"L’Héritier, une histoire d’amour" : Une plongée dans la gentry anglaise du début du XXe siècle qui tient en haleine jusqu’à la dernière page | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"L’Héritier, une histoire d’amour" : Une plongée dans la gentry anglaise du début du XXe siècle qui tient en haleine jusqu’à la dernière page
©Capture d'écran Iceland

Atlanti-Culture

"L’Héritier, une histoire d’amour" : Une plongée dans la gentry anglaise du début du XXe siècle qui tient en haleine jusqu’à la dernière page

Yann Kerlau pour Culture-Tops

Yann Kerlau pour Culture-Tops

Yann Kerlau est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

L'Héritier, une histoire d'amour
De Vita Sackville-West
Editions Autrement, 192 pages

RECOMMANDATION

ExcellentExcellent

THÈME

Un homme, jusqu’alors employé par une compagnie d’assurance, hérite brusquement de l’immense propriété de sa tante : un magnifique manoir resté dans la même famille depuis cinq siècles. Qu’en fera-t-il ? Le vendre au plus offrant avec ses milliers d’hectares de terre et les trésors qui s’y sont accumulés ou …le garder ?

POINTS FORTS

Un récit bien mené. D’une plume sûre, Ne négligeant ni le suspense ni les portraits de personnages hauts en couleurs et en vices de toutes sortes, Vita Sackville-West plonge le lecteur dans la société britannique du siècle précédent. Une justesse de ton qui tient en haleine jusqu’aux dernières lignes d’une œuvre parfaitement construite.

POINTS FAIBLES

Pas un.

EN DEUX MOTS ...

Se consacrant à son travail méticuleux du bureaucrate, Mr. Chase, héros de Vita Sackville-West ne semblait guère avoir de corde à son arc pour hériter d’une demeure trop grande pour lui. Livré aux notaires, agents immobiliers de tout acabit et antiquaires qui en préparent la vente aux enchères, le manoir de Blackboys sombrera-t-il dans la débâcle comme l’espèrent quelques voisins de campagne et autres affairistes ?

UN EXTRAIT

Il …s’éloignait de la maison qui répandait maintenant sur lui son chagrin et ses reproches mélancoliques. Il savait qu’il eût été bien avisé de s’en aller, et pourtant il retardait de jour en jour son départ ; il souffrait, mais il restait, assistant impuissant à l’humiliation, à la profanation de sa demeure.

Après les experts vinrent les marchands. Cigares, bedaines, gilets à carreaux, chevalières. Mains potelées et insolentes palpant les velours ; lèvres luisantes faisant une moue de dépréciation, tandis que les petits yeux brillaient de concupiscence.

L'AUTEUR

Doit-on présenter Vita Sackville-West, devenue en Angleterre, l’un des personnages les plus hype du vingtième siècle ? Femme libre, poétesse primée, épouse d’un diplomate, Vita Sackville-West vécut avec Virginia Woolf une passion tumultueuse. Amoureuse de la nature, elle et son mari Harold Nicholson choisiront le château de Sissinghurst dont ils feront leur thébaïde. Son œuvre y trouvera le berceau qui lui convenait après la perte de l’immense château familial de Knole. Parmi ses livres les plus réussis, outre L’héritier qui fut l’une des ses premières œuvres, citons Toute passion abolie, Plus jamais d’invités, Haute Société, Au temps du roi Edouard.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !