"Éloge de l’hypocrisie" : un peu plus de réalisme, bordel! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Éloge de l’hypocrisie" : un peu plus de réalisme, bordel!
©

Atlanti-culture

"Éloge de l’hypocrisie" : un peu plus de réalisme, bordel!

A un moment où un certain idéalisme maximaliste fait des ravages, Olivier Babeau vient rappeler opportunément que dans la société telle qu'elle est, à force de prétendre faire l'ange on finit par faire la bête, une bête parfois même enragée.

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

LIVRE

Éloge de l’hypocrisie

d'Olivier Babeau

Ed. du Cerf

RECOMMANDATION

BON

THEME

Référence gardée envers le vieil Erasme, Olivier Babeau publie aujourd’hui un Eloge de l’Hypocrisie. Loin d’être connotée négativement, l’hypocrisie est, pour notre auteur, le ciment qui permet à la Société de fonctionner, car elle évite les conflits, relativise les contradictions et constitue un voile qui protège la liberté individuelle, celle là même qui est à l’origine du développement social, économique et de l’innovation sous toutes ses formes. 

La recherche de la cohérence, tendance naturelle des Sociétés humaines, est une utopie qui, mises à part de brèves périodes où les fondamentalistes ont exercé le pouvoir (Savonarole à Florence, les puritains en Angleterre…), n’a jamais pu se maintenir dans la durée. Ce qui inquiète Olivier Babeau qui a beaucoup lu le 1984 d’Orwell, c’est que les nouvelles technologies de surveillance, les réseaux sociaux… apportent aux partisans de cette mise en cohérence des moyens dont leurs prédécesseurs n’avaient jamais disposé. Or comme le fondamentalisme d’aujourd’hui s’appelle égalitarisme, notre auteur redoute une mise à mort de la liberté et du progrès, un nouveau totalitarisme sans perspective de retour en arrière.

POINTS FORTS

Le thème choisi est évidemment pertinent à l’heure où les google et autres facebook s’immiscent dans notre intimité et où la reconnaissance faciale permet de sanctionner les piétons chinois qui traversent en dehors des clous. La variété du propos qui traite de la politesse comme de la mythologie grecque, l’étendue de la culture de l’auteur, de Platon à Thomas More, la qualité de la réflexion méritent à coup sûr la lecture.

POINTS FAIBLES

Pour Babeau, l’hypocrisie, comme la langue d’Esope, est la pire et la meilleure des choses. Son éloge de l’hypocrisie s’applique à ce qu’il appelle “l’hypocrisie bénigne“, alors que “l’hypocrisie maligne“, celle qui sourd des réseaux sociaux et de la religion de l’égalitarisme, est à ses yeux évidemment condamnable. On peut donc mettre en question légitimement la pertinence du titre.

Ceux qui n’adhèrent pas au libéralisme seront peut-être moins séduits par l’argumentation de l’auteur.

Enfin, le propos est vaste et même si l’on retrouve la cohérence de l’ouvrage, le lecteur peut perdre par moment le fil conducteur, d’autant que le style est parfois un peu paresseux et s’épuise en digressions. 

EN DEUX MOTS

Un livre utile pour prendre conscience des risques fatals auxquels la transparence généralisée condamne nos sociétés libérales.

UN EXTRAIT

« L’hypocrisie … est ainsi avant tout un exercice social. Sa fonction est de dresser le décor d’un ordre dans le chaos de la réalité. »

L’AUTEUR

Olivier Babeau est un intellectuel libéral, économiste et président de l’Institut Sapiens, un think-tank  fondé avec Laurent Alexandre et Dominique Calmels, qui se veut un inspirateur d’idées.

Pour acheter ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous :

Éloge de l’hypocrisie d'Olivier Babeau

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !