"Léopard Hall" : une belle histoire qui vous tient en haleine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Léopard Hall" : une belle histoire qui vous tient en haleine
©Allociné

Atlanti-culture

"Léopard Hall" : une belle histoire qui vous tient en haleine

Bertrand Devevey pour Culture-Tops

Bertrand Devevey pour Culture-Tops

Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. 

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 

Voir la bio »

LIVRE

Léopard Hall

de Katherine Scholes

Ed. Le Cercle Belfond

633 pages

RECOMMANDATION : EXCELLENT

THÈME 

Au début des années 60, Anna vit en Australie, une vie tranquille et tracée d'avance. Un détective privé l'invite à rejoindre son père, qu'elle a à peine connue et dont sa mère s'est séparée il y a plus de 20 ans. Rendez vous au Congo,  dans un pays "libéré" du joug colonial, mais en proie à une rébellion que l'on dit inspirée par l'URSS. C'est à la rencontre de ce père malade qu'elle va découvrir un pays déchiré et un passé oublié. Sur la route de Léopard Hall, s'engage un voyage initiatique où se rencontreront les destins d'Anna, de mercenaires en lutte contre le mouvement de libération des "Simbas", de missionnaires courageux et d'une aristocrate belge, accessoirement richissime et singulièrement aventurière.

POINTS FORTS 

1- Une écriture simple et efficace, au service d'une belle aventure romanesque.

2- Un récit habillé d'images et de sons, immersif, presque cinématographique.

3- Un roman qui a bénéficié autant de l'expérience africaine de l'auteure que d'un important travail d'analyse des sources documentaires de l'époque.

4- Une tension qui ne nait pas de l'action mais du rythme imprévisiblement lent ou frénétique d'un pays plongé dans le désarroi de la guerre civile.

5- Un livre qui évoque le Congo au peuple martyrisé par le joug colonial belge, devenu terrain de luttes des deux blocs "capitalistes" et "marxistes", vécu à travers les yeux d'un mercenaire et d'une jeune australienne, à la recherche de leurs racines.

POINTS FAIBLES 

1- Un départ lent, une intrigue qui se construit au fil des pages et dont l'intérêt ne s'impose pas d'évidence. Ainsi, certains pourront lâcher prises dans les 100 premières pages. Ce serait dommage, car la tension dramatique s'esquisse au gré de rencontres qui vont donner tout son sens au récit.

2- Un papier trop fin, des pages un peu transparentes. Mais corrélativement, ce livre ne pèse pas ses 633 pages !

EN DEUX MOTS 

Léopard Hall est un roman original, une découverte. Ses rebondissements, l'alternance de passages lents et de scènes d'actions, une écriture précise et réaliste, ses ambiances de jungle et de révolte, ses personnages qui se révèlent peu à peu, composent une belle histoire qui peut vous tenir éveillé(e) tard dans la nuit !.

UN EXTRAITS 

Ou plutôt deux:

- "Anna décrivait des cercles lents dans le hall de l'hôpital. Il n'y avait personne à l'accueil et elle attendait qu'une infirmière arrive afin de prévenir le personnel de sa visite. Elle aimait le rythme assuré de ses hauts talons sur le sol en granito. Pour cette nouvelle visite à son père, elle s'était mise sur son trente et un, suivant en cela l'exemple d'Eliza. Elle espérait pouvoir ainsi détourner Karl Emerson de son précieux porte documents et le forcer à s'intéresser un peu à elle." P 141

- "Dan regarda alentour en silence. Lorsque Blair lui avait parlé de la Jeunesse, les jeunes recrues de la rébellion, il les avait imaginées réparties dans le rang des adultes ou servant d'aides dans les camps. Mais dans ce commando - tous morts à l'exception des rares combattants qui s'étaient peut être échappés - il ne voyait aucun adulte. Voilà pourquoi ils n'avaient tiré que d'un coté de la route, comprit Dan. Ils n'avaient aucune idée de ce qu'ils faisaient." P 320

L'AUTEUR

Katherine Scholes est née en Tanzanie, le pays en face du Congo, sur l'autre rive du lac Tanganyika. Elle y a passé une partie de son enfance, y a puisé une grande partie de l'inspiration de La Reine des Pluies, son premier roman publié en 2000, vendu à 1 million d'exemplaires en Europe. Partie vivre en Australie, elle écrit aussi des livres pour enfants (dont un récompensé par un prix littéraire d'un État australien) et des contributions pour des productions cinématographiques. Elle a publié 7 romans, tous chez Belfond pour l'édition française.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !