en parallèle, à diverses époques : entre Williams et Merlo pendant les 10 années avant que le second ne meure d’un cancer, entre Merlo et Anja Blomgren, qu’il n’aura de cesse de protéger avant qu’elle ne finisse par s’imposer en tant qu’actrice et entre Williams et Anja Blomgren, unique détentrice d’une pièce inédite du premier, consacrée à sa relation avec Franck Merlo.

De l’Italie aux US, des années 50 à nos jours, l’amour, l’amitié, l’ambition unissent ou séparent ceux qui s’aiment …

POINTS FORTS
* L’évocation de l’Italie des années 50, paradis des artistes américains qui viennent y vivre la partie la plus chaude de l’année, est magnifiquement maîtrisée. A Portofino lors d’une « party » donnée par Truman Capote, la rencontre de Tennessee Williams et Franck Merlo avec Anja Blomgren, affublé d’une mère possessive et envahissante évoque les grands films hollywoodiens quand les personnages avaient un sens du tragique extraordinairement romanesque. L’histoire se poursuit à Rome sur les plateaux de Luchino Visconti et dans l’ombre d’Anna Magnani : ce sont les grandes œuvres italiennes que l’on retrouve, et des destins qui se jouaient en une nuit à pile ou face.

* Le personnage central, Franck Merlo, apporte une lucidité et une humanité qui en font le personnage le plus attachant du livre. Il est le pivot autour duquel tournent l’histoire et les autres personnages. Tour à tour marine, camionneur, secrétaire particulier et enfin acteur, hétéro puis homosexuel, il fait le lien entre le monde réel et le celui du show-business.

* Sa relation avec « Ten » nous émeut : son amour, sa compréhension et sa dévotion à la personne et à l’auteur construisent une trajectoire de vie. C’est autour de lui que l’auteur a construit le projet de son roman.

* La partie « italienne » et toute la partie de l’histoire aurait suffi à composer un roman de 300 pages, plus courts mais plus nerveux, centré sur une époque, les années 50, et un nombre plus restreint de personnages. L’intrigue aurait été resserrée et plus enlevée.

POINTS FAIBLES
* En voulant ajouter à son intrigue de nouvelles trajectoires, il ouvre des portes qui se révèlent des impasses narratives car on ne retrouve ni un intérêt pour cette autre histoire, ni la légèreté de la partie « italienne ».

* Ecrire une pièce inédite de Tennessee Williams, donnée pour ratée, même si elle est censée éclairer la relation entre l’auteur et Franck Merlo, n’est pas l’idée du siècle. C’est audacieux mais … pas franchement une réussite.

* Toute la partie actuelle, autour d’une Anja Blomgren, vieillie et retirée du monde, n’apporte rien à l’histoire, bien au contraire. Elle affaiblit le récit. Est-ce parce qu’elle ne met en scène que des personnages fictifs que l’auteur n’a pas su leur donner le pouvoir de nous séduire et nous passionner ?

EN DEUX MOTS
Les diables bleus sont les barbituriques dont Tennessee Williams abusait afin de « tenir le coup ». Ils nous ouvrent les portes d’un passé révolu mais magique où tous les personnages semblent jouer leur destin sur un coup de dé, avec élégance et perfidie.

UN EXTRAIT
« Le plaisir est meilleur quand on en avale d’un seul coup une grosse quantité patiemment amassée que lorsqu’il est divisé en portions raisonnables, comme des parts de gâteau. Non seulement la faim entre deux festins est supportable, mais elle fournit aussi une compagnie parfaitement agréable, tout comme le serait la rage si elle était de nature rageuse ». (page 81)

L'AUTEUR
Christopher Castellani est un écrivain américain, fils d’immigrés italiens.

Il est le directeur artistique de Grub Street, premier centre indépendant de « creative writing » américain, et enseignant à la Bread Loaf Writers.

Il a déjà publié quatre romans salués par la critique, ainsi que des essais et anthologies. Les diables bleus est son premier roman publié en France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !