"Le Spectre d’Atacama" : pour découvrir l"humanité" des sciences | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Le Spectre d’Atacama" : pour découvrir l"humanité" des sciences
©wikipédia

Atlanti-Culture

"Le Spectre d’Atacama" : pour découvrir l"humanité" des sciences

Paul Lelievre pour Culture-Tops

Paul Lelievre est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

LIVRE

« Le Spectre d’Atacama » 

d’Alain Connes, Danye Chéreau, Jacques Dixmier

Ed. Odile Jacob

221 pages.

RECOMMANDATION

BON

THEME

Armand Lafforet est un jeune mathématicien français. Il reçoit une invitation pressante d’un ami et collègue astronome chilien à venir le rejoindre sur le site de l’observatoire d’Alma. Son collègue a besoin de ses lumières mathématiques pour décoder un spectre mystérieux observé dans l’espace. C’est le début d’un long voyage  pour Armand, à la fois spatial et temporel, réflexif et introspectif, semé d’embûches scientifiques et affectives. 

Ce conte scientifico-philosophique vous fera découvrir ou redécouvrir certaines des plus belles intrications entre la science, la musique, et parfois même un certain ésotérisme, le tout lié à une des plus belles énigmes mathématiques  non résolue: l’hypothèse de Riemann.

POINTS FORTS

  • Les sciences sont mises en scène avec brio.
  • Si on n’est pas très scientifique on ne comprendra pas tout mais ça ne gêne pas vraiment la lecture.
  • L’intrigue nous tient bien en haleine.

POINTS FAIBLES

  • La fin du « conte scientifique » est un peu décevante mais elle ne gâche rien.
  • Parfois on est un peu surpris par les changements de style de l’écriture: on passe d’une littérature poétique à une narration presqu’enfantine. 

EN DEUX MOTS

Ce livre est un joli conte philosophique et scientifique dans lequel on plonge dans l’esprit d’un mathématicien qui calcule, qui pense, qui aime avec ses faiblesses, qui doute parfois aussi. Ses partenaires d’aventure ne sont pas moins interessants, attachants et humains. Cette histoire est l’occasion de voir les sciences autrement, de comprendre qu’elles ne sont pas un îlot coupé du reste du savoir, peuplé de gens étranges à la limite de l’humanité.

UN EXTRAIT

A relire une fois la lecture du conte terminée:

« Il a touché les extrémités de la Terre. L’océan laisse filtrer une vague lueur. A l’infini des courbes, des blocs, un paysage grandiose et désolé. Une île gris perle glisse devant lui pianissimo. L’arc-en-ciel et son double enlacent l’horizon. Sur la grève, il distingue comme un abri de toile bleue, une voûte d’or et d’argent. Puis une gente dame aux habits d’un autre âge. Une licorne à ses pieds la regarde, inquiète. A la proue du voilier, Jacques Paganel sous les traits du professeur Tournesol explique que la corne de cet animal chimérique cache une antenne qui permet de communiquer avec les extraterrestres. Un éclair s’abat sur la licorne. Secousse. La foudre a pulvérisé toile, dame et fantasmagorie, il ne reste rien, rien qu’un code-barres sur un fond blanc. »

LES AUTEURS

- Alain Connes est un grand mathématicien, professeur au Collège de France, médaille Fields 1982.

- Danye Chéreau co-auteur de ce roman avec Jacques Dixmier, a apporté son savoir-faire littéraire au style parfois poétique de ce conte et très certainement à l’élaboration de l’intrigue.

- Jacques Dixmier est mathématicien et a écrit des nouvelles de science-fiction.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !