"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde
©

Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

Françoise Boursin pour Culture-Tops

Françoise Boursin pour Culture-Tops

Françoise Boursin  est chroniqueuse pour le site Culture-Tops.

 
Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

"L'Ingénu"

De Voltaire
Adaptation : Jean-Christophe Barbaud et Thomas Willaime
Mise en scène : Jean-Christophe Barbaud
Avec Thomas Willaime

INFOS & RÉSERVATION
Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
Tél. : 01 45 44 57 34
http://www.lucernaire.fr
Du 23 octobre au 8 décembre 2019, du mardi au samedi à 18h30, à 15h le dimanche
Tarifs : 28 euros, + de 65 ans : 24 euros, étudiant, demandeur d’emploi, RSA, intermittent : 16 euros, - de 26 ans : 10 euros

RECOMMANDATION
En priorité


THÈME
« L’Ingénu » est un conte philosophique, publié en 1767, adapté pour la scène. Le héros, un jeune Huron, débarque en Basse-Bretagne et se révèle être le neveu du Prieur de Notre Dame et de sa sœur, Mademoiselle de Kerkabon. Il va être baptisé et aura pour marraine Mademoiselle de Saint Yves, dont il tombe follement amoureux, un sentiment qu’elle partage. Il est adulé par la bonne société locale, il découvre avec étonnement les mœurs, les habitudes et les règles de la société française, ce qui permet à Voltaire de critiquer les institutions et la manière de vivre et de se comporter des Français.

Après de folles aventures, il se retrouve à Versailles où il se heurte à la Cour et au Roi, en cherchant à obtenir le droit d’épouser sa marraine, Mademoiselle de Saint-Yves. Sa franchise le conduit à La Bastille, où il partage la cellule d’un janséniste, qui lui apprend la philosophie, la littérature et les sciences. Mademoiselle Saint-Yves parvient à le délivrer, au prix de sa vertu. Ils retournent tous en Basse-Bretagne, mais étouffée par le remords, elle meurt, au grand désespoir de ses proches. Et le Huron parvient, tant bien que mal, à surmonter sa tristesse par le commandement d’un régiment.

POINTS FORTS
* C’est une magnifique adaptation d’un conte philosophique : avec quelques coupures nécessaires pour la transposition au théâtre, elle respecte la belle langue du XVIIIème siècle et préserve le sens de l’œuvre.

* Le jeu de l’acteur, Jean-Christophe Barbaud, est remarquable : seul en scène pendant 1h15, il varie le ton, éclaire le texte par des mimiques adaptées, il endosse le rôle de tous les personnages avec un sens incroyable du mime ; c’est un vrai caméléon !

* La mise en scène, très simple, sur une scène vide autour d’une chaise, fait apparaître les différents personnages dans des positions diverses.

* Le héros, habillé d’une chemise blanche au début, et noire à la fin, à partir de son séjour à la Bastille, entraîne le spectateur dans ses aventures incroyables en les rendant crédibles.

* La musique marque le rythme de l’histoire avec ses moments de calme et d’accélérations.

POINTS FAIBLES
Je vois bien peu de points faibles dans ce texte magnifique. La seule remarque que l’on pourrait faire est qu’il faut accepter l’adaptation de ce conte en pièce de théâtre pour l’apprécier. J’ai été frappée de voir une classe de 3ème, qui sans doute ne comprenait pas toutes les subtilités du texte, écouter l’acteur dans un silence impressionnant et à la fin applaudir à tout rompre.

EN DEUX MOTS
C’est un spectacle remarquable, c’est un enchantement de l’esprit, un regard ironique et cruel sur la société, la Cour, le Roi, la bourgeoisie de province, sa bêtise et son hypocrisie, la religion, le jansénisme, l’intolérance... Le procédé littéraire cher au XVIIème siècle de faire critiquer la société, les institutions, la religion…par un naïf est efficace ici encore : Montesquieu l’avait déjà utilisé avec succès dans les Lettres Persanes, avec ses deux Persans qui découvrent la France et s’étonnent de tout ce qu’ils voient. C’est aussi un moyen d’éviter la censure.

UN EXTRAIT
« Quel est donc cet homme charmant qui favorise avec tant de bonté les garçons et les filles dans leurs amours ? Je veux aller lui parler tout à l’heure.

On lui expliqua ce que c’était que le pape. Et l’ingénu fut encore plus étonné qu’auparavant. Il n’y a pas un mot de tout cela dans votre livre, mon cher oncle. J’ai voyagé, je connais la mer. Nous sommes ici sur la côte de l’océan. Et je quitterai Mademoiselle de Saint Yves pour demander la permission de l’aimer à un homme qui demeure vers la Méditerranée, à quatre cents lieues d’ici, et dont je n’entends point la langue ? Cela est d’un ridicule incompréhensible.»

L'AUTEUR
Voltaire (1694-1778), grand philosophe du XVIIIème siècle, est l’auteur de nombreuses œuvres de genres variés : des pièces de théâtre comme Zaïre, une épopée (La Henriade), des contes, comme Candide, Zadig et L’Ingénu (1767), des essais historiques (Le siècle de Louis XIV), des œuvres philosophiques et critiques (Lettres Philosophiques), dictionnaire philosophique). Il mena aussi des campagnes contre l’intolérance (Calas, Sirven…). Il combattit contre l’absolutisme, la religion, l’intolérance, comme L’Ingénu et se retrouva à la Bastille, comme son héros.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !